Culture - Editoriaux - 10 janvier 2019

À 90 ans, Tintin reste une valeur sûre !

C’est le 10 janvier 1929 que Tintin a fait sa toute première apparition dans la publication Le Petit Vingtième, supplément hebdomadaire au journal belge Le Vingtième Siècle destiné à la jeunesse. Ce jour-là, les lecteurs du journal, dirigé par un prêtre, le père Norbert Wallez (1882-1952), découvrent un jeune boy-scout à l’allure un peu lourdaude et gauche. Prénommé Tintin, il est parti faire un reportage sur la vie quotidienne au pays des Soviets. Le tableau qu’il dresse de l’ancienne Russie tsariste est cruellement véridique, entre propagande et manipulation de masse… Mais les premières planches de cette bande dessinée élaborée par Georges Rémi (Hergé – 1907/1983) passent totalement inaperçues.

La notoriété de Tintin n’arrivera que plus tard, avec la parution des premiers albums (Tintin au Congo, Tintin en Amérique) et la généralisation de sa célèbre ligne claire. Au total, les aventures de Tintin et Milou ont connu 24 albums, 250 millions d’exemplaires vendus et une traduction en 120 langues et dialectes. Chaque année, 500.000 exemplaires sont vendus en France et quatre millions à travers le monde ! Et pourtant, plus aucun nouvel album n’est sorti depuis la mort d’Hergé, ce dernier ayant souhaité que « Tintin ne vive pas d’aventures après sa mort ».

Pourquoi un tel succès ? Parce que chacun se reconnaît dans ce personnage sain, intègre, mû par un solide esprit de justice, en somme par des valeurs universelles que notre monde semble avoir, en partie, abandonnées en ce début de XXIe siècle.
Oui, Tintin est courageux, déterminé, dynamique, pur, autonome, intelligent et généreux : il fait face aux risques, il est inventif et ingénieux, il cultive l’esprit d’initiative. C’est un modèle de vertu et d’honnêteté. Tintin, personnage fictif, n’en reste pas moins un masque que chacun peut porter. Parce que Tintin reste toujours d’actualité. Quand on parle de la guerre du Golfe, Tintin nous renvoie au Pays de l’Or noir. Quand on évoque la disparition du MH370, impossible de ne pas penser à Vol 714 pour Sydney. Quand un coup d’État surgit, tout le monde pense aux Picaros. Quand une éclipse de soleil survient, impossible de ne pas se remémorer Le Temple du Soleil… En ce cinquantenaire du premier homme sur la lune, Neil Armstrong (1930-2012), comment ne pas évoquer les deux albums précurseurs : Objectif Lune et On a marché sur la Lune ?

Tintin rassemble par-delà les âges. « De 7 à 77 ans », comme le mentionnait l’hebdomadaire Le Journal de Tintin, qui a publié plusieurs centaines de numéros, de septembre 1946 à novembre 1988.

Personnage emblématique du 9e art, Tintin reste enfin une valeur sûre sur le marché graphique : une illustration originale de couverture tirée du Petit Vingtième est partie, en mai 2018, pour 607.000 €. Certains albums originaux se négocient jusqu’à 15.000 euros pièce. Une planche de Tintin tirée de On a marché sur la Lune s’est vendue au prix d’1,55 million d’euros, le 19 novembre 2017 ! L’adaptation du Secret de la Licorne par Steven Spielberg au cinéma a rapporté quelques millions d’euros aux ayants droit. Un deuxième film sous la direction du célèbre réalisateur américain serait en négociation. À bien des égards, et malgré son grand âge, Tintin reste une valeur sûre !

À lire aussi

Un 11 novembre 1919 occulté par les ouvriers imprimeurs

C’est à l’occasion du premier anniversaire de l’armistice qu’a aussi eu lieu, pour la prem…