Au Canada, un des pays les plus touchés par la « tyrannie covidiste », le rapport de force est en train de s’inverser. Dimanche 23 janvier, en effet, plusieurs dizaines de milliers de chauffeurs routiers canadiens ont entamé un « Freedom Rally » (ou « Rassemblement pour la liberté ») en protestation à l’obligation vaccinale faite aux poids lourds traversant la frontière depuis les États-Unis. En cas de non-vaccination, ces derniers doivent, entre autres, subir une quarantaine de deux semaines.

Si le phénomène est relayé par la presse anglo-saxonne mainstream, ce n'est pas le cas en France (exception faite, sauf erreur de notre part, de CNews et de 20 Minutes).

Tout a donc commencé il y a une semaine. Le principal convoi de camions est parti de l’État de l’Alberta, à l’ouest du Canada, et est en route pour la capitale fédérale Ottawa, à l’extrême est, soit à environ 4.000 kilomètres de route. L’arrivée est prévue ce samedi 29 janvier, sur la colline du Parlement. Aussi, une cagnotte a été mise en place, via la plate-forme GoFundMe, pour soutenir les camionneurs dans leur périple. Vendredi 28 janvier, elle s’élevait à plus de 6,8 millions de dollars canadiens.

Alors que d’autres convois rejoignent le mouvement via divers itinéraires, l’événement est spectaculaire par la ferveur populaire qu’il soulève. Sur Internet, les images et vidéos amateurs abondent. On y découvre, bien sûr, les films des convois sous la neige, mais aussi la foule présente sur les bords de la route, drapeaux canadiens à la main, venue les soutenir. D’autres témoignages filmés font chaud au cœur – comme quoi la solidarité n’est pas morte : des cuisines où s’organise au pied levé la préparation de centaines de pique-niques pour encourager les courageux.

En début de semaine, les convois dépassaient les 70 kilomètres de long. De son côté, Justin Trudeau, le canadien, minimise l’ampleur du phénomène. Ce mercredi, en conférence de presse, il parlait d’une « petite minorité marginale ». On connaît la chanson. Reste que les autorités locales préparent les blocages de ce samedi avec inquiétude. Certains craignent les violences et des ruptures dans l’approvisionnement des denrées alimentaires si le mouvement persiste. Erin O’Toole, le chef du parti conservateur canadien, précise qu’il s’agit majoritairement d’un mouvement contre la politique de Trudeau, qui n’a fait que diviser le peuple. Pour beaucoup, effectivement, il s’agit de faire pression sur Trudeau en bloquant la capitale.

Theo Fleury, ancien joueur de hockey sur glace canadien, médaillé d’or olympique, précisait la situation au micro de Fox News, ce mercredi. « Depuis deux ans, ne parle que de vaccination. Pas d’économie, pas de pertes de libertés, que des vaccins. Actuellement, au Canada, une grande révolution est en cours. Personne n’en parle à l’international. 50.000 camionneurs sont actuellement en direction d’Ottawa et 1,4 million de personnes y sont attendues. Ils vont tous rester sur place jusqu’à ce que Trudeau démissionne ou qu’ils nous rendent toutes nos libertés et nos droits. »

Les revendications du mouvement, au-delà d’une profession, est d’arrêter toutes les restrictions sanitaires dans le pays, sources de faillites économiques et morales. Rappelons que le Canada est l’un des pays les plus avancés dans la folie sanitaire. Le passe vaccinal a, par exemple, été décrété obligatoire, à partir du 24 janvier, dans les grandes surfaces de plus de 1.500 mètres carrés. Aussi, et comme le relate Radio Canada, les non-vaccinés doivent y être accompagnés en permanence d’un vigile pour effectuer leurs achats (qui restent limités).

Ironie calculée sans doute, jeudi 27 janvier, annonçait, sur Twitter, être cas contact d’une personne positive au Covid-19. Le est donc isolé pour cinq jours. Hélas, il ne pourra pas assister à cette manifestation hors normes.

L’exemple canadien fera-t-il effet boule de neige à l’international ?

29 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 9 votes
Votre avis ?
45 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires