Elles étaient en pleine perte de vitesse : la et la CGT reprennent du poil de la bête. Le Grand Soir approche, les amis. Comme l’aveugle guidant le paralytique, l’alliance de Mélenchon appelle à manifester ce dimanche à Paris, la CGT mardi, à Paris aussi. La première défilera « contre la vie chère et l’inaction climatique ». C’est-à-dire contre la société qu’elle a fabriquée en poussant les salaires et les coûts des entreprises ou en chassant hors de nos frontières l’industrie du pays. Nos rois du défilé du dimanche soutiendront aussi l’écologie de gauche, celle qui fait flamber le prix des productions agricoles (en poussant sans relâche pour la mise en place de normes et en martyrisant les éleveurs), des productions industrielles (au gré des réglementations et des taxes) et de l’énergie (en poussant à la fermeture des centrales nucléaires)… Ils soutiendront aussi le blocage des dépôts d’essence qui entrave le travail des Français et leur fait vivre, ces jours-ci, un enfer. Pour Mélenchon, la meilleure manière de protéger les Français contre la vie chère consiste donc à les... empêcher de travailler ! Et pour lutter contre l’inaction climatique, quoi de mieux que l’inaction tout court. Pour le bon docteur Mélenchon, la grève, la manif et le défilé viendront à bout de nos maux du moment.

La a donc préparé pour dimanche ses tracts multicolores. On pourra y lire, sans surprise, ses obsessions, notamment « Taxons les super-profits ! » Les manifestants réclameront, « face à la hausse des prix, le SMIC à 1.500 euros nets » et marcheront « contre le report de l’âge de la retraite ». Qu'importe le souci du pays, de ses habitants, de ses entreprises et de l’intérêt général !

La CGT de Philippe Martinez bouge encore. La CGT de la RATP appelle à une journée de grève et de mobilisation en Île-de-France, le 18 octobre, selon franceinfo et RTL pour réclamer des revalorisations salariales, sur la question de la réforme des retraites et pour défendre le droit de grève, « remis en cause par les décisions gouvernementales ». Jeudi, la CGT, FO, Solidaires, la FSU et l'UNSA se réuniront pour caresser l’idée d’une journée de grève et de manifestation interprofessionnelle.

Du fond de ses tourments, la gauche et son relais cégétiste l'ont vu, le Grand Soir. Ils le touchent du doigt. La machine marxiste, rouillée, moquée, démonétisée depuis la rentrée, tente à nouveau de décoller. Le rêve est là, à portée de grève chez nos révolutionnaires qui soignaient jusqu'ici leur désespoir. La NUPES et la CGT jettent de l’huile sur le feu sans s’apercevoir que la démarche est risquée. Très risquée, même. C’est le syndrome du pompiste pyromane.

Car aujourd’hui, les Français sont partagés en trois tiers : un sur trois soutient la marche, un autre s’y oppose, le troisième s’en fiche. Mais la cohorte de ceux que le blocage insupporte risque de s'allonger, faisant de la et de la CGT, au fil des sondages d’opinion, d’insupportables emm… au service d’une minorité de salariés de grands groupes déjà privilégiés. La gauche pompiste joue avec le feu. Elle ferait bien de ne pas se tromper de seau : le seau d’huile l'attise mais le seau d’essence provoque des retours de flammes destructeurs.

8652 vues

13 octobre 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

43 commentaires

  1. « Je souhaite que Macron fasse le score le plus haut possible »
    De qui cette prière formulée en 2017 et réitérée en 2022 ? De Philippe Martinez le patron de la CGT !
    Dans le genre « idiot utile de la macronie » on fait difficilement mieux …

  2. J’aime beaucoup cet article bien marrant qui laisse l’espoir que tout se casse la g… une bonne fois. Adieu raison, adieu liberté, on vous aimait bien, dans le fond !

  3. Tout est programmé. Diviser pour mieux régner. Dans le chaos le plus total. Chaos reconductible comme les grèves. Mais à perpétuité ou du moins jusqu’à la fin du mandat Jupiterien.

  4. Nupes, CGT, écolos… les meilleurs serviteurs du Nouvel Ordre Mondial …que pourrait faire Macrons ans ses petits soldats prêts à le servir doctement ? Comment aurait-il pu être réélu sans eux ?

  5. Le gros moustachu polpotiste s’est fait bien discret voir absent total , lorsque des soignants ont perdu leur travail suite aux mesures dictatoriales du tellement sympathique président , il a manqué à son devoir premier celui de défendre le travailleur , il est vrai que tout ce beau monde a appelé en avril à ne surtout pas voter MLP , les syndicats ne défendent que leur cause .

  6. Arrêtez de baver sur la CGT qui défend l’intérêt des salariés pour, en l’occurrence, aller vers une augmentation de salaire qui va dans le sens le la défense du pouvoir d’achat, plutôt que d’une prime ponctuelle. D’autant qu’il n’est pas dans la vocation de la CGT de faire de la politique, souvenez-vous de mai 68, le temps qu’ils ont mis pour  »prendre le train en marche »…

    1. Il n’est pas dans la vocation de la CGT de faire de la politique ? C’est le bras armé du parti communiste.

  7. La CGT n’a toujours fait que cela : affaiblir les entreprises, l’Etat, au profit d’une minorité. Que la majorité en souffre, ce n’est pas leur commerce.

  8. CGT et NUPES forment un conglomérat aux objectifs révolutionnaires et slogans identiques : la guerre aux banques, au grand capital, à la finance et aux mêmes moyens violents. La CGT veut faire durer le conflit pétrolier jusqu’à la manifestation de mardi dont le fiasco ou pas, déterminera la suite de leur grève dont l’objectif n’est plus seulement un rattrapage des salaire, on l’aura compris.

  9. Ils n’appellent pas à sortir de l’ue qui impose sa politique à la France.
    Ils font de la récupération politique.

  10. En raisonnant par l’absurde, et encore, mais c’est l’état qui gère tout cela avec désinvolture qui est gagnant !
    Plus la vente de carburant diminue, plus l’état ne verse pas les 30 centimes ! Se sont toujours les mêmes qui paient, les contribuables, pour avoir une remise à la pompe ! Un truc de ouf, mais qui n’émeut personne !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter