Ironie sémantique du moment : «  » et « votes » débutent par la même lettre… Or, ce sont deux sujets objets de débats et de futur incertain.

On parle beaucoup de rendre le vaccin anti-Covid obligatoire. Question de solidarité populaire partagée et de responsabilité spécifique pour le personnel au contact de malades ou sujets vulnérables.

Le ministre de la Santé, , vient de secouer le cocotier médical, en particulier, en lançant un « appel solennel » aux , notamment travaillant en EHPAD, qui ne se sont pas encore fait vacciner. Il a « menacé » de les contraindre à la piqûre. Pour le pékin lambda et rationnel, la déontologie basique dans le milieu médical aurait dû prévenir cette menace, dont on attend maintenant qu’elle devienne effective.

Mais pourquoi ne pas généraliser à tous, comme pour d’autres vaccins obligatoires dont on ne parle jamais ?

Côté vote, la pandémie croissante de l’abstention menace la démocratie. Pour les scrutins des régionales et départementales conjointes, le taux de désintérêt aux urnes annoncé à 68 % dans un récent s’est confirmé. Cette désinvolture est grave qui fait injure à ce droit fondamental qui a été octroyé aux citoyens dans la douleur par deux révolutions, en 1789 et 1848.

Lorsque des candidats sont élus par une proportion si faible de votants, on ne peut plus entendre qu’ils sont vraiment « les représentants du peuple » !

Certains pays, dont la et le Luxembourg, ont rendu le vote obligatoire. Et d’autres dans . Face à la désaffection croissante des Français devant les urnes, il serait sans doute opportun d’y réfléchir promptement ?

Peut-on espérer un « V », comme victoire, pour ces deux actualités ?

20 juin 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

2.3 3 votes
Votre avis ?
27 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires