Editoriaux - Justice - 17 octobre 2018

Quand Mélenchon s’aperçoit qu’il s’est trompé de fascisme

Jean-Luc Mélenchon est un peu soupe au lait. Les perquisitions qui ont lieu à son domicile puis au siège de LFI et du Parti de gauche lui ont mis la rate au court-bouillon. Thermostat sur 2.500.

Face au policier qui bloque l’entrée de sa France insoumise à lui qu’il a créée de ses mains, il éructe : « La République, c’est moi ! ». Je suis Dieu et tous ses saints, je siège à l’Assemblée, je suis parlementaire, roi du monde, intouchable, énorme ! En vain. Le procureur, qui passait par là, reçoit quelques roches en fusion sorties tout doit du volcan en éruption.

Dans la rue, sa colère ne retombe pas, plus rien ne pourra l’arrêter, la situation est désespérée. Il peut imploser à tout moment, s’évaporer dans les airs, créer un nuage radioactif au grand dam des écolos avec qui toute alliance serait désormais impossible. Ces perquisitions qui tombent en plein remaniement ministériel… « Voici les débuts du nouveau ministre de l’Intérieur, de la ministre de la Justice. »

Troisième vidéo… Ou quatrième, on ne sait plus. Netflix organisera la diffusion en plusieurs saisons… Sur le trottoir, le tonnerre gronde encore : « Ma personne est sacrée ! » Aucun prêtre à l’horizon pour confirmer la nouvelle… « Je m’étonne qu’on ne perquisitionne pas monsieur Macron qui, lui aussi, fait l’objet d’un signalement. Qu’on perquisitionne aussi le responsable du mouvement La République en marche ! » Étant dorénavant ministre de l’Intérieur, à coup sûr, Christophe Castaner s’auto-perquisitionnera… Jean-Luc manque d’optimisme.

Traversant une légère accalmie sur le front de son incendie intérieur, Jean-Luc Mélenchon dénonce ses amitiés passées : « Mme Beloubet garde des sceaux, vous devriez avoir honte de ce que vous êtes en train de me faire, parce que vous m’avez connu comme votre ministre… Vous m’avez connu autrefois, il y a longtemps, comme votre ami. » Serait-il en train de prendre conscience qu’il choisit mal ses partenaires politiques ? La question le ronge.

Sans intention de vouloir monter d’un cran le réglage de sa Cocotte-Minute®, rappelons à Jean-Luc sa consigne de vote pour le deuxième tour : choix 1 : je vote blanc ou nul. Choix 2 : je vote Emmanuel Macron. Choix 3 : je m’abstiens. Étant entendu que Marine Le Pen était le pire du pire des profondeurs de l’enfer, le 36e dessous, la lie de la Terre à côté de laquelle le candidat En marche ! faisait figure de rempart à l’instauration d’un régime fasciste. Une damnée victime, aujourd’hui, tout comme lui, de harcèlement judiciaire émanant du fameux rempart… Collègue, en quelque sorte, de Mélenchon. Dans le même panier.

Il serait temps qu’une voix céleste vienne murmurer à l’oreille de l’homme sacré qu’il s’est trompé d’adversaire.

Commentaires fermés sur Quand Mélenchon s’aperçoit qu’il s’est trompé de fascisme

À lire aussi

À la demande générale de deux admiratrices, François Hollande annonce son retour

François Hollande se demandait comment annoncer la terrible nouvelle. Au Café des sports d…