En Vendée, 22 migrants sont annoncés dans la commune de Saint-Jean-de-Monts. Ils seront accueillis avec soin. Il leur fallait un cocon : il les attendait en Vendée, mais fait-on assez pour eux ? « Lors de leur départ, les familles ont trouvé un logement dont certaines en hôtel, ce qui s’avère difficile, explique Pascale Louis-Clément, vice-présidente de l’association en charge de cet accueil à Saint-Jean-de-Monts, dans le journal Ouest-France. En hôtel, elle ne peuvent plus cuisiner », déplore-t-elle.

L’arrivée des migrants dans les régions préservées, une véritable « poudrière »

La Vendée reçoit des migrants chaque année, sous la pression des quotas imposés par la préfecture obéissant à la politique migratoire du ministre de l’Intérieur. Les maires des municipalités de Vendée ont reçu, nous a confié Véronique Besse, députée non inscrite de la région Vendée, proche des LR, un « guide d’accueil » de ces migrants. Pour la députée, la ritournelle se répète. Ce guide « exprime encore une fois cette idée selon laquelle l’immigration est une chance pour la France ». Une démarche dangereuse, selon elle : « Ces accueils de migrants sont des poudrières, martèle Véronique Besse. Tout va exploser et commence d’ailleurs déjà à exploser, même dans des régions jusqu’ici préservée comme la Vendée. » 

Comment les familles modestes habitant en Vendée accepteront-elles cette politique ? Ces familles de migrants sont accueillies avec plus de déférence que les Vendéens eux-mêmes, déplore Véronique Besse : « Ils ont tout en priorité. En matière de santé, par exemple, quand il faut à un Vendéen des mois pour obtenir un rendez-vous chez un spécialiste, un migrant l’obtient immédiatement, ou presque. » Pour l'élue locale, cette politique est inacceptable par les habitants. « Il n’y a jamais de soucis pour trouver des subventions pour les associations pro-migrants alors qu'on dit aux Vendéens en difficulté qu’on ne peut pas leur trouver de logement. » Élue d'un département où le chômage est résiduel, Véronique Besse tranche de manière catégorique : « La Vendée est réputée pour sa prospérité économique, elle n’a pas besoin de migrants. »

Les chiffres grimpent petit à petit

Pourtant, à Saint Jean-de-Monts, les arrivées de migrants se suivent et se ressemblent. En 2017, 15 migrants sont accueillis dans la commune : ils sont logés dans les logements prévus pour les renforts de sécurité saisonniers. Quatre ans plus tard, les arrivées se poursuivent. « Durant l’hiver 2021-2022, huit familles (de migrants, NDLR) ont été accueillies, soit quatorze adultes et treize enfants, dans le cadre du plan grand froid », précise, dans Ouest-France, Sylvie Billon, présidente du GAM (Goupe d’accueil pour migrants) Vendée. Dans la semaine du 7 novembre 2022, ce sont « quatre familles, soit sept adultes et neuf enfants », qui s'installent à leur tour. Aujourd'hui, 22 migrants sont donc attendus ! Petit à petit, les chiffres grimpent. Gérard Gavory, préfet de la Vendée, a dimensionné les capacités d'accueil du département en fonction de la demande venue de l'administration : « Nous comptons mille demandeurs d’asile dans les dispositifs d’accueil vendéens, dit-il à Ouest-France. Environ 30 % d’entre eux deviendront des réfugiés après examen de leur demande, précise-t-il. Nous avons le devoir de les intégrer et nous avons le devoir de renvoyer les personnes déboutées du droit d’asile. » Combien de ces déboutés repartiront effectivement ? Le préfet ne le dit pas.

L’œuvre controversée de l’association pro-migrants

La municipalité de Saint-Jean-de-Monts laisse le soin d’accueillir ces migrants à une association créée en 2018.  GAM Vendée se charge de loger ces migrants, que l’on n'appelle plus « migrants » mais « réfugiés ». Pour « mieux faire passer la pilule », tempête Véronique Besse. Cette association les accompagne, inscrit les enfants à l’école, leur dispense des cours de soutien scolaire quatre fois par semaine, leur donne livres et manuels scolaires grâce aux subventions de la municipalité et leur fournit encore des accès gratuit à la bibliothèque municipale. Contactée pour plus de précisions sur son activité, l’association n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Ce soin pressant envers les migrants quand bien des familles françaises sont dans le besoin n’est pas au goût de tous. Y a-t-il un plafond à cette politique d'accueil ? Les Vendéens et les élus s'inquiètent, à commencer par Véronique Besse : « Darmanin a assuré qu’il accueillait moins de migrants. En réalité, il les disperse... On nous ment. Il y a trop de migrants à Paris, alors on les envoie dans les coins encore préservés comme la Vendée. »

La colère monte. Un collectif basé à Saint-Jean-de-Monts, le Rassemblement vendéen, milite contre cet accueil. Ses membres organisent une manifestation à l’hôtel de ville de la municipalité, ce 4 novembre. En 2022, le mouvement Reconquête avait manifesté devant le lycée atlantique de Luçon contre l’intervention de Cédric Herrou, célèbre militant pro-immigration. Au-delà de la commune de Saint-Jean-de-Monts, c’est toute la Vendée qui est touchée et menacée par ces arrivées. « Je ne veux pas que la Vendée devienne la porte de la Chapelle avec vue sur mer ! », alerte Véronique Besse. L'État macroniste restera-t-il aveugle et sourd ?

13030 vues

30 octobre 2023 à 19:43

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

57 commentaires

  1. L’invasion de la France par des étrangers, de plus de religion et de coutumes différentes, ces étrangers sont répartis dans le pays un peu partout. C’est un cancer généralisé. Et qui dit cancer généralisé dit la fin proche.
    La fin de la France et de l’Europe s’annonce avant la fin de ce siècle. Ce n’est pas si loin, nous sommes déjà pratiquement au quart de ce siècle.

  2. dans l’Indre ça pousse pour qu’il y ai encore plus de immigrés, àMérigny les habitants n’en peuvent plus des dégradations, Viltaïs le sinstalle et ensuite démerdez vous, les gens de la commune n’ont pas de transport mais les immigrés eux ont un bus avec logo Viltaïs payé par une partie des 15 millions d’ueros que donne l’état à cet association rélevé sur nos impôts évidemment, pendant qu’on ferme les services dans les hôpitaux notamment au Blanc (Indre) on ventile les immogrés, donc on aura encore moins de facilités à se faire soigner par ces derniers sont prioritaires, et bizarrement eux ne sont pas obligés d’être vaccinés.

  3. Ils sont fous ces Français, Jupiter il a vendu a l’Arabie Saoudite l’eau de deux cours d’eau de la Provence ,chaque jour des tankers arrivent et repartent pour arroser les jardins de ce pays ,il faudrait peut être se poser la question de l’arroseur arrosé ,arrosé avec quoi des valises d’euros .

  4. Dans peu de temps on va demander aux Français de souche de partir de chez eux pour laisser la place aux migrants. Cette situation n’est pas arrivée en cinq minutes. Cela fait des années et des années que les Français votent comme des ânes ! Ils récoltent ce qu’ils ont semé. Inutile de venir pleurer maintenant. C’est trop tard : le mal est fait !

  5. Merci à ceux qui ont voté Macron et à ceux qui soutiennent Mélenchon ! Inadmissible qu’on s’occupe d’abord des clandestins au détriment des français. N’acceptons pas de recevoir, de loger ou de nourrir ces étrangers en situation irrégulière tant un seul de nos ressortissant n’a pas de logement ou de quoi manger ! Ce sont NOS impôts on en fait ce que l’on veut !

    1. Hélas ni vous ni moi n’avons notre mot à dire sur l’utilisation de nos impôts, et ce n’est pas demain que cela changera.
      En revanche continuer de payer sans dire un mot cela nous est permis et même vivement encouragé.

  6. La colère monte dans nos provinces? Sans doute. Mais à part quelques grognements et quelques « manifestations d’estrêêême-drouate », l’invasion continue. Une chance pour la France, effectivement, celle de ne pas se relever !

    1. Tant qu’il n’y aura plus de contrôles aux frontières la situation perdurera, l’Europe est devenu un laboratoire où certains individus comme, Soros, Schawb etc, etc…ont décidé de créer » leur monde à eux ».
      Deux solutions subir les bras croisés ou siffler la fin de la partie, je ne suis pas sûr qu’il existe actuellement un parti politique en France, capable de relever l’immense défi…

  7. Lorsque les Français se décideront à voter correctement ce genre de colonisation disparaitra certainement !

  8. Le doigt dans l’engrenage est mis. Les JO 2024 sert de prétexte. L’insécurité augmente et qui paie pour mettre en place le service d’ordre nécessaire pour une protection mitigée ? NOUS!!!!!

  9. « L’État macroniste restera-t-il aveugle et sourd ? ». Il n’y a pas le moindre doute là dessus.

  10. Résultat des dernières législatives à
    St Jean De Monts : renaissance 61%
    Ils ont le résultat
    Sans commentaire

  11. Comme ce serait intéressant de savoir ce que sont devenus les 15 « réfugiés » de 2017, les 27 de 2021/2022 ! Une enquête de ce type, par les temps qui courent, vous mènerait sans doute au Tribunal, voire même en prison ! Dommage !

  12. Les endroits préservés se feront rare voir inexistants c’est tout le territoire qui sera pollué et en insécurité totale , la volonté macroniste sera respectée , électeurs du phénomène regardez vous bien en face .

    1. ça se ressent de plus en plus, oui, dans de plus en plus de villes du département. Plus ils seront nombreux, et plus ils seront en capacité d’imposer leurs cultures et leurs mœurs, comme ils le font déjà dans certaines villes et quartiers entiers de France. Si on rajoute à cela, leur haine de l’occident (sur laquelle s’appuie une certaine extrême gauche) et leur esprit de conquête, on arrive au cocktail explosif que l’on connait déjà.

Les commentaires sont fermés.