Avec quelques années de retard, la France tient enfin son adolescent sauveur de planète. Comme Greta Thunberg, il marche pour le climat, comme Greta, il s'assoit devant des bâtiments officiels pour alerter les grands de ce monde, mais la comparaison s'arrête là. Le jeune Vipulan Puvaneswaran, encensé par Le Parisien, n'est qu'une pâle copie du modèle original.

Ses yeux ne lancent pas d'éclairs lorsqu'il s'exprime, plus posé, moins possédé par les forces du bien. Soyons juste, la contrefaçon est grossière.

Si la forme est assez éloignée des gesticulations suédoises, le fond laisse également à désirer. À l'obsession climatique, le militant en herbe adjoint le volet « sauvegarde du vivant ». Sur ce point, personne ne saurait lui reprocher de dénoncer la surpêche et autres disparitions d'espèces animales. Au terme de son voyage, l'automobiliste constate l'absence d'insectes écrasés sur son pare-brise... Où sont-ils passés ? Si Greta ne les a pas mangés, nul doute que l'industrie agroalimentaire s'est chargée de la besogne.

Mais au diable ces quelques heureuses dissemblances entre l'égérie nordique et la version française, Le Parisien accourt et s'agenouille devant le Messie. Si jeune, si pétri de planète, si Greta-compatible...

À l'occasion de la sortie du documentaire Animal dans lequel le héros parcourt en compagnie de la Greta anglaise pour alerter sur la de la biodiversité, le quotidien dresse un portrait dithyrambique de Vipulan, 18 ans et déjà engagé dans la lutte pour la sauvegarde de la nature. Comme c'est attendrissant.

« Au “no future”, il préfère l’action. Celle qui sensibilise et participe, il l’espère, au changement culturel nécessaire. » Notre bon ne manquera pas d'apporter tout son soutien à ces braves petits qui constatent les désastres occasionnés par les puissances financières qu'il représente.

L'innocence de la arrive à point nommé pour égarer le citoyen. Le « changement culturel » évoqué tendrait à sous-entendre que le comportement du consommateur est la cause du désastre. « En 50 ans, nous avons éliminé 50 % de la vie sauvage sur terre », affirme la bande-annonce du documentaire. NOUS ? Que ceux qui ont exigé des bananes présentées dans une barquette en plastique se dénoncent !

À défaut de cibler les responsabilités politiques, la mouvance écolo en culottes courtes culpabilise le citoyen. Le média mondialiste en redemande !

 

 

 

 

 

2 décembre 2021

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 3 votes
Votre avis ?
63 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires