Des syndicats de police en colère appellent à ne plus faire de contrôle d’identité après les propos d’Emmanuel Macron sur Brut

Les propos du président de la République Emmanuel Macron, le vendredi 5 décembre après-midi, lors de son interview au média Brut, ont provoqué la colère des syndicats de police. Ils appellent les policiers à ne plus procéder à des contrôles d’identité, informe le site Actu 17.

Interviewé en direct, ce vendredi après-midi, par trois journalistes de Brut, Emmanuel Macron a annoncé l’ouverture d’une nouvelle « plate-forme pour signaler les discriminations », gérée par l’État, le Défenseur des droits et les associations comme la LICRA, en expliquant : « On pourra signaler, écouter et avoir un suivi si on veut porter plainte. »

Le Président a également assuré que « lorsqu'on a une couleur de peau qui n'est pas blanche, on est beaucoup plus contrôlé ». Des propos et sous-entendus qui ne sont pas passés auprès des policiers.

« La police n’est pas raciste »

Les syndicats Alliance Police nationale et Unité SGP Police FO ont aussitôt réagi et, dans la foulée, diffusé des tracts appelant les policiers à ne plus faire de contrôle d’identité. « La défiance de l’État vis-à-vis des policiers. Non, la Police nationale n’est pas raciste et elle ne choisit pas sa délinquance », souligne Alliance. L’organisation évoque « une plate-forme qui existe déjà, des allusions douteuses [du président de la République] sur les actions policières ». « La présomption de culpabilité de racisme ou de contrôle au faciès n’aura pas lieu », ajoute le syndicat.

Les policiers « reçus à l’Élysée le 15 octobre, lâchés le 4 décembre »

L’Unité SGP Police FO clame sa déception : « Les policiers ne sont pas votre variable d’ajustement… reçus à l’Élysée le 15 octobre, lâchés le 4 décembre. » « Il semble beaucoup plus simple d’accuser les policiers que de reprocher aux politiques des cinquante dernières années d’avoir cloîtré des populations dans les banlieues », dénonce l’organisation, qui appelle aussi à ne plus interpeller.

« C’est inacceptable d’avoir entendu ça », a réagi Denis Jacob, secrétaire général du syndicat Alternative Police, au micro de BFM TV.

4.792 signalements en tout genre ont été effectués sur la plate-forme IGPN en ligne, durant l’année 2019, selon les chiffres officiels.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois