Accueil Editoriaux NKM : la droite qui veut perdre !
Editoriaux - Politique - 8 juin 2017

NKM : la droite qui veut perdre !

Vous en avez cauchemardé, Les Républicains l’ont fait.

Dimanche 18 juin, la fameuse circonscription imperdable de François Fillon va se mettre En Marche.

Dimanche 18 juin à l’heure du bilan, NKM va accuser les dissidents Jean-Pierre Lecoq et Henri Guaino d’avoir divisé la droite, avant de voguer vers une nouvelle circonscription.

Pourtant, la prévisible défaite de NKM n’est que la pathétique preuve de la faiblesse idéologique et stratégique de ce parti et du mépris chronique des électeurs par la droite.

Défaite idéologique en parachutant, dans une circonscription ancrée à droite, une candidate aux convictions mouvantes, qui n’a de cesse de critiquer les idées de droite.

Défaite stratégique en faisant cadeau, lors de la campagne, de cette circonscription à NKM en échange d’un soutien, d’une promesse, d’un silence ?

Mépris des électeurs à qui les ténors des Républicains imposent un choix impossible entre la défaite du parti ou la défaite idéologique.

La machine à perdre est en route et rien ne l’arrêtera, les protagonistes sont trop compétents ; à ce niveau, on peut même parler de talent…

Formidable NKM qui, sans aucun scrupule, détruit méthodiquement un parti pour ensuite vendre son silence contre des parrainages, des circonscriptions.

Formidable parti qui, consciencieusement, accepte ce chantage et assure le service après-vente en mettant le couteau sous la gorge des électeurs : NKM ou En Marche !

Soyez rassurés, l’aventure n’est jamais finie pour les destructeurs de la droite : une petite place chez En Marche ! est toujours négociable ou, au pire, ils peuvent finir le travail en interne ; l’embarras du choix, finalement.

Mais, pour les électeurs, c’est une nouvelle défaite, une absence de représentation et une lassitude profonde face à l’incurie de ces politiques qui jouent avec eux au gré de leurs ambitions.

La défaite de François Fillon se comprend mieux : cette élite politique n’a ni idées ni sens stratégique. Pourquoi donc font-ils de la politique ?