Editoriaux - 24 avril 2019

Alain Finkielkraut persona non grata à Sciences Po : jusqu’à quand laissera-t-on sévir l’ultra-gauche ?

« La venue d’Alain Finkielkraut à Sciences Po provoque des remous parmi les étudiants », titre 20 Minutes. « Une conférence d’Alain Finkielkraut à Sciences Po fait polémique », annonce actu.orange.fr. Traduisons-les : une petite minorité de militants activistes d’ultra-gauche faisant la pluie et le beau temps à Sciences Po, comme à peu près dans toutes les universités de France d’ailleurs, a voulu par la force empêcher la tenue d’une conférence d’Alain Finkielkraut.

S’en est suivi un jeu du chat et de la souris – Marianne parle de « chasse à l’homme » – dans les rues de Paris, conclu par une entrée sous escorte policière, indigne et humiliante pour le philosophe académicien de bientôt 70 ans.

Les arguments de ces activistes autoproclamés « antiracistes » se résument à quelques invectives fourre-tout éculées : sexiste, raciste, xénophobe. Comme démonstration du talent rhétorique de Sciences Po, cela se pose là. Le moins que l’on puisse dire est que l’institution ne se couvre pas de gloire.

La vérité est que cet accueil détestable n’est pas réservé à Alain Finkielkraut. L’ultra-gauche, à la faveur des réseaux sociaux, se déplace en meute à chaque fois que la conférence d’un intervenant étiqueté d’extrême droite, réac ou bien simplement conservateur est annoncée. Faute de pêche au gros, le menu fretin fera l’affaire. Si le public ne connaît pas le conférencier, un tract insultant, avec toujours les mêmes mots clés – sexiste, raciste, xénophobe, on l’a dit, et puis parfois homophobe et islamophobe en fonction des circonstances -, se charge de le mettre au parfum.

Volée de moineaux agressifs comme dans le film d’Hitchcock, se rassemblant, sur injonction des réseaux sociaux, de ville en ville, ils investissent les lieux et éructent leur haine, accueillant par une haie de propos orduriers et de crachats un public qui n’en peut mais et avance en vitesse, dos courbé, sous les quolibets, jetant un regard apeuré sur le car de police (qui n’a sans doute pas que cela à faire…) garé un peu plus loin, espérant qu’en cas de pépin, celui-ci interviendra. Un homme des RG est là, les mains dans les poches, qui rassure les organisateurs et promet que cela ne devrait pas dégénérer. Le conférencier arrive enfin par une porte dérobée, encadré de flics, avec en bruit de fond les vociférations, comme s’il était un assassin, un bandit de grand chemin. A-t-il mérité ça ?

Éric Zemmour, bien sûr, en a fait les frais, Robert Ménard aussi, qui a même été jeté à terre à Saint-André-de-Cubzac – dans ce cas, c’est toujours la légèreté des organisateurs qui n’ont pas su anticiper qui est implicitement mise en cause, et pas celle des autorités ni des fauteurs de troubles – mais aussi, hors de la sphère politique, de pacifiques membres d’Alliance VITA, de LMPT, etc., invités par de gentilles associations catholiques. J’en ai, moi-même, fait les frais au Mans et à Orléans. C’est ainsi que de braves paroissiens nonagénaires en escarpins et lodens verts, des chefs scouts et des institutrices proprettes se font injurier, traiter de putes, de salopes, de connards, etc., par des antifas en capuche noire, ressemblant à s’y méprendre à ceux qui cassent sur les Champs-Élysées, et taguant (comme c’est bizarre) les mêmes slogans sur les murs avoisinants…

Il arrive souvent que la presse locale se fasse l’écho de cet événement, avec une partialité qui laisse imaginer de troublantes connivences idéologiques. La conférence elle-même ne l’intéresse pas, elle ne dira pas un mot du contenu ni des centaines de braves gens à l’intérieur, elle ne parlera que des vingt excités devant la porte, évoquant un « trouble à l’ordre public » suscité – mais bien sûr – par le conférencier lui-même.

Qui osera taper du poing sur la table ? Qui démêlera enfin les mille fils qui tissent ces insupportables réseaux violents dont les ramifications se trouvent aussi bien dans des officines universitaires ayant pignon sur rue que dans les rangs des Black Blocs ravageant Paris tous les samedis ?

À lire aussi

Ni France des homards, ni France des kebabs… on a le droit ?

Pour la porte-parole du gouvernement, exit le jambon-beurre, la quiche lorraine, le gratin…