Le cri profond des gilets jaunes

Avec son barbecue de fortune, une cafetière reliée directement à la barre de péage, du pain, du saucisson et des tonnes de vivres laissées par les automobilistes ravis de ne plus payer, le gilet jaune est la figure du réveil des consciences devant le délitement palpable de l’ère de l’individualisme. La fin d’une période résultant du surconsumérisme et de l’hypermondialisation. L’effondrement d’un système passe obligatoirement par là, par le réveil.

Combien de fois ai-je entendu : “Vous rendez-vous compte ? On se reparle à nouveau ! C’est incroyable, ce mouvement nous a fraternisés !” (sic)

La fraternité.

Un mot que je n’avais pas entendu dans la bouche des gens depuis bien longtemps.

En effet, les revendications sont bien plus graves et profondes que des exigences matérielles, vous l’aurez compris. Sur chaque rond-point, chaque péage, les gilets se sont “trouvés une famille” (sic). Ici et là, on entend à nouveau les termes de « bien commun » et de « solidarité ». Saisissant.

Malheur au pays dont les dirigeants n’écoutent pas ses ouailles, car les Français réclament bien plus qu’une hausse de leur pouvoir d’achat. Nous aurions tort de réduire cette crise au simple problème matériel. Malheur à celui qui juge ce mouvement sans y être allé car le prisme médiatique est volontairement insultant.

Malheur au bourgeois qui en a assez des blocages qui l’empêchent d’aller faire les soldes, c’est qu’il n’a rien compris à ce qui se joue sous ses yeux.

Venez écouter d’un peu plus près, approchez l’oreille, pour comprendre.

Comprendre pourquoi. “Pourquoi sont-ils encore là ?”

C’est très simple : déracinés, ces hommes et ces femmes ont été contraints bien souvent d’aller vivre ailleurs, à cause d’un divorce ou d’une carrière, pour un poste délocalisé ou simplement à cause d’un loyer trop cher. Partir pour vivre mieux, avec plus, mais loin des siens…

Ils sont tombés dans la spirale infernale de l’individualisme malgré eux, coincés dans un système économique qui ne se réjouit que de la hausse de l’indice de consommation : Prends, laisse ! Achète, jette ! Consommation des biens, consommation des êtres… tout est calqué sur ce modèle.

Ils sont partis à la recherche d’une vie meilleure mais crient leur désespoir, leur malheur, car il faut le dire : les Français ne sont pas heureux, non, ils sont profondément malheureux.

Aujourd’hui, ils ne savent plus qui ils sont ni d’où ils viennent, et encore moins où ils vont. Ils ont cru que les plaisirs de la Terre leur assureraient un bonheur pérenne, cru que la Révolution était une bonne chose et les délivrerait de tout mal.

“Combien de temps cela va-t-il durer ?” demandez-vous, exaspérés.

Souvenez-vous de Raymond, ce gilet jaune au teint hâlé par le soleil et au cheveux blanc comme le sel qui disait à son député : « Macron a ouvert la boîte de Pandore en nous mettant dans la rue ; pas sûr qu’il puisse un jour nous faire rentrer dans nos maisons. »

En effet. Personne ne sait combien de temps, encore, cela va durer, car toutes les annonces présidentielles du monde ne sauraient consoler ce qui semble être véritablement un grand et profond malheur spirituel.

Nous ne pouvons continuer à être spectateur d’un peuple qui hurle son désespoir. Les gilets jaunes ont soif d’un idéal et chacun devrait être concerné par son rôle à jouer dans cette crise sociale.

Nos prêtres, nos évêques, nos conseillers sociaux, nos bourgeois, nos nantis : de quelque manière que ce soit, tout le monde devrait être au chevet d’une France qui crève à petit feu car on lui a arraché avec une violence inouïe les racines des promesses de son baptême.

Depuis, elle se vide de son sang, lentement, mais sûrement.

La solidarité nationale sera son seul salut, la seule réponse à cette hémorragie identitaire.

Malheur à celui qui détourne le regard en laissant le mépris s’installer, il devra alors rendre des comptes lors du dernier sursaut français.

En espérant qu’il ait lieu.

À lire aussi

“Le conseil régional de Laurent Wauquiez subventionne une galerie montrant des œuvres mettant en scène des enfants de façon choquante.”

"J'ai contacté des avocats qui m'ont bien confirmé que les images en question relevaient b…