La députée de la Somme Yaël Menache a été agressée à son domicile le week-end dernier. Elle et son mari ont été blessés. Outre l'agression, le silence assourdissant de la classe et médiatique interroge. Nous l'avons rencontrée.

Marc Eynaud. Vous êtes député de la Somme. Pouvez-vous nous parler de l’ que vous avez subie à votre domicile ce week-end ?

Yaël Menache. Des voisins ont tapé contre le mur et lorsque nous sommes allés leur demander d’arrêter, le père s’est littéralement jeté sur moi en me traitant de tous les noms d’oiseaux, en insultant ma fonction et mon parti.

M. E. Il y a eu une intervention des forces de l’ordre, comment cela s’est-il résolu ?

Y. M. Oui, une douzaine de gendarmes sont venus pour pouvoir maîtriser les trois agresseurs. Ça s’est terminé plutôt bien, nous avons eu beaucoup de chance.

M. E. Avez-vous été insultée en raison de votre appartenance au Rassemblement national et de votre fonction ?

Y. M. Oui, ils l’ont clairement dit et l'ont soutenu en audition et en confrontation, donc c’est clair.

M. E. On n'a pas vu de réaction de la part de la classe politique. Est-ce que cela vous surprend ?

Y. M. Oui, cela me choque et m’attriste. Je déplore le silence des parlementaires et des politiques. Eux aussi sont élus. Il n’est pas question d’étiquette mais de fonction. Je suis déçue. C’est la première fois que je suis agressée. Je suis très bien accueillie dans ma circonscription, je n’ai jamais été insultée. Cela ne fait pas partie de la fonction !

M. E. Quelles sont les suites de l’affaire ?

Y. M. Ces personnes sont libres, elles continuent de vivre à leur domicile, elles passent devant chez moi en toute impunité. J’attends des sanctions exemplaires. Visiblement, selon Le Courrier picard, le parquet voudrait faire passer cela pour une dispute de voisinage alors que ce n’est pas le cas.

M. E. Comment vont vos proches ?

Y. M. Mon mari attend des radios et un scanner des cervicales. Mes enfants sont un peu traumatisés. Ils ont vu cela depuis la fenêtre et ont compris que quelque chose s'était passé.

M. E. Comment vous protéger à court terme ?

Y. M. Il est hors de question de déménager, ce n’est pas à nous de partir. S'il n’y avait pas de laxisme judiciaire et s’ils étaient punis à la hauteur de ce qu’ils ont fait, je n'aurais pas à me poser cette question.

10699 vues

14 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

25 commentaires

  1. Les gauchistes aux abois joignent le geste à la parole.
    Si tant est qu’il en possède une de parole, dans la mesure où ça se limite à « facho » !

  2. Tout notre soutien à cette dame et merci pour son engagement courageux.
    Mais selon la politique médiatique définie par la gauche (« deux poids et deux mesures ») ceci ne sera qu’un fait divers, une querelle de voisinage comme il est dit.
    Gardons espoir quand même. La Suède vient de réveiller, l’Italie va suivre et j’espère que cela sera le tour de la France avant qu’il ne soit trop tard.
    Et surtout Vive la France!

  3. Nous sommes dans un pays en complète régression. Et il n’y a rien à attendre de la classe politicienne et des médias qui vivent de subventions. Mme Borne a récemment annoncé la couleur , en disant en pleine Assemblée nationale, que les députés du RN étaient non pas ses adversaires politiques, ce qu’on pourrait comprendre, mais ses ennemis ! Autrement dit, un Premier ministre peut se permettre de déclarer la guerre à une partie de la représentation nationale, et du coup, aux électeurs qui ont voté pour les candidats du RN. Dès lors, comment penser une seule seconde, que cette agression sera punie comme elle devrait l’être ?

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Twitter