Coup de théâtre dans l'affaire Vincent Lambert : alors que la décision de stopper tous les soins avait été prise le matin même, hier soir, c'est la cour d'appel de Paris qui a ordonné la reprise de l'hydratation et de l'alimentation. Vincent Lambert est-il sauvé ? Pour combien de temps ?

Maître Jérôme Triomphe, son avocat qui était présent, hier soir, à la marche blanche pour Vincent Lambert, réagit au micro de Boulevard Voltaire.

La Cour d’appel ordonne à l’État de respecter les mesures provisoires ordonnées par le Comité des personnes handicapées. Vincent doit être réalimenté et réhydraté dès maintenant.
C’est une claque terrible pour la France.
La Cour d’appel de Paris, par le biais de trois juges, a sauvé l’honneur de la France et a permis aujourd’hui de protéger Vincent et toutes les personnes vulnérables qui sont dans le même cas. Ce soir, je pense à toutes ces familles, à Viviane, Pierre, David, Anne et à toute cette merveilleuse équipe qui nous accompagne depuis tant d’années.
Ma joie ce soir est celle d’un avocat, d’un être humain et d’un citoyen. Je l’exprime, mais c’est la leur. En tant qu’avocat, je n’ai plus rien à espérer.


Combien de temps cela va durer ?

Cela peut durer des années. Ce CHU est totalement décrédibilisé. Cette directrice générale n’a pas agi, alors qu’elle devait agir. Ce médecin a violé un des droits les plus fondamentaux de Vincent Lambert. Tous ces gens-là sont discrédités.
La foule a hurlé ‘’transfert’’. Le transfert doit effectivement être ordonné.

Vincent Lambert est-il sauvé ?

Vincent Lambert est sauvé. L’État doit immédiatement ordonner les mesures provisoires qui s’imposent. C’est la Cour d’appel de Paris qui l’a ordonné et qui a rappelé ce droit.
Le défenseur des droits l’avait déjà rappelé contre le mensonge d’État propagé par les médias. Je ne mets pas tout le monde dans la même boucle, mais ce jour doit être marqué d’une pierre blanche. L’affaire Vincent Lambert ne fait que commencer.
Derrière Vincent, il y a aussi toutes ces familles qui étaient dans l’angoisse de ce qui aurait pu arriver à leurs proches.
Je pense à eux, au docteur Petit, à son fils Antoine dont il s’occupe avec tellement d’amour. Lui et son épouse sont totalement dévoués. Je pense à eux parce que depuis six ans, ils étaient dans l’angoisse de savoir si demain leur fils pouvait être tué sans qu’on leur demande leur avis. Je pense à toutes ces personnes qui souffraient avec nous et avec Vincent.
Hier, Vincent pleurait, car il savait qu’il allait mourir. Les larmes de Vincent n’auront pas été vaines. Les larmes de Viviane n’auront pas été vaines.

21 mai 2019

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.