Editoriaux - Société - 22 décembre 2019

C’est Noël ! Reconnais-le !

Notre époque est lisse et sans aspérités. Politiquement correcte et laïque. Neutre par système, de manière maladive, au risque de devenir schizophrène. Elle festoie en refusant de nommer ce qu’elle fête.

Avez-vous remarqué comme moi qu’en ce temps de qui vient – le temps de l’Avent que nous vivons en ce moment -, il ne nous reste que les chocolats du calendrier. On ne se souhaite plus ni un bon, ni un joyeux, ni un beau . On se souhaite de bonnes fêtes ! C’est le novlangue. Et ça se répand, y compris chez les chrétiens. Avez-vous entendu beaucoup de « Joyeux » en quittant vos collègues de travail ou vos amis avant de partir retrouver votre famille ?

Déjà, il fallait cacher nos crèches ; maintenant, il ne faut plus se souhaiter Noël. Cela pourrait gêner le voisin. Rendez-vous compte, souhaiter Noël à un agnostique ou un athée – pire, à un musulman, une musulmane non voilée qui se cacherait. Je vais le/la mettre dans l’embarras, le/la choquer (avec le genre il faut faire attention à viser les féminins et les masculins comme le Président) ! Par contre, lui souhaiter de bonnes fêtes, même lui faire un cadeau, et partager un bon gueuleton, c’est recommandé.

Nous sommes dans l’incohérence systémique. Eh bien, moi, j’en ai assez !

Il faudrait choisir. S’il y a des fêtes, des cadeaux, des guirlandes, il y a une raison. Car d’habitude, on fête quelque chose ou quelqu’un ; on ne fête pas le néant ! Donc, s’il y a une fête, et même une trêve des confiseurs et une trêve attendue des grèves contre la réforme des retraites, c’est qu’il se passe quelque chose d’important dans notre société. Si même les athées, les agnostiques, les musulmans, les bouddhistes, les indifférents, les CGTistes et « tutti quanti » font la fête, c’est parce que c’est Noël ! C’est parce que, durant la sainte nuit du 24 décembre, Dieu s’est fait chair.

Pas de « Un sauveur nous est né », pas de petit Jésus dans la crèche, alors pas de foie gras, pas d’huîtres, pas de sapin, pas de lumières, pas de cadeaux, pas de papa Noël. Faut choisir !

Et qu’on ne me réponde pas « C’est la tradition ». La tradition de quoi ? De la fête ? Cette hypocrisie lâchement intéressée me gave.

Tu veux la fête ? Nomme-la ! Désigne-la ! Exprime-la ! C’est Noël ! Reconnais-le ! Dis-le ! Alors, souhaite un joyeux Noël et va te recueillir devant la crèche, même si tu ne vas pas à la messe et si tu n’y crois pas. C’est pour « ça » que tu fais la fête, que tu vas avoir un jour férié, des vacances, et que tu vas faire un cadeau à tes enfants, et peut-être même que tu vas te déguiser en père Noël pour les leur offrir !

Ou alors, si vraiment ça te fait pousser des boutons, s’il te plaît, arrête comme un ignare inculte et hypocrite de souhaiter bêtement de bonnes fêtes à tout bout de champ et à la Terre entière !

Le blog de Bernard Hawadier.

À lire aussi

Buzyn abandonne les retraites et le coronavirus pour Paris ! Drôles d’urgences…

C’est pas « un peu beaucoup » vieux monde, tout ça ? …