Economie - Editoriaux - International - 16 novembre 2019

Back in the USSR dans les steppes de l’Asie centrale !

Qu’y a-t-il de commun entre la chanson composée par Paul McCartney en 1968 et le poème symphonique de Borodine écrit en 1880 ?

Une main tendue vers la Russie, la beauté de ses femmes, de ses steppes asiatiques et du son de la balalaïka.

Une main tendue vers la puissance et l’immensité de ses paysages.

Il y a un mois s’est produit un événement majeur au niveau international dont personne n’a parlé, et pourtant…

C’est l’annonce de l’entrée de l’ dans l’Union économique eurasienne (UEE). Cette union, entrée en vigueur en 2015, a été créée à l’initiative d’un président kazakh. Elle comprend la Russie, la Biélorussie, l’Arménie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Serbie. Sont candidats à son intégration la Chine, l’Iran, la Mongolie, le Turkménistan, la Moldavie, le Tadjikistan.

C’est donc désormais chose faite pour l’Ouzbékistan.

Cette Union est une vaste zone de libre-échange (libre circulation des hommes et des biens) avec une gouvernance largement inspirée de celle de l’Union européenne. Dans sa configuration actuelle, c’est 1,8 milliard d’habitants (sans, donc, la Chine ni l’Inde).

L’entrée de l’Ouzbékistan est très symbolique. Jusqu’à présent, ce pays avait refusé le retour à l’hégémonie « soviétique », préférant les traités bilatéraux, mais son président s’est rendu compte de l’énorme risque qu’il y aurait pour son pays de ne pas « monter dans le train « de ce nouveau continent-monde qui est en train d’émerger inexorablement à l’Est, pendant que la vieille Europe se disloque de partout, fait semblant d’ignorer l’invasion migratoire venue du Sud et que le monde anglo-saxon (USA, Grande-Bretagne) se replie sur lui-même.

L’Ouzbékistan, c’est seulement 31 millions d’habitants, musulmans sunnites à 94 %, mais c’est historiquement le pays de Tamerlan, le pays où se trouve Samarcande et les plus belles merveilles de l’art musulman.

C’est aussi le pays de la route de la soie, ce qui en a fait sa richesse, culturelle notamment.

D’ailleurs, une exposition des « trésors de la route de la soie » est prévue au Louvre, en 2021, avec de nombreuses pièces venues d’Ouzbékistan, pays que l’organisatrice de l’exposition qualifie de « carrefour des civilisations chinoise, indienne et iranienne ».

Il suffit de regarder une carte pour se rendre compte que l’Ouzbékistan était, peut-être, la dernière pièce du puzzle de ce nouveau monde en train de se créer à l’Est. Un nouveau monde d’une puissance colossale qui pourra bénéficier de l’ouverture des nouvelles routes maritimes du Nord (le réchauffement climatique n’a pas que des inconvénients), sans oublier les immenses ressources naturelles dont l’exploitation raisonnée sera possible.

Les Chinois n’en oublient pas, pour autant, leur développement vers l’Ouest et l’Europe.

C’est ainsi que, le 9 novembre dernier, DHL Global Forwarding (filiale de la Deutsche Post) a inauguré une ligne de chemin de fer reliant Xi’an (en Chine) à Hambourg et Neuss (en Allemagne), ligne créée en collaboration entre DHL et une entreprise chinoise. Cette ligne, truffée « d’intelligence artificielle », permet de relier la Chine à l’Europe en 10-12 jours (environ le tiers d’un trajet maritime) dans des conditions « éco-responsables ».

N’en déplaise à certains, la route de la soie est bel et bien rouverte et elle passe par l’Ouzbékistan.

Marco Polo doit être bien content !

À lire aussi

Réforme des retraites : quel serait le bon système ?

Laissons chacun « se débrouiller » à la préparation de sa retraite sans lui faire miroiter…