Editoriaux - Entretiens - Politique - 15 septembre 2019

Serge Federbusch : « Ce sondage est suspect : Villani n’est qu’une fabrication médiatique ! »

Serge Federbusch, candidat à la mairie de Paris à la tête d’une liste soutenue par le RN, commente pour Boulevard Voltaire le sondage IFOP plaçant Anne Hidalgo en tête, à 24 %.

Serge Federbusch, un premier sondage depuis la candidature de Cédric Villani vient de paraître : il place Anne Hidalgo à 24 %, devant Benjamin Griveaux, à 17 %, et Cédric Villani, à 15 %. Comment comprenez-vous cette résistance de la gauche et d’Anne Hidalgo ?

Tout d’abord – et ma réponse est valable pour la question qui suit -, je doute fortement de l’impartialité de ce sondage. L’oligarchie et ses médias ont décidé de jouer la carte Villani en espérant créer un effet de mode et d’épate-bobo. Ils construisent donc sa candidature comme ils ont construit celle de Macron aux élections : une pseudo-indépendance et une fausse originalité face au système des partis classiques alors qu’en réalité, il ne s’agit que d’une fabrication médiatique. Regardez les couvertures du Parisien Dimanche (Bernard Arnault) ou du JDD (Lagardère), ce matin : Villani est mis en valeur avec des photos et dessins sympas.

Le sondage en lui-même est suspect et je vais tenter d’obtenir des éclaircissements en saisissant la commission qui est censée les surveiller. En effet, c’est une enquête dite « auto-administrée » ou, d’après ce que je comprends, les personnes interrogées expriment leur adhésion par des choix successifs qu’on leur propose. Le mien arrive tout à la fin. La plupart des sondés ont donc dû réfuter les noms précédents avant d’arriver à « Aimer Paris ». On leur suggère dans l’ordre Hidalgo, Griveaux, Villani, etc., et beaucoup finissent par s’arrêter à un choix qui n’aurait pas été leur premier choix si tous étaient présentés de manière égalitaire et simultanée.

Quant à Frédéric Dabi, le responsable de cette enquête à l’IFOP – IFOP qui avait contribué à une étude désopilante de 14 pages sur la propreté il y a deux ans, payée plus de 200.000 € par Anne Hidalgo -, il m’avait manifesté une hostilité personnelle dans un message sur Internet. Vous voyez, après cela, ce que valent ces sondages qui sont en réalité des armes de guerre pour s’assurer que Paris restera géré par Hidalgo ou LREM c’est-à-dire des camps soumis aux grands intérêts médiatiques et financiers malgré leur verbiage de « gauche ».

À droite, la situation n’est pas brillante : une liste LR menée par Rachida Dati ferait 14 % et votre liste est créditée de 4 %. Comment recevez-vous ces chiffres ?

Conséquence : la droite faisait 50 % des voix en 2014 et il serait tout à fait inconcevable qu’elle ait reculé à 18 % en six ans, même en tenant compte de la manipulation LREM. Je dis donc à mes partisans de plus en plus nombreux : ne vous laissez pas manipuler, ne vous faites aucun souci, tout cela, c’est du flan ! Bientôt, toutes les oppositions réelles à Hidalgo et Macron à Paris rejoindront Aimer Paris.

Quels sont les prochains grands moments de votre campagne ? Et comment vous situez-vous par rapport aux priorités de l’électorat que révèle ce sondage : la propreté (69 %), devant la lutte contre la pollution (65 %) et la sécurité des biens et des personnes (63 %), maîtrise des impôts (59 %), développement économique et l’emploi (55 %) et l’environnement, la lutte contre le dérèglement climatique (55 %) ?

Ces thèmes sont précisément nos priorités. Donner des obligations de résultat avec une motivation des personnels en matière de propreté, créer une structure par canton en lien avec les riverains, pratiquer la tolérance zéro pour les délinquants et les incivilités, créer des conseils de sécurité de quartier avec des rondes citoyennes, faire revenir les classes moyennes dans les quartiers où les populations issues de l’immigration prédominent aujourd’hui, créer une grande zone piétonne dans le centre, mais uniquement après qu’un nouveau réseau de tunnels et parkings a donné une alternative aux automobilistes, cesser la politique de répression contre les deux-roues motorisés, permettre vraiment aux locataires dans le secteur social d’acheter leur logement, etc.

À lire aussi

Serge Federbusch : « Nous allons tendre la main à tous ceux qui ne veulent ni d’Hidalgo ni d’une marionnette de Macron »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleLe Rassemblement national vient de décider off…