Editoriaux - Société - 5 août 2019

Villeneuve-sur-Lot : le reportage choc de franceinfo sur la mort du centre-ville – et ses non-dits

Depuis une semaine, famille et amis lointains m’appellent : « Pascal, tu as vu ? C’est bien ce que tu nous dis… Ta ville, les petits commerces… Quelle tristesse… » Ben oui, les amis, c’était pas du complotisme, l’évolution que j’évoquais ici ou là, parfois sous le regard sceptique de certains. Franceinfo est bien venu à Villeneuve, a bien rencontré les vrais commerçants, bien arpenté les rues de la ville et bien authentifié… l’effondrement.

Néanmoins, cette enquête qui fleure bon le terrain pèche par quelques non-dits révélateurs.

D’abord, les responsabilités. S’il nous est bien dit que cette ville compte, par rapport à la moyenne des villes comparables, encore plus de grandes surfaces qu’ailleurs – alors que le pouvoir d’achat y très inférieur –, il doit bien y avoir des responsabilités : des maires, des préfets qui ont signé des autorisations, non ? Jusqu’en 2001, la municipalité était RPR-UDF, puis vint le long règne de Jérôme Cahuzac, PS, prolongé par son dauphin, le maire actuel, toujours PS, Patrick Cassany. Peut-être faudrait-il demander des comptes à ces élus, à ces partis qui, par ailleurs, ont aussi été aux commandes sans discontinuer jusqu’en 2017 au niveau national ? On laissera au journaliste de franceinfo la responsabilité de l’appréciation bienveillante sur Jérôme Cahuzac qui aurait « globalement laissé un bon souvenir à ses administrés ». Et une situation du centre-ville catastrophique, donc…

Ensuite, évoquer la situation du petit commerce coupée du contexte plus large est forcément réducteur. À trop vouloir rester dans les limites strictes de son sujet, on en vient à manquer des aspects essentiels d’une situation. La rigueur journalistique pousse parfois à la déformation. Ou à l’omission. Corrigeons donc cette absence regrettable de hors-sujet dans cette assez bonne copie. L’insécurité ? Les cambriolages ? Des rues entières du centre-ville dont quasiment toutes les maisons ont été visitées. Des bandes de « jeunes » qui traînent, des trafics. N’est-ce pas à Villeneuve que certains d’entre eux avaient même provoqué des policiers en les suivant jusqu’au commissariat ou à leur domicile ? L’immigration ? Les ratés de l’intégration ? Des drapeaux algériens brandis lors de mariages ou de soirs de matchs de foot, avec embardées et rodéos sur la voie publique ? Villeneuve-sur-Lot connaît tout ça trop bien.

Enfin, résider à Villeneuve-sur Lot a un coût, parfois dissuasif : les taxes foncières y sont exorbitantes. Ajoutez à cela l’enclavement : pas de gare, pas d’autoroute, le déplacement (par la municipalité socialiste) de services publics comme l’hôpital et la piscine en périphérie, et donc la nécessité d’avoir une voiture, et vous aurez compris pourquoi le mouvement des gilets jaunes fut puissant dans ce coin du Sud-Ouest.

Voilà la triple peine de ceux qui, comme nous, ont choisi d’habiter en famille le centre-ville, de résister : désertification commerciale, insécurité, matraquage fiscal.

Et c’est sur le courage à affronter vraiment ces trois sujets majeurs, loin de la com’ ou de l’idéologie, loin des programmes de diversion et de la poudre de perlimpinpin, que les plus lucides et les plus révoltés des électeurs choisiront la nouvelle équipe municipale.

Une consolation ? Malheureusement, cette situation et ce triple défi sont ceux de bien des villes de France, à des degrés divers, et impliquent aussi un changement de gouvernance profond au niveau national, qu’Emmanuel Macron, ignorant de ces réalités de la France périphérique et finalement très conformiste, n’a pas réussi à impulser.

Une autre consolation ? Villeneuve-sur-Lot est une ville formidable, belle, avec des atouts, du soleil, la rivière, une campagne alentour et des villages préservés, des vieilles pierres et des églises qui nous parlent d’un autre destin possible. Et déjà pointent des lueurs d’espérance. Je vous en reparlerai. Car franceinfo ne les a pas vues non plus.

À lire aussi

Macron en forte hausse chez les électeurs de droite : la vraie raison

La Macronie aurait tort de brandir ce sondage comme un trophée... …