Editoriaux - Polémiques - Religion - 5 novembre 2018

Dire que Mahomet était un pédophile est désormais interdit

Ainsi en a décidé la CEDH

Les États membres de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) sont les 47 États du Conseil de l’Europe, l’institution qui a établi cette juridiction internationale. La CEDH a été amenée à se prononcer, le 25 octobre 2018, sur le cas juridique posé par la condamnation de la citoyenne autrichienne Elisabeth Sabaditsch-Wolff – décision confirmée à divers degrés de l’appareil judiciaire autrichien – pour avoir déclaré, devant un parterre restreint de personnes, que le prophète Mahomet, qui avait marié Aïcha lorsqu’elle avait six ou sept ans et l’avait déflorée quand elle avait neuf ou dix ans, était un pédophile. Cela, alors que le fait qu’un homme de plus de cinquante ans ait une relation sexuelle avec un enfant tombe clairement sous la définition de la pédophilie. En conséquence, dire « ce qui est » est désormais interdit sur la quasi-totalité du continent européen, en tout cas dans certaines circonstances.

En effet, la Cour européenne des droits de l’homme confirme la décision du tribunal viennois estimant que la déclaration d’Elisabeth Sabaditsch-Wolff n’est pas protégée par l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme portant sur la liberté d’expression, car constituée de remarques provocatrices portant sur le « contenu de croyances et d’objets de vénération » et pouvant blesser les sentiments des tenants d’une religion. Les remarques en question peuvent être, par conséquent, considérées en tant que violation malveillante de l’esprit de tolérance. Cette institution ajoute que la Justice autrichienne a indiqué que ces remarques n’ont pas été formulées d’une manière objective mais en visant à discréditer Mahomet et qu’Elisabeth Sabaditsch-Wolff n’a pas fourni à son auditoire des informations neutres sur le contexte historique.

L’instance internationale argumente que la juridiction autrichienne a été amenée à évaluer attentivement le poids du principe de la liberté d’expression de la demanderesse, Elisabeth Sabaditsch-Wolff, et celui des autres personnes à voir leurs sentiments religieux protégés. La CEDH affirme que la décision a été prise en vue de préserver la « paix religieuse » au sein de la société autrichienne.

Les propos d’Elisabeth Sabaditsch-Wolff avaient été rapportés à la Justice à la suite de l’infiltration, au sein du séminaire consacré à l’islam, d’un journaliste de la presse du système ayant réalisé des enregistrements à l’insu des organisateurs.

Le Forum pour la liberté de religion (Forum Religionsfreiheit Europa – FOREF), une organisation non gouvernementale (ONG) dont le siège est à Vienne en Autriche, dénonce la décision de la CEDH et estime que chaque membre de la société doit être capable de discuter de manière civilisée de sujets controversés. Le président du FOREF et expert en droits de l’homme Aaron Rhodes déclare que cette décision est une nouvelle attaque en vue de limiter la liberté de discuter de faits et d’exprimer des opinions et que cela signifie que la liberté est rognée par crainte que des personnes réagissent violemment à des propos. Il estime que ce sont les décisions de ce type qui menacent la paix et pas des discussions portant sur des points d’Histoire et de morale.

Le directeur général du FOREF, Peter Zöhrer, déclare que la CEDH a établi une législation contre le blasphème qui sera utilisée consciemment afin de limiter la liberté d’expression des autres et d’opprimer leur liberté de croyance et de conscience. Il ajoute qu’il devrait être possible, en Autriche, de discuter de toute doctrine et pratique religieuse, mais que sur la base de cet arrêt cela paraît désormais impossible.

Commentaires fermés sur Dire que Mahomet était un pédophile est désormais interdit

À lire aussi

Allemagne : la longue litanie des agressions sexuelles commises par les migrants

Si la presse régionale relate ces actes parmi les faits divers, les médias nationaux consi…