Il y a 590 ans, le dauphin Charles de Valois fut sacré roi de à , alors que la guerre de Cent Ans sévissait encore. Le sacre du « Victorieux » fut attendu et espéré par ses partisans, notamment les Armagnacs. Quelles difficultés a dû surmonter le dauphin pour monter sur le trône ! Guerre de Cent Ans et traité de Troyes furent incontestablement des obstacles à son couronnement. Il fallut attendre Jeanne d’Arc pour que le « Bien servi » retrouve son titre légitime, en la cathédrale de Reims, le 17 juillet 1429.

Fils de Charles VI le Fol et d’Isabeau de Bavière, ce descendant de la dynastie des Valois subit de plein fouet les crises politiques de son temps, tout cela sur fond de trahison familiale.

L’une des plus marquantes fut celle orchestrée par sa mère Isabeau qui signa, le 21 mai 1420, le honteux traité de Troyes qui destitua son fils du trône de France au profit du roi d’Angleterre. Ce traité, véritable désaveu pour la France, octroyait davantage de pouvoir et de légitimité à la famille royale d’Angleterre, les Plantagenêts, qui détenait déjà la Guyenne et la Normandie.

Charles, conscient de la folie de son père, ne reconnaît pas ce traité. Le roi d’Angleterre Henri V, désigné comme successeur du roi de France, mourut en 1422, quelques mois avant Charles VI. Le fils d’Henri V, nouveau-né, avait une double couronne : française et anglaise.

Charles de Valois, « petit roi de Bourges », se proclama roi de France le 30 octobre 1422 en la cathédrale Saint-Étienne de Bourges.

Régler le conflit avec les Anglais et les Bourguignons devint la priorité pour Charles VII. Son premier objectif est d’unifier le royaume pour être reconnu souverain légitime. Les défaites sont nombreuses, les troupes royales ne parviennent pas à surpasser l’ennemi.
Une rencontre changea le cours de l’. Jeanne d’Arc arriva à la cour du roi, le 25 février 1429, et exhorta le roi à poursuivre le siège de Troyes. « Gentil dauphin, je te dis de la part de Messire Dieu que tu es vrai héritier du trône de France », lui dit-elle.

Le siège d’Orléans commença en juillet 1428 et s’acheva le 8 mai 1429. L’historiographie médiévale concède cette victoire à la Pucelle d’Orléans. Une fois la ville délivrée, Jeanne n’a qu’une idée en tête, conformément aux voix qu’elle entendit à son adolescence : faire sacrer Charles à Reims.

L’expédition est dangereuse, les Anglais et les Bourguignons encerclent le territoire. Mais Jeanne d’Arc convainc le dauphin à se rendre dans la ville des rois. Malgré une armée fatiguée, la Pucelle ordonne l’assaut de la ville de Troyes pour faciliter la traversée des troupes et de la cour.

Le sacre eut lieu le lendemain, 17 juillet 1429, en la cathédrale de Reims.

À travers le sacre de Charles VII paraît l’abandon total de Jeanne pour la France. Quelques instants après la cérémonie, la Pucelle dit au roi : « Ô gentil roi, maintenant est fait le plaisir de Dieu, qui voulait que je fisse lever le siège d’Orléans et que je vous amenasse en votre cité de Reims recevoir votre saint sacre, montrant que vous êtes vrai roi, et qu’à vous doit appartenir le royaume de France. »

Charles fut couronné par l’intercession d’une jeune bergère loyale envers sa patrie ; quel message pour la !

17 juillet 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Tous les agresseurs sexuels ne sont pas des CSP+ blancs, n’en déplaise aux féministes… La preuve ?

Je souhaite, par ce papier, faire part d’un paradoxe qui nous est contemporain à savoir co…