Le 27 août dernier, Gabriel Attal, le ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, était l’invité du journal télévisé de TF1. À cette occasion, il a annoncé que, dès le 4 septembre, jour de rentrée des classes, les abayas et les qamis seraient interdits dans les établissements scolaires, au nom du respect de la laïcité. Une première mesure visant à réduire l’influence de l’islam dans le milieu scolaire qui pourrait être suivie de bien d’autres, tant ce phénomène s’étend.

En premier lieu, dans les assiettes. Pour exemple, en mai dernier, le collège Émile-Combes de Bordeaux proposait à ses élèves un « sauté de bœuf halal ». Un mois plus tard, c'est l’école Thomas-Pesquet de Villepreux qui avait pris l’initiative d’organiser un barbecue halal pour la kermesse, avant d’y renoncer suite à un rappel du principe de laïcité du collectif Parents vigilants. Dans de nombreuses autres écoles, le porc a été banni des menus, et c’est ainsi que nombre d’enfants dégustent des pâtes « sauce carbonara sans porc » ou du sauté de porc sans porc mais avec des « lardons de dinde » et du « chorizo sans porc ». Petit à petit, les cantines et les sociétés de restauration qui les fournissent se plient aux préceptes de l’islam. Et quand les mairies ou les écoles refusent de retirer le porc des réfectoires, la communauté musulmane crie au scandale. Cela a été le cas en 2021, lorsque Robert Ménard a arrêté les menus de substitution sans porc pour les remplacer par des menus végétariens dans les écoles municipales de Béziers, ville dont il est le maire. Les parents d’élèves et SOS Racisme se sont emparés de l’affaire pour dénoncer une « atteinte à la laïcité ». On aura tout vu !

Après la nourriture, le culte. Au printemps dernier, pendant le mois du ramadan, plusieurs établissements scolaires des Alpes-Maritimes ont vu des élèves musulmans se réunir pour prier. Cela a été le cas à Nice où un groupe de dix adolescents s’est installé sous le préau de l'école Saint-Sylvestre ainsi que dans la cour de l’école Fuon-Cauda et dans celle du collège Picasso de Vallauris Golfe-Juan. Pour rappel, rien n’interdit à un élève de prier dans l’enceinte d’une école tant que cela n’est pas fait de manière ostensible et prosélyte. La prière doit également être individuelle, comme le précise le vade-mecum sur la laïcité à l’école diffusé par le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. C’est d’ailleurs sur ce point qu’une nouvelle atteinte à la laïcité a été dénoncée par Parents vigilants. En effet, un professeur du collège Clermont, de Pau, a contacté le réseau pour l’informer que des parents d'élèves avaient « menacé de mettre en péril financièrement » un voyage scolaire si leur progéniture ne disposait pas d’une salle de prière pour pratiquer leur culte. Selon l’enseignant, suite à ces pressions, l’école aurait capitulé. Le collège a beau démentir, cette affaire montre qu’il peut exister un rapport de force religion/école et qu’il est parfois difficile de faire respecter le principe de laïcité. D’ailleurs, dans les établissements où 80 % des élèves sont de confession musulmane, que les classes se vident au moment de l’aïd et que les cantines scolaires interrogent les enfants pour savoir s’ils mangeront ou non à l’école pendant le ramadan, peut-on encore parler de laïcité ?

L’islam influe de plus en plus sur le déroulement des cours dispensés. La menace Samuel Paty plane toujours et de plus en plus de professeurs préfèrent ne plus aborder certains sujets. Ils succombent à la pression d’élèves qui n'hésitent pas à faire référence au professeur décapité en 2020 lorsqu’ils ne sont pas à l’aise avec telle ou telle thématique. Dernier exemple en date, le 29 septembre 2023, au collège Pierre-et-Marie-Curie de Dreux. À l’occasion d’un cours sur l’expansion de l’islam, une jeune fille de 12 ans a pointé la photographie de Samuel Paty affichée sur le mur de la classe en déclarant : « Si vos cours ne plaisent pas à des élèves, il pourrait vous arriver la même chose qu’à lui. » Une menace de mort entendue dans plusieurs autres établissements, comme au lycée professionnel de Lormont, en Gironde, en février dernier, lorsqu’un élève de terminale a dit à son enseignant : « Je vais te faire une Samuel Paty. » Dans les établissements scolaires, l’ambiance est de plus en plus anxiogène et la crainte du passage à l’acte est réelle, pour les assassinats comme pour les attentats, comme en témoigne cet autre exemple : le 29 septembre toujours, un lycéen du lycée professionnel Galilée à Vienne, en Isère, a crié « Allahou akbar » en pleine salle de classe après avoir regardé une vidéo sur le groupe terroriste État islamique. Il a ensuite menacé son proviseur de commettre un attentat s'il devait être exclu de l'établissement.

À part ça, le vivre ensemble fonctionne plutôt bien…

7591 vues

04 octobre 2023 à 18:00

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

33 commentaires

  1. Islam signifie conquête cela devrait suffire à comprendre la situation, partout où l’islam a pris le dessus , ce n est que desolation , ravage , assassinat et terreur , voilà ce qui nous attend si nous laisse l islam s installer et régner sur le sol français

  2. Ceux qui se trouvent à la tête de l’état détruisent littéralement la FRANCE . Quand vont-ils comprendre que l’islam est un poison insidieux …. Albert Einstein a dit : » Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal ; MAIS par ceux qui regardent sans rien faire  » .

  3. Salles de prière exigées et obtenues en classe verte, accompagnatrices voilées pour les sorties scolaires, repas halal dans les cantines : c’est bien l’Etat qui cède aux revendications islamistes à l’école.

  4. Le porc est la première viande mangée en France suivie de peu par le poulet. Que les musulmans rétrogrades aillent déjeuner dans leurs pays d’origine et arrêtent de nous enquiquiner

    1. Vous aussi êtes lucide, tant mieux. Je dirait par l’état sous dictat des lois européenne !

  5. Avec lucidité vous caractérisez la vacuité de la laïcité et toute « la force morale » de ceux qui ont à la faire respecter, ce que je caricature avec cette expression « la France guimauve ». La force de cette islamisme, c’est sa clairvoyance . Pas besoin d’être grand clerc pour observer la faiblesse des français. Elle est flagrante, à l’image d’un E.Macron rampant. Elle est tellement affichée que même les enfants en viennent à l’exploiter. C’est dire la lâcheté régnante . A commencer par ces repas adaptés. Ils rejettent le porc ? Qu’à cela ne tienne. Il leur suffit de se contenter des légumes. Mais non, les municipalités plient. Mais elles se sont empressées d’ôter les quelques crucifix qui étaient parfois accrochés aux murs des classes. Lâcheté régnante. Subordination ! Les associations ? Tout autant guimauves en la matière. Justes bonnes à demander le déplacement d’une statue, à s’attarder sur les plus faibles. La France macronienne progressiste ! Décadence, déchéance.

  6. Pas que dans l’éducation national dans certaines entreprises depuis les années fin 70 le halal était de rigueur dans les cantines et une pièce de prière réservé aux gens de confessions, par exemple on me racontait qu’à certaines heures ces pratiquants avaient l’autorisation d’absence pour exercer leur pratiques délaissant leur occupations professionnels.

  7. L’islam est intrusif partout , les administrations , les associations , les partis politiques , les entreprises, c’est une mécanique politique totalitaire , qui avance avec une croyance religieuse.

    1. Dans les années 70 début 80 pour entré dans une entreprise qui est aujourd’hui un peu au centre du débat, il fallait montrer « patte blanche ». Aujourd’hui nous y voyons des « barbus », et il y serait même réclamé de salles de prières !
      Nous avançons dans la destruction du pays. Eux avancent à toute vitesse avec l’assentiment de nos politiques.

  8. Quand je vois la plupart des commentaires, je suis ébahi, de voir qu’on s’en prend à l’islam, comme si c’était des criminels de droit commun. Il n’en est rien, malgré certaines atrocités qu’ils puissent commettre et que je condamne avec force, ils les font en suivant les recommandations de leur dieu, transmis par le prophète Mahomet et le coran. Donc, c’est à nous, de ne pas tolérer de tels agissements en France, en expulsant sans ménagement et sans se soumettre aux dictats de la « justice », quelle soit Française, Européenne ou internationale, les immams frères musulmans, les salafistes et leurs ouailles. Si nous laissons faire comme maintenant, ils vont gagner, car ils travaillent sur le temps long. Qu’on les renvoie au sahel qu’on rapatrie nos armées et qu’on leur fiche la paix chez eux .

    1. Bonjour Christian Laborde, En Corée du Sud, la population ne se plaint pas des musulmans. Ces derniers sont 50.000 pour 52.000.000 d’habitants… Les musulmans de France mettent les bouchées doubles sur le halal si je peux m’exprimer ainsi car ils sont en période de conquête. En 2017 au Mali, dans une école d’obédience française mais fréquentée par 80% d’élèves musulmans et encadrée par deux tiers d’enseignants de la même religion, ma petite dernière de sept ans à l’époque, dégustait sans vergogne tous les matins son sandwich jambon, beurre, saucisson. L’Etat qui organise le grand remplacement sera remplacé ou aux ordres des imams et des ayatollahs.

  9. Maintenant, force est de constater que si un enseignant aborde de façon critique l’Islam , il risque sa vie …

  10. halal signifie licite et haram, illicite. Que vivent la laïcité et les valeurs républicaines!

  11. Détruire notre civilisation via l’apport sans limites de races imposant progressivement leurs coutumes et croyances. Tel est l’objectif de la sociale démocratie décadente et du grand capital avides de nouveaux consommateurs et de travailleurs sans repaires et surtout ignorant totalement la connaissance des luttes ancestrales d’émancipation. Seul repaire l’islam. Le capital aime par définition le calme et se satisfait surtout de masses abruties par la consommation.

  12. Voilà le résultat de plus de quarante année de soumission de nos élus . Et ça continue , ça empire partout , écoles , entreprises , lieux publics etc…. Il serait temps de mettre un bon coup de pied dans cette fourmillière . En effet quand on sait comment sont traités les étrangers dans ces pays islamiques il est inadmissible de céder ainsi à toutes leurs exigences . Ceux qui n’aiment pas notre façon de vivre , de manger sont libres de partir , ceux qui cautionnent leurs exigences sont des lâches qui mettent en péril nos générations futures .

Les commentaires sont fermés.