Editoriaux - Politique - 31 mai 2019

Les LR : jadis, parti de godillots. Aujourd’hui à la godille

« Nous dérivions et le navire faisait eau de toute part », constatait Monsieur Fernand dans Les Tontons flingueurs, bien décidé à remettre les choses d’aplomb et d’équerre. Visiblement, les LR n’ont pas encore trouvé leur Monsieur Fernand. Après le naufrage de dimanche dernier, c’est panique à bord, les femmes, les vieillards et les enfants d’abord.

Les femmes ? Légèrement perfide, Valérie Pécresse, qui ne postula pas pour prendre le gouvernail en 2017, dit que si elle était à la place de Laurent Wauquiez, elle démissionnerait. Mais elle n’est pas à la place du commandant Wauquiez. Les vieillards ? Gérard Larcher, dans sa chaloupe sénatoriale, joue de la corne de brume pour battre le rappel des naufrageurs naufragés. Le cachalot va chercher à s’échouer en douceur sur la plage. Vous voyez l’îlot, à quelques brassées d’ici ? Vu. On s’y retrouve le 4 juin, entre élus, bouée de sauvetage de rigueur, pour « un travail de reconstruction collective ». Tous les débris de l’épave ramassés sur le sable seront bons pour reconstruire un bateau, un radeau, une pirogue, bref, un truc qui flotte et qui fait des ronds dans l’eau. Pas compris que, sur une île déserte, il faut un trois-mâts, et pas un vaporetto qui fait du cabotage, pour se lancer à l’assaut de l’océan. Si vous voyez Wauquiez faire la brasse coulée entre deux tonnelets qui flottent, n’hésitez pas : un petit coup de rame discret derrière les oreilles… et plouf !

Et les enfants ? Enfin, ceux qui se font passer pour des enfants et qui sont déjà des vieillards dans la tête. Tout d’abord, Geoffroy Didier, « sorte de garçon coiffeur de l’ex-UMP », comme l’avait qualifié Nicolas Gauthier ici même (je ne sais pas ce que les garçons coiffeurs ont fait à notre ami) en 2016. La galère LR venait à peine de se fracasser sur les rochers, et alors même qu’il était, comme qui dirait, le second du bateau, puisque directeur de campagne de François-Xavier Bellamy, que Didier s’en prenait au cap pris par l’amiral Wauquiez depuis plusieurs mois. Le parti s’est « rabougri dans un conservatisme sociétal ». Et de proposer que « la droite [NDA : nous laissons à Geoffroy Didier la responsabilité de cette appellation] se pose au moins la question de l’ouverture de la PMA, qui serait une avancée sociale comme le fut, de fait, le mariage pour tous, et avant le PACS… » » Poser la question, c’est déjà donner la réponse, présenté comme ça. Notre matelot propose alors un truc grandiose, quelque chose qui va méduser le radeau : « Face à l’explosion des incivilités, de la délinquance et du communautarisme », le parti doit rester celui du « respect des règles ». Le parti du mouche ton nez, dis bonjour à la dame ? Des fois qu’il y ait des partis qui proposent de violer les règles.

Autre marin d’eau douce qui ne manque pas de sel : Guillaume Peltier. Tour à tour embarqué sous pavillons FN, MNR, MPF, UMP, LR, en 2012, avec son petit camarade de coursive Geoffroy Didier, il met à l’eau sa propre petite embarcation, la Droite forte, qui fait quand même 28 % au congrès de la même année devant la Droite sociale de Wauquiez. Un dur, un tatoué, quoi, que ce marin expérimenté, malgré son relatif jeune âge (bientôt 43 ans, l’âge où l’on commence à en avoir assez de brosser le pont à grande eau). Echappé du naufrage, encore tout mouillé, lui aussi y va de sa petite idée à contre-courant de ce que l’on appelle la droite Trocadéro. Invité sur RTL, mercredi matin, il a déclaré souhaiter que les LR deviennent le parti de « la laïcité » et renoncent au « communautarisme chrétien ». V’là aut’chose ! On ne savait pas que le navire LR appartenait à l’armada de Don Juan d’Autriche. Quand on sait qu’en 1996, encore moussaillon, le jeune Guillaume Peltier fonda, avec un certain Nicolas Bay, l’association Jeunesse action chrétienté, on se dit que le chemin de Damas est en double sens.

Jadis, ce parti, qui s’appela le RPR, se voyait reprocher d’être un parti de godillots. C’est aujourd’hui un parti à la godille. Triste.

À lire aussi

A quand un procès de Nuremberg contre les éco-criminels ?

Macron à Biarritz, c’est le doge de Venise qui se marie avec la mer. …