Dans Le Guignolo (1980), de Georges Lautner, Audiard met ces mots dans la bouche de Jean-Paul Belmondo : « Vous savez la différence qu’il y a entre un con et un voleur ? Un voleur, de temps en temps, ça se repose… » Les militants wokistes, eux, sont à l’œuvre 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, en France, mais également en Allemagne, leurs homologues entendant désormais renvoyer dans son tipi le héros apache Winnetou, figure incontournable de la littérature pour petits et grands.

Ce dernier voit le jour en 1879 sous la plume de Karl May, à l’occasion d’un premier roman, bientôt suivi d’une trilogie achevée en 1893. Le succès est immédiat. Winnetou, chef apache donc, un Mescalero pour être plus précis, lutte contre les colons européens. Plus identitaire, on ne fait pas, même si son meilleur ami, Old Shatterhand, est un Blanc. Ce personnage est si populaire, outre-Rhin, que onze films sont tournés de 1962 à 1966. Le triomphe traverse tôt les frontières, celles des pays d’Europe de l’Est, principalement. Logique : ces films, tournés en Croatie, sont souvent coproduits avec la Yougoslavie et le Yankee n’y a pas le beau rôle, loin de là. On l’aura compris, Winnetou n’est pas John Wayne.

Pour incarner Old Shatterhand, un ancien Tarzan, l’Américain Lex Barker. Pour Winnetou, Pierre Brice, Français né à Brest. À l’époque, on ne parle pas encore d’appropriation culturelle, mais en de l’Ouest, reconnaissons tout de même que les acteurs d’origine apache ne sont pas légion et qu’il est alors plus facile de demander à un Breton de jouer un Indien que le contraire. Le phénomène atteint une telle ampleur que les critiques cinématographiques américains évoquent, avec un certain mépris, si ce n’est un mépris certain, le « western choucroute », sobriquet à mettre en regard avec le « western spaghetti », leur permettant de dénigrer un genre lui aussi fondamentalement pro-Indiens.

Mais tout cela, les wokistes à la sauce prussienne l’ignorent sûrement, qui exigent désormais que l’éditeur Ravensburger retire de la vente deux nouvelles aventures de Winnetou censées accompagner la sortie, ce 11 août, d’un film éponyme. Le motif ? Ce dernier véhiculerait  « un imaginaire romancé et plein de clichés ». À destination de ces ligues de vertu, rappelons que, par nature, un « imaginaire » est forcément « romancé ». Autrement, ça s’appelle la réalité, Dugenou. Mais comme ces gens ne prennent décidément jamais de repos, ils s’indignent encore que ce même « imaginaire » soit, de plus, « plein de clichés » et sans rapport avec « l’oppression des peuples indigènes ».

Là, on pourra encore leur rappeler que ce n’est peut-être pas le sujet. À ce compte, les aventures d’Arsène Lupin, notre gentleman-cambrioleur national, fait de fréquents séjours en prison sans que jamais son auteur, Maurice Leblanc, n’ait songé à stigmatiser les rudes conditions carcérales infligées aux prisonniers, au début du siècle dernier.

Et, Clemens Maier, l’éditeur incriminé, de se défendre en ces termes : « Mon intention n’a jamais été de blesser qui que ce soit. […] Notre maison se veut très attentive à la question de la diversité et de l’appropriation culturelle. » De son côté, le Bild prend moins de gants, dénonçant « l’hystérie wokiste ». Notons que ce conservateur vient de bénéficier d’un soutien inattendu, celui de l’ancien président du Parti -démocrate, Sigmar Gabriel, qui affirme sur Twitter : « Quand j’étais enfant, j’adorais les de Karl May, surtout les Winnetou. Quand mon héros est mort, j’ai versé des torrents de larmes, mais pas plus que Tom Sawyer ou Huckleberry Finn cela n’a fait de moi un raciste. C’est pourquoi Winnetou a toujours sa place dans ma bibliothèque pour mes enfants. »

De là à prétendre que celle des wokistes teutons soit à l’asile le plus proche…

7773 vues

25 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

18 commentaires

  1. Bientôt les Rolling stones devront rendre les millions qu’ils se sont appropriés en reprenant certains standards du blues et de rocks empruntés aux noirs américains! Le problème est qu’ils risquent de se heurter aux principaux concernés, enfin ceux qui sont encore vivants , sortis de l’anonymat qui leur était promis grâce à ses petits gars british, fans de la première heure !

  2. Là encore, qui finance ces assoces ? et donc qui leur donne les consignes ? Le pire c’est que leur pilonnage, aussi absurde soit-il, arrive progressivement à entrer dans les têtes. Même CNews s’y met et, au lieu d’attaquer frontalement, leur trouve des excuses. CNews me déçoit et j’espère qu’il vont se reprendre à la rentrée. Arrêtons dans ce genre de polémique de nous excuser en permanence !! Ses semblants d’excuses sur Poutine et le soi-disant « vaccin » ont déjà coùté beaucoup de points à Zemmour !

  3. la dégénérescence cérébrale des wokistes est incroyable !
    depuis leur adolescence le fait de fumer du haschich a fait énormément de ravage sur leur petit cerveau déjà abimée par la pensée de gauche !!!

  4. Pourquoi personne ne parle-t-il jamais de nous, pauvres tintinophiles, victimes d’insultes depuis si longtemps pour admirer un jeune facho raciste et son chien réacionnaire? Nous sommes très peinés…

  5. je me souviens a la meme époque la série indienne française tournée a la mer de sable de jean richard , avec perruque
    de travers et veste a franges qui a fait hurler de rire les petits américains !bon mais les wokistes ont ils l’intention de détruire aussi ce héros que le monde entier nous envie ?

  6. De quel droit, par quel mécanisme, une certaine catégorie d’humains serait-elle propriétaire exclusive d’une culture ? Bon, pour les français, on a compris : « il n’existe pas de culture française » dixit Macron lors de sa campagne dramatiquement victorieuse de 2017. Donc nous ne risquons pas d’être victime d’une « appropriation culturelle ». Quoique, en y regardant de plus près… Par exemple dans les anciennes colonies de l’Empire on nous a piqué (c’est normal avec cet instrument) l’utilisation de la fourchette : appropriation culturelle ; dans certains endroits on a délaissé le cannibalisme pour un régime alimentaire autre : appropriation culturelle encore ; et dans pratiquement toutes les contrées anciennement sous administration française des gens plus ou moins nombreux se sont convertis au catholicisme et ont construit des églises (tant mieux : ça apporte un brin d’humanité dans bien des contrées soumises à la violence) : appropriation culturelle toujours. En cherchant bien je suis certain que l’on pourrait énumérer encore deux ou trois exemples supplémentaires. Alors lorsque des blancs en dreadlocks se font houspiller pour avoir oser chanter du reggae, cela m’en touche une sans faire bouger l’autre comme dirait quelqu’un et les bras me tombent de constater que les gens incriminés d’appropriation culturelle éprouvent systématiquement le besoin de se répandre en excuses flasques et dégradantes. Peur de perdre une certaine clientèle et certains revenus peut-être ?!

    1. Ne pas oublier le pain et … les croissants qui ont su conquérir le coeur de nombre de nations…

  7. On marche sur la tête ! Et on s’étonne, pire on favorise, le fait que de jeunes enfants ne savent plus de quel sexe ils sont et veulent déjà en changer, parfois à l’âge de la maternelle ! Et on demande aux enseignements d’être sensible à ces désirs, voire de c’y plier !
    Que les minorités, sexuelles, ethniques, etc., vivent leur vie dans l’intimité, assument leurs choix de vie, et arrêtent d’emmerder (là désolée, je parle comme jupiter ….) la majorité des humains qui ne renient pas encore qu’il existe deux sexes différents, complémentaires, tant dans la vie affective, sociale, pour assurer notre descendance, etc. Arrêtons de faire cette pub malsaine pour l’épanouissement de nos enfants et l’avenir de notre société.
    Et luttons pour que ce ne soit pas l’Etat qui régente, par des lois débiles, nos vies privées qui doivent rester dans le domaine du privé !

    1. Excellent!!ces médias,(meme cnews semble s’y mettre?)oeuvrent pour faire en sorte,au passage,deux mois de vacances pour eux,et les voila revenus.Cnews commence a me décevoir!!!désolé,Christine,Marc,Guillaume,Nathan…!!!!

  8. mais c’est vrai que les voleurs se reposent de temps en temps , par contre les c….! jamais!!!
    Pauvre monde!!!

  9. Quand au cinéma ou au théâtre on prend un noir, une noire, pardon un homme ou une femme de couleur pour jouer un rôle historique les wokistes applaudissent, le contraire leur fait sauter les plombs qu’ils ont dans le cerveau en lieu et place des neurones.

  10. Mais pourquoi donc toujours s’excuser, s’aplatir devant ces wokistes finances par Soros entre autre ?
    On devient des lavettes !

  11. Est-il encore permis de rêver, ou bien sommes-nous condamnés par ces gens qui ne représentent qu’eux-mêmes, à vivre un perpétuel cauchemar à l’état de veille ?
    Une œuvre comme les misérables de Victor Hugo ne véhicule-telle pas, elle aussi, un « imaginaire romancé et pleins de clichés ? » Le forçat Jean Valjean qui devient un bienfaiteur de l’humanité, une Fantine, qui vend ses cheveux et ses dents pour sauver son enfant, une Cosette, pauvre enfant victime des infâmes Thénardier, Javert en policier terrible et inflexible, à l’âme en acier trempé ? Sans parler de l’évêque de Digne qui est plus proche de Jésus que d’un homme d’église …
    Faut-il interdire un tel monument de notre littérature car il est lui aussi plein de clichés larmoyants sur les pauvres et ne laisse pas suffisamment de place à la diversité issue de nos banlieues ? Parce qu’il faut avouer que tous les pauvres de Victor Hugo, je les trouve tout de même bien (trop) blancs … Pas vous ?

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter