Depuis le samedi 18 novembre, la France pleure Thomas. Partout, des rassemblements s’organisent pour rendre hommage au jeune rugbyman tué à Crépol (Drôme). Après Aix-en-Provence, Romans-sur-Isère ou encore Annecy, c’est à Lyon que plusieurs organisations envisageaient de se rassembler, ce lundi 27 novembre, pour saluer la mémoire du jeune homme. Malgré l’interdiction de la préfecture, plusieurs centaines de jeunes ont défilé sur la presqu’île lyonnaise aux cris de « Justice pour Thomas ». Rapidement, le rassemblement est dispersé. Au même moment, en périphérie et dans les rues du Vieux Lyon, Chloé, 26 ans, et son fiancé retrouvent six amis et débutent un collage sauvage en hommage à Thomas. Trois heures plus tard, interpellés en flagrant délit, ils finissent au poste, placés en garde à vue. Elle n’en ressortira que vingt heures plus tard.

Provocation à la haine raciale

« On a trouvé injuste que la manifestation en hommage à Thomas soit interdite par la préfecture », raconte Chloé à BV. La jeune femme, bien que révoltée par la mort du jeune homme, décide malgré tout de ne pas participer au rassemblement interdit. « Je ne voulais pas m’y rendre parce que je ne voulais pas finir en garde à vue. On n’avait pas envie de jouer avec le feu… », explique-t-elle. Alors, avec un petit groupe d’amis, elle s’organise pour imprimer des affiches à la mémoire de Thomas et acheter le matériel nécessaire pour les coller. « Comme la manifestation était interdite, on voulait marquer le coup avec une action pacifique », détaille Chloé. Vers 21 h 30, le groupe commence à coller leurs affiches aux slogans accrocheurs (« Thomas, 16 ans, tué par des barbares », « Thomas tué parce que blanc », « Thomas, Lola et demain toi ») et taguer des murs dans la métropole lyonnaise. Alors que leur action prend fin, ils sont interpellés en flagrant délit par les forces de l’ordre, dans le Ve arrondissement. « Au début, ils nous ont demandé de les suivre pour un simple contrôle d’identité », se souvient Chloé. Arrivés au poste, les huit amis (deux femmes et six hommes) sont placés en garde à vue. « On n’était pas trop inquiet. On assumait ce qu’on avait fait. On s’est dit qu’au pire, on aurait des travaux d’intérêt général pour nettoyer les murs de la ville ou une amende », nous rapporte la jeune femme. Mais celle-ci déchante rapidement.

Le simple contrôle d’identité se transforme en une longue nuit au poste. « Au bout de quelques heures, ils nous ont informés qu’on était placés en garde à vue pour 24 heures pour dégradations de bien public en réunion et provocation publique à la haine et à la violence en raison de la race », poursuit Chloé. Le dernier motif, confirmé par un journaliste de Valeurs actuelles, lui parait totalement exagéré. « Là, on a commencé à paniquer... », admet-elle. Au petit matin, après les dépositions et le relevé d’empreintes débutent les perquisitions. Son domicile, qu’elle partage avec son fiancé, est retourné. « Les policiers sont tombés sur un coffre-fort dans un de nos placards. Il y avait environ 5.000 euros en liquide dedans. On avait mis de côté cet argent, offert lors de notre mariage civil ou de notre pendaison de crémaillère pour la rénovation de notre maison », s’alarme la jeune femme, qui apprendra par la suite que cette somme d’argent a été placée sous scellé. Finalement, après vingt heures de garde à vue, Chloé est relâchée et retrouve son fiancé, libéré une heure plus tôt. « Deux de nos amis sont toujours retenus, nous informe-t-elle. Je ne sais pas pourquoi leur garde à vue a été prolongée. »

Cagnotte de soutien

Remise de ses émotions, la jeune femme ne comprend toujours pas la tournure des événements. « Pendant toute notre garde à vue, la police a été très bienveillante. On voyait bien que les agents ne comprenaient pas pourquoi la procédure habituelle en cas de collage sauvage n’était pas appliquée dans notre cas. Je pense que le parquet voulait faire de nous un exemple », résume-t-elle auprès de BV. « Notre avocat également considère que tout cela est disproportionné », ajoute Chloé. Grâce à l’association de soutien aux lanceurs d’alerte (ASLA), le jeune couple a lancé une cagnotte pour anticiper les possibles frais judiciaires à venir. « Pour le moment, nous ne savons pas quelles seront les suites judiciaires de cette affaire », conclut Chloé.

26381 vues

29 novembre 2023 à 19:50

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

135 commentaires

  1. Il est clair que l’état est fort avec les faibles et faible avec les forts.
    Muselez ce peuple que je ne saurais entendre!

  2. Prochains interdits : afficher des affiches de MLP, Zemmour, Dupont Aignant, Philippo, Asselinau, et de Pinocchio…

  3. En notre ex-belle France, tuer un blanc par des racailles reconnues n’est pas grave, mais coller des affiches de désaprobation est un crime .
    J’ai honte d’être blanc et peur de devoir me défendre car j’ai peur du résultat.
    Compatriotes qui aimez la France, réveillez-vous!

Les commentaires sont fermés.