Et pas n’importe quelles femmes…

Nous, les bouseux de province, on a l’habitude de juger un maire à l’aune de ses résultats. Alors, observons quelques chiffres. Depuis 1960, la population de Paris intra-muros ne cesse de décroître pour se stabiliser à environ 2,2 millions d’habitants. Dans le même temps, l’endettement de la ville a augmenté de 338 %, de 2000 à 2017, pour atteindre la « petite somme » de 5,9 milliards d’euros (Capital). Malgré la stagnation de la population, le nombre d’agents employés par la ville est passé de 40.000, en 1990, à 52.000, aujourd’hui (Entrepreneurs pour la France). Les de fonctionnement s’élèvent à 7,8 milliards d’euros pour un budget « qui dépasse aujourd’hui les 9 milliards d’euros », selon l’iFRAP.

À ces données quantitatives absolument catastrophiques s’ajoutent des considérations plus qualitatives : la plus belle ville du monde est un cloaque infesté de rats où règne l’insécurité (augmentation des cambriolages de 40 % en 2018, rapporte Le Parisien). Il est impossible de circuler parmi les différents engins bizarres qui foncent au mépris des élémentaires règles de sécurité. Des hordes de guettent aux portes de la capitale, violent, dealent et agressent. Sans parler, naturellement, du spectacle hebdomadaire des manifs.

Bon, tout cela devrait largement suffire à bouter Anne Hidalgo hors de la ville, on lui épargnera le goudron et les plumes… Et pourtant, c’est elle qui est en tête des sondages ! 23 %, devant Rachida Dati, à 20 %. C’est à n’y rien comprendre…

La « désignée volontaire » qui se rêve une destinée à la Simone Veil, Mme Agnès Buzyn, espère bien cumuler les voix du grivois Griveaux (16 %) et du pittoresque mathématicien (10 %) avec qui une alliance de circonstance sera probablement passée.

La lutte entre nos « trois p’tites femmes de Paris » s’annonce donc particulièrement serrée. Devant ce triste spectacle, on ne peut s’empêcher de penser à la conclusion de la chanson de Serge Lama : « Je suis cocu mais content ».

Pauvres Parisiens, ils ne méritent pas cela !

19 février 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.