Taxe carbone : elle est passée par ici, elle repassera par là…

La taxe carbone, c’est comme le furet qui court qui court : elle est passée par ici, elle repassera par là…

Au passage – et je prie, par avance, nos lecteurs de m’excuser pour le propos un brin salace qui va suivre –, l’histoire colle encore plus à la chanson qu’on ne l’imagine. Il se dit, en effet, que les paroles de la comptine dissimulent une contrepèterie qui, en cette fin de XVIIe siècle, concernait le cardinal Dubois, ministre du régent Philippe d’Orléans, et, ce faisant, affreux jojo très friand des dames de la cour.

Bref, quand les enfants chantent « Il court, il court, le furet/Le furet du bois joli », il faut entendre « Il f…e, il f…e, le curé/Le curé Dubois joli… »

Une fois encore, je vous prie de m’en excuser, mais, sans vous faire un dessin, la métaphore s’applique exactement à la taxe en question…

C’est le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, qui l’a dit ce mardi : le retour du chat noir est dans les tuyaux. Autrement dit, le monstre qui a déclenché l’ire de la France rurale et l’envolée des gilets jaunes vers les ronds-points est de retour : annulée en décembre, pour cause de prurit révolutionnaire, la taxe carbone “est sur la table” (de Rugy dixit).

Avec un petit aménagement, bien sûr : “Si on est capable de dire que cet argent irait à 100 % dans la transition écologique, irait à des aides aux Français qui en ont le plus besoin, à ce moment-là, on pourrait peut-être reprendre cette trajectoire.”

Et là, on rigole. Jaune. Jaune fluo, même. Vous en connaissez, vous, des taxes qui vont “à des aides aux Français qui en ont le plus besoin” plutôt que dans les caisses de l’État en faillite ?

Certes, l’actuel gouvernement n’est pas le père de cette taxe. Certes, elle a été décidée dans la foulée des grands machins sur le climat. Certes, elle est l’enfant d’un gouvernement de gauche qui s’est empressé de reculer quand les bonnets rouges, géniteurs des gilets jaunes, ont sorti les fourches. Certes, elle n’a été que « suspendue » par Édouard Philippe en attendant des jours meilleurs.

Ces jours meilleurs sont-ils advenus ? On les envisage à l’horizon 2020. C’est, du moins, ce que laisse entendre la secrétaire d’État Brune Poirson, qui voit dans cette taxe “un outil qui est efficace” et “qui a un vrai impact”. Sur le porte-monnaie des automobilistes, sans aucun doute ; sur le climat, c’est plus discutable. En effet, seulement 19 % des recettes liées à la TICPE étaient destinés au financement de la transition énergétique, soit 7,2 milliards d’euros, sur les 37,7 milliards espérés pour 2019, le reste étant capté par le budget de l’État.

D’aucuns avancent une modulation d’un genre particulier : réserver la taxe aux plus riches. Idée totalement bidon dont on ne voit pas comment elle pourrait s’appliquer : faudrait-il montrer sa feuille d’impôt à la pompe à essence ? Démagogie, quand tu nous tiens…

Reste que le retour de la taxe carbone dans le débat pourrait bien faire figure de chiffon rouge sous le nez du taureau, car on ne voit pas pourquoi ce qui a mis le feu aux ronds-points en novembre pourrait l’éteindre en février ! En bon français, ça s’appelle même souffler sur les braises.

Mais peut-être est-ce le but ?

Erik Tegnér : « Marche contre l’islamophobie : derrière cette manifestation clairement islamiste, les prémices d’un mouvement politique extrêmement organisé ! »

Expulsion de djihadistes vers la France : la Turquie menace, le gouvernement tergiverse

Destitution d’Evo Morales en Bolivie : les Américains reprennent la main… et les gisements de lithium au passage ?

« Marche contre l’islamophobie » : l’ultime conséquence de « la marche des beurs »

Jean Messiha : “Ce sondage confirme le changement qui s’opère partout dans le monde : le retour des identités et des frontières !”

Livre : Le pouvoir politique et l’islam , de Jean-Pierre Bedou

Alexandre del Valle : « Expulsion des djihadistes par la Turquie : la France est obligée de négocier avec des forces qui ne sont pas légitimes ! »

Le voile islamique de la princesse Victoria de Suède : à bien y réfléchir…

Mémoire des poilus bafouée sur France 2 : quand le héros devient bourreau

Étudiant immolé : comment avons-nous fabriqué ces générations de désespérés ?

Benjamin Cauchy : « Les gilets jaunes ne soutiennent pas cette marche de la honte ! »

Royaume-Uni : Boris Johnson et Nigel Farage ont fait l’union des droites au nom du Brexit !

À lire aussi

Étudiant immolé : comment avons-nous fabriqué ces générations de désespérés ?

Comment avons-nous pu, alors, fabriquer ces enfants déjà vieux dans leur tête ? …