Après les contrôles techniques des voitures, les deux-roues devaient suivre. Avec un an de retard sur l’injonction de l’Union européenne, à compter du 1er janvier 2023, la France aurait exigé que les deux-roues, les trois-roues et les quadricycles soient examinés avec la même fréquence que leurs consœurs automobiles. Les points à contrôler restaient assez obscurs. À défaut de précision, le mécanicien se serait livré à une révision complète de la carte bleue du client en vue du paiement des 50 à 70 € prévus pour l’opération.

Mais rassurons-nous, après les motos, un jour ou l’autre, viendront ensuite les trottinettes, les vélos et, enfin, les chaussures. Certains usagers déambulent dans les rues chaussés de tongs ou d’escarpins non homologués par la commission structurelle des aléas piétonniers qui siège à Bruxelles. Le danger qu’ils dérapent et attrapent le Covid n’étant pas écarté, un assorti d’un contrôle technique des chaussures sera demandé par l’Union européenne.

Retour à l’innovation prochaine annulée in extremis avec une motarde mécontente qui déclarait, au micro de LCI, que « le problème technique est à l’origine des accidents dans 3 % des cas ». Comment peut-on être à ce point hors-sujet ? Et pourquoi feindre d’ignorer que les accidents de carte bancaire sont tout aussi peu fréquents ? D’après le ministère des Transports, il peut arriver que ce précieux moyen de paiement sorte de la poche du motard lors d’un passage sur un ralentisseur un peu trop élevé, mais le phénomène reste très rare. Des mesures seront prises pour éviter ces incidents qui constituent un lourd lors de la visite aux centres de contrôle.

Autre point sensible de la mesure : les rodéos motos. Que prévoit la Commission européenne ? Déjà, les attraper. Deux jours de course-poursuite. Puis les conduire sous bonne escorte au centre de contrôle le plus proche pour une vérification de la roue arrière, seul élément usé du véhicule. Demi-tarif, puis paiement en barrettes de shit sous l’œil attendri de Gérald Darmanin.

La pancarte d’un motard en colère a traumatisé Emmanuel Macron : « Occupez-vous de l’état des routes, je me charge de ma moto. » Périphériques bloqués par les motards, centres-villes occupés par les anti-passe sanitaire. Le Président recule devant la perspective d’un chaos généralisé dans les grandes métropoles françaises.

12 août 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 13 votes
Votre avis ?
91 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires