À 30 km de Crépol, encore un jeune tabassé lors d’un bal : on prend les mêmes et on recommence

Capture d'écran CNews
Capture d'écran CNews

« On ne vient pas au bal avec des couteaux et des barres de fer », déclare, amèrement, Patrice Iserable, maire de Murinais, visiblement encore sous le choc devant les caméras de CNews. Tandis que les tueurs d’Incarville courent toujours, que Crépol panse encore ses plaies, nous apprenons ce nouveau fait divers, dans ce village de 400 habitants dans l’Isère. Au cœur de nos campagnes françaises : un homme de 24 ans roué de coups dans la nuit du 25 au 26 mai, violemment attaqué par un groupe extérieur à la fête organisée par les Jeunes Agriculteurs à Murinais.

 

Des airs de Far West

 

Et comme toujours, des vidéos qui montrent les barres de fer, les coups de pied et de poing. Plus besoin de Netflix. À chaque jour, la même série, de nouveaux épisodes. Le bal, connu sous le nom de « Bal des farmers », prend des airs de Far West. On passera la réalité sous silence, à coup de com' sur les nettoyages XXL, les Kärcher™ et autres actes isolés de loups solitaires. Réalité que dévoilent les témoins, le maire de la commune en tête, les agresseurs cherchaient à « casser du Blanc ». Pour Patrice Iserable, cela ne fait aucun doute, les agresseurs sont les mêmes que ceux impliqués dans le meurtre de Thomas à Crépol… et des auteurs impunis qui courent toujours, tandis que leur victime gît au sol dans son sang…

 

 

Dans un communiqué du parquet de Grenoble publié ce jeudi, Éric Vaillant, le procureur de la République, déclare en savoir « un peu plus », quatre jours après les faits. Précisant, toutefois, que « nul ne peut prétendre, encore à ce stade de l’enquête, disposer d’une vision complète des faits conforme à ce qui s’est réellement passé ». Pour autant, ce que l’on peut affirmer à ce stade, c'est que « trois jeunes hommes de Saint-Marcellin et leurs amies, passant semble-t-il un bon moment à la fête organisée à Murinais par les jeunes agriculteurs du secteur, ont proposé à des amis de Saint-Marcellin de les rejoindre ». Le parquet explique que la bagarre a commencé à 22h30, « un coup de tête a été donné, les deux protagonistes s'accusant mutuellement de ce geste et d'être à l'origine de l'altercation ».

S’en est suivie une première bagarre au cours de laquelle un jeune âgé de 15 ans a été blessé à la tête « possiblement par une barre de fer ». Puis trois voitures sont arrivées de Murinais, avec 15 hommes à bord, déclenchant une deuxième bagarre « avec barres de fer », précise Éric Vaillant. C’est à ce moment-là que le jeune agriculteur est tabassé ; le procureur indique qu'il aura 12 jours d’ITT. Le communiqué rapporte, également, que « des propos racistes et homophobes sont allégués dans chacun des deux camps ». À l’heure de publier ces lignes, seule Marion Maréchal a réagi à ce nouveau fait de barbarie, condamnant « les prémices de la guerre civile [qui] se voient jusque dans nos campagnes ».

Triste symbole d’une France en danger : d’Incarville à Crépol en passant par Murinais, la jeunesse délinquante court toujours la campagne, tandis que la jeunesse paysanne stoppe net la troisième mi-temps, met la clé sous la grange et éponge son sang. Quant à la France d’en haut et son gouvernement : la « maison brûle, mais elle regarde ailleurs »

Iris Bridier
Iris Bridier
Journaliste à BV

Vos commentaires

53 commentaires

  1. Ces imposteurs dehors et vite avant qu’ils n’aient de gros problèmes .
    Les Français ne les supportent plus .

  2. Décidément,Kevin et Matéo ont de nombreux cousins,qui évoluent dans la sphère publique porteurs de barres de fer et couteaux,histoire de se protéger des agressions des milieux identitaires d’extrême droite que darmanin et sa clique ,aux ordres bien pensants,pourtant opiniâtres à la manoeuvre,n’arrivent pas à juguler.

  3. Des jeunes agriculteurs, la justice va dire qu´ils l’ont bien cherche…ils organisent des fêtes au lieu de rester dans leurs champs pour survivre. Les agriculteurs n’ont pas de chance, ils doivent résister a la violence de Bruxelles, puis a la violence des racailles ethniques.

    • Pour vraiment plaire à l’idéologie multiculturatiste ambiante,seule admise à être considérée comme étant de bon aloi,les agriculteurs feraient bien mieux ,conjoiontement avec les urbains souchiens,de rester dans leurs chaumières,en s’extasiant dans leurs prières sur les bienfaits offerts par l’immigration,présentée comme source d’enrichissement ,du moins par les fossoyeurs du Pays.

  4. Habitants de Crépol il est temps de faire le ménage dans votre commune en déplaise aux politiques qui eux ne feront rien comme d’habitude. Marquons un exemple.

  5. IL est évident que macron cherche à éradiquer le peuple français
    les discours de son premier ministre sont que du bla bla

  6. Comme le disait justement le Maire de cette petite commune :  » on ne vient pas au bal avec des couteaux et des barres de fer ! « . Mais pour nos  » chance pour la France » il semble que ce soit dans leur ADN !
    Nous sommes au bord de la guerre civile ! Macron qui claironne à tout bout de champs :  » nos sommes en guerre » , cet engrenage démontre que l’immigration incontrôlée , est la source de tous nos maux .

  7. « Une bande ethnique »… qu’en termes élégants ces choses là sont dites … Les Français vont finir par renverser la table et nos pseudos gouvernants l’auront bien cherché !

    • Aux yeux de certains, » la bande ethnique » en question ,c’est carrément nous autres,qui occupont l’espace convoité par les postulants des métiers en tension ,tellement pressés d’être à la tâche qu’ils transportent avec eux leur oulillage professionnel,tel que barres de fer et autres couteaux.

  8. Vous faites bien de nous tenir informés… et j’apprécie le commentaire très pertinent de Marion Maréchal…

  9. Et évidemment Eric Vaillant Procureur de Grenoble renvoie dos à dos victimes et agresseurs quant aux responsabilités! Le message de la Justice de Me Dupont-Moretti est clair. Là ou des jeunes Français font la fête entre-eux parcequ’ils sont encore majoritaires, dans les zones rurales on leur colle une cible dans le dos, on les place dans le collimateur et leur fait ensuite porter le chapeau! La justice ne fera rien!

  10. Maintenant il est temps que ce soit un jury populaire qui juge les juges et que toutes ces attaques soient vraiment punies. Les excuses données aux attaquants sont insupportables. Ils doivent être expulsés, et pas uniquement des fêtes.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois