Arguant du grand nombre de cas de covid dans sa ville, le maire de Nice Christian Estrosi souhaitait récemment la voir accéder au en priorité. Suggestion qui ne manquait pas de bon sens, mais qui se heurtait d’emblée à l’égalitarisme niveleur qui fait le charme de notre pays, et qui se traduit par exemple, par un tarif unique de la consultation médicale -le même avenue Foch et dans le village le plus reculé du pays-, face à des charges sans aucun rapport.

Estrosi aura-t-il gain de cause, on ne sait, mais au rythme où nous vaccinons, sa ville a toutes chances de mériter rapidement, et pour de vrai, son surnom de cimetière des éléphants. Car nous en sommes environ à 130 vaccinés France entière, alors que l’Allemagne – qui a commencé le même jour que nous – en est à 42.000 ! Une deutsche Qualität qui rappelle les heures les plus sombres…

Faute de toutefois, l’édile niçois pourrait bien se consoler en touchant le ticket gagnant du à 18 heures pour les zones les plus touchées, envisagé par le gouvernement pour la semaine prochaine. Ici, peu de risque de voir des maires bretons trépigner « pourquoi lui et pas moi » !

Ah, le centralisme… c’est, chez nous, une vieille histoire depuis les rois qui tous, peu ou prou, ont tenté d’imposer la capitale face aux féodaux des provinces. Projet que la République étatiste et jacobine a réalisé au point d’égaler la réussite des bolcheviks avec leur « tout le pouvoir aux soviets ! » Le triomphe du lit de Procuste face au principe de subsidiarité, dont la gestion de la crise sanitaire a lumineusement montré les ravages.

Mais avec la nomination d’un Jean Castex à l’accent cassoulet, on a cru entrevoir l’ébauche, pour la conception des actions publiques, d’une recherche du niveau hiérarchique pertinent.

En s’appuyant sur les élus locaux qui, pour la plupart, conservent la confiance des Français, le gouvernement n’aurait-il pas tout intérêt à adopter des mesures sanitaires différenciées d’une région, d’un département, voire d’une ville à une autre ?

D’autant que ses conseillers en communication n’auront pas à sucer trop d’allumettes : si ça marche, ce sera grâce à lui, et si ça rate, ce sera la faute des maires…

30 décembre 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.