« Quand je me regarde, je me désole ; quand je me compare, je me console. » La célèbre phrase attribuée à Talleyrand pourrait être la réflexion de tout Français de passage en Belgique, tant la situation y paraît catastrophique. On pensait détenir la palme, notamment sur la question migratoire, mais le plat pays nous dépasse encore d’une courte tête.

Sociologue et ancien chercheur à la KU Leuven, Jan Hertogen vient de publier, sur son site Web, des fiches et des tableaux montrant l’évolution de la population dans les 581 communes belges, ainsi que dans les différentes provinces et régions. Il en ressort qu’en Flandre, 29,2 % de la population serait issue de l’immigration. Selon lui, en Wallonie, ce pourcentage est de 38,3 % et à Bruxelles de 82,5 %. Des chiffres contestés par d’autres chercheurs et plus élevés que ceux de l’agence gouvernementale Statbel. « Cela s’explique par le fait que Statbel ne comptabilise que les enfants d’étrangers devenus belges, alors que j’englobe également les petits-enfants, explique Jan Hertogen dans la presse belge. Si vous ne faites pas cela, les pourcentages vont baisser dans un avenir proche et ne refléteront plus la réalité. »

Le Grand Remplacement n’existe pas et il est formidable

Mais selon le sociologue, ces chiffres sont à manipuler avec une extrême précaution. Il ne faudrait surtout pas qu’ils soient récupérés par la droite nationaliste flamande, dirigée par le député Filip Dewinter, et servent à attester le remplacement de population en cours. « C’est totalement faux, s’emporte l’expert. Dewinter cite en effet très volontiers mes chiffres dans son livre sur le Grand Remplacement, mais il les utilise à mauvais escient pour étayer ses élucubrations racistes. […] C’est un non-sens et des conneries. »

Pour Jan Hertogen, le bouleversement démographique que connaissent l’Europe en général et la Belgique en particulier n’a rien de très inquiétant. « Au rythme actuel, les musulmans ne seront majoritaires dans notre capitale que dans 100 ans », estime-t-il. Pas de quoi s’inquiéter, donc. « Il s’agit d’une évolution démographique parfaitement normale. Une évolution qui nous a procuré en grande partie des avantages. La migration n’est pas le problème, c’est juste une solution. »

Voilà la théorie que partagent bon nombre de démographes et de sociologues, belges comme français : le Grand Remplacement n’existe pas, mais il est une chose merveilleuse. Nous ne sommes pas remplacés, mais si nous le sommes, « cela a surtout des avantages ». Face, je gagne ; pile, tu perds. Et le sociologue d’évoquer notre natalité en berne, nos villes européennes « exsangues » que seule l’immigration pourrait sauver de la ruine, nos PIB qui seraient gonflés par la contribution extraordinaire des immigrés. « Bref, sans l’immigration, nous serions tous moins prospères. Et puis, il y a l’aspect culturel. Lorsque les artistes me disent que Bruxelles est le top mondial de la danse moderne, de la musique, etc., c’est grâce à la synergie de toutes ces cultures différentes. La migration est synonyme d’enrichissement à cet égard également, et non d’appauvrissement. » Faut-il inclure les émeutes urbaines, les égorgements rituels et le harcèlement de rue à cet extraordinaire « enrichissement » culturel ? Le sociologue ne le dit pas.

La sociologie, faux nez du militantisme d’extrême gauche

Sur sa page Facebook, Jan Hertogen joue cartes sur table. Il partage des posts pro-palestiniens à la pelle, accable la police bruxelloise qui manque à son goût de diversité, appelle ouvertement à voter pour l’union de la gauche et bloquer « l’extrême droite ». Par un incroyable coup du hasard, le chercheur se trouve être, en plus, l’oncle de Raoul Hedebouw, président du PTB-PVDA, parti travailliste belge d’extrême gauche. « C’est vrai. Ma sœur est la mère de Raoul. Mais je n’ai jamais eu de carte de parti. En tant que scientifique, je suis aussi indépendant que possible. » Bien entendu. Sa neutralité est totale. Comme toujours, sur les questions d’immigration, les « experts » invités à s’exprimer dans la presse mainstream ne sont en aucun cas des militants. Les dés ne sont pas du tout pipés. Jamais, au grand jamais.

8685 vues

10 janvier 2024 à 17:02

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

36 commentaires

  1. Que BRUXELLES ne se réjouisse pas trop vite de cette immigration positive ! La Belgique sait-elle ce qu’a dit Houari Boumediene, président algérien en 1974 ? il nous a prévenus lors de la conférence islamique : « Le ventre fécond de nos femmes nous permettra de conquérir l’Europe et le Monde » et à l’ONU, il a renouvelé sa menace « Des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Ils n’iront pas en tant qu’amis. Ils iront pour le conquérir. Et ils le conquerront en le peuplant avec leurs fils. C’est le ventre de nos femmes qui nous donnera la victoire ». A vous de conclure chers Gaulois ……

  2. Qu’ils soient belges ou français ou… ce sont des crétins notoires qui ont un regard totalement irresponsable sur le phénomène migratoire.
    Ils argumentent sur le déclin désolant de notre démographie, ce qui est malheureusement vérifiable, mais comment nos pays se sont-ils relevés après la 1ère guerre mondiale qui avait dévastée notre stock d’hommes par million ? Comment nos pays se sont-ils relevés après la 2de guerre mondiale, après que là aussi, tant d’hommes avaient péris ?
    Et bien en remettant en route et naturellement la « machine » à reproduire. C’est un fait incontournable, qui conduit l’humanité à se regénérer naturellemnt, et rapidement, dès qu’une partie en est amputée. Alors quid de l’immigration de complémentation ? Arrêtez d’en faire venir, et lorsqu’on s’apercevra du vide qui s’installe, on complétera nous mêmes comme cela se passe depuis la nuit des temps, et sans « remplacer » !

    1. Sauf qu’à présent il y a la contraception, et le droit à l’avortement qui permet de tuer le tiers des enfants conçus. Et des femmes, ou couples qui se vantent de be pas vouloir d’ enfants.

  3. Les migrants viennent de pays à 95% islamistes, tel le Sénégal. Donc pas étonnant que ces migrants soient à 95 % islamistes. Si l’on veut que la France devienne demain l’Afghanistan, continuons comme cela et rendons le port du voile obligatoire.

  4. L’afd pense a la remigration.
    Présenté par Martin Sellner, fondateur du Mouvement des identitaires d’Autriche et figure influente des droites radicales germanophones, ce plan de « remigration » nécessiterait des « lois sur mesure » afin de « mettre sous forte pression » les « citoyens allemands non assimilés ». Pour être mis en œuvre, ce plan aurait besoin d’un « Etat modèle » en Afrique du Nord, où pourraient être « déplacées » jusqu’à deux millions de personnes, parmi lesquelles « des individus qui aident les réfugiés en Allemagne ».

    (…)

    Sur son site, le parti assure qu’il défend « l’Etat de droit », considère « le peuple allemand comme la somme de toutes les personnes ayant la nationalité allemande,

  5. Il en ressort que la « capitale » de l’Europe se situe dans la grande banlieue d’Alger ou d’Ankara ! Un chef-d’œuvre de fossoyeurs qui d’ailleurs continuent de creuser. En 2024 pour les européennes, comme pour toutes les autres élections à venir chez nous aussi, mon vote ira pour la droite la plus radicale et la plus souverainiste.

  6. Le « plat pays » des Français….Je me demande comment on arrive à être « plat », juste à côté des « hauts-de-France »….
    Le Plat Pays est en fait la Flandre, et la Wallonie a des paysages genre Morvan. Quant aux Hauts de France, pas hauts du tout, je me demande qui est le sot qui a trouvé cette expression administrative. J’aurais avancé, Pays-Bas de France, qui me semble mieux. Toute cette région a historiquement fait partie des Pays-Bas bourguignons puis Espagnols…. Pour le moment, je dis « Bas de France » par suite avec le « Plat Pays ».

    1. « Haut » dans le sens de « Nord », non? Cette dénomination géographique n’a rien à voir avec l’altitude.

  7. Jan Hertogen le dit bien, il s’agit de musulmans, donc… au travail, les catholiques! convertissez-les, le Seigneur l’a demandé.

  8. Avant je pensait « C;; comme un français » nécessite une formation, maintenant les français ont trouvé un compagnon de route, les Belges. Le tout couronné par Ursula au parlement, quintessence de la bétIse Européenne.

  9. Majoritaires dans 100 ans, donc pas d’inquiétude. Moi, dans 100 ans je ne serais plus là mais il y aura mes descendants. Alors oui, je m’inquiète. La Belgique aujourd’hui, c’est la France de demain et la France a été universelle sans l’immigration. Elle s’est enrichie culturellement sans l’immigration et elle ne s’est pas forgée avec l’immigration. On peut toujours regarder ce qui se fait ailleurs pour se cultiver, mais ça doit rester ailleurs.

  10. Je reviens sur mon post sur Molenbeek. Comment en est-on arrivé là ?
    Si le vote est obligatoire en Belgique, l’abstention n’est plus sanctionnée. Les abstentions y sont donc aussi nombreuses qu’en France !
    La loi permet aux non-européens domiciliés en Belgique depuis plus de 5 ans de voter aux élections communales et aux bi-nationaux d’y être candidats.
    Le parti socialiste, à l’origine du texte législatif, a donc « tenté le coup » en présentant un candidat de cette catégorie,appelé « candidat d’ouverture ». Tous ses coreligionnaires en droit de voter se sont bien évidemment précipités pour voter pour lui alors que les Belges profitaient de cette journée pour faire la grasse matinée… Bingo ! Leur candidat obtient un score stalinien.
    Et tous les autres partis vont à l’avenir présenter des « candidats d’ouverture » avec le même succès.
    La machine s’emballe, la marche arrière est impossible, et c’est ainsi que dans la plupart des grandes villes « de gauche – lisez socialistes » les conseils communaux vont bientôt être constitués en majorité par des bi-nationaux musulmans (Molenbeek par exemple).
    Et, cerise sur le gâteau, ils occupent des postes clés : comme le logement
    Ironie du sort, c’est la fille de Serge Moureau, à l’origine de cette loi qui les a amenés au pouvoir, actuellement bourgmestre de Molenbeek-saint-Jean qui fait l’objet d’une fronde de la part de ces bi-nationaux – Ils souhaitent même sa révocation.
    J’ai lu, qu’en France, « on » envisageait d’adopter le système belge : bonne chance à tous !

    1. Allez donc regarder la composition des conseils municipaux dans les principales villes de notre « californie »

  11. Encore une façon détestable d’inverser le raisonnement chez ces démographes gauchos ! C’est parce qu’on impose aux peuples belge et français des envahisseurs qui leur pourrissent la vie que le peuple souche ne veut plus se reproduire ! L’immigration incontrôlée et tous ses méfaits est bien la cause de la baisse de la natalité, et non la conséquence !

Les commentaires sont fermés.