Gabrielle Cluzel. Isabelle Surply, vous êtes élue régionale de la Loire depuis 2015 et élue municipale à Saint-Chamond depuis 2020. Depuis quelque temps, vous faites l'objet de graves menaces. Pourquoi, selon vous, êtes-vous devenue une cible ? 

Isabelle Surply. Depuis 2016, je mène un combat actif contre le séparatisme islamiste. Lutter contre l’ en France signifie entrer en totale opposition avec les politiques de la ville menées depuis quarante ans. Cela signifie s’opposer à leur système de pensée unique. Comme une Mila ou une Ophélie Meunier, je représente tout ce que les islamistes détestent : une femme politique, libre, occidentale, décomplexée, déterminée, qui dit tout haut que l’islam radical est un catalyseur de larmes et de sang. Je dis la vérité toute crue. Et finalement, toutes ces menaces que je reçois avalisent ce que j’avance et accréditent mes constats : elles valident la thèse selon laquelle les islamistes ne veulent pas du tout d’un vivre ensemble avec nous, ils veulent vivre entre eux et sans nous, sans nos lois et sans notre culture.

Il faut garder à l’esprit que le terroriste islamiste ne passe pas à l’acte violent par hasard, il le fait parce qu’il a été nourri par des idées, une idéologie, des « frères » qui lui sont fournis soit virtuellement sur les réseaux sociaux, soit physiquement dans des lieux d’échanges. Laisser faire cela est criminel.

G.C. Le 10 avril dernier, un tag « Isabelle Surply, t'es morte ! » a été retrouvé par la police nationale sur la place Île-de-France, quartier Fonsala, à Saint-Chamond. Dans un communiqué récent, vous avez écrit qu'« aucun élu de la majorité municipale ou régionale n'a jamais daigné [vous] soutenir ». Comment l'expliquer ? 

I.S. Pour 35.000 habitants, la commune compte deux mosquées (mosquée Attakwa et mosquée turque Selemye) qui se sont illustrées, ces derniers mois, pour des faits de radicalisation. Malheureusement, ces mosquées ont reçu le soutien de la majorité municipale à l’époque de leur implantation, et encore récemment. Vous comprendrez qu’il est difficile pour les édiles d’avouer publiquement leur responsabilité à la veille d’un scrutin.

Certains élus régionaux doivent sortir de ce silence qui les rend coupables. Leur « je vous soutiens mais en off » et les clins d’œil dans les couloirs pour se donner bonne conscience sont une véritable lâcheté intellectuelle. J’ai souvent l’impression que ces élus souhaitent garantir leur petit pré carré et leur confort électoral en ne faisant pas de vague.

Ils ont une peur panique de l’ parce qu’ils sont responsables de son implantation. Les uns méconnaissent le sujet, les autres le méprisent volontairement, niant le problème. Même la députée de la circonscription a enfoui sa tête dans le sable et ne s’est encore jamais exprimée sur le sujet. À deux mois des élections législatives, comment peut-elle se taire alors qu’elle dispose d’un levier d’influence parlementaire colossal ?

G.C. Qu'attend l'élue et la mère de famille que vous êtes des pouvoirs publics ? 

I.S. L’État doit faire son travail autrement que par de grandes déclarations creuses. Il est parfaitement anormal que je vive dans l’angoisse alors que je fais mon travail, il est honteux que je sois mise en examen alors que les deux mosquées que j’ai signalées pour des faits de radicalisation islamiste sont toujours ouvertes, il est scandaleux que l’imam de Saint-Chamond ne soit toujours pas dans un avion pour les Comores, son pays d'origine, puisqu'en octobre 2021, la demande de renouvellement de titre de séjour de l'imam a été rejetée par la préfecture de la Loire.

Les insultes, harcèlements et menaces de mort, de viol, de et de décapitation que je reçois depuis 2016 n’ont jamais fait l’objet d’une prise en charge professionnelle et sérieuse de la part des autorités publiques jusqu’à la médiatisation de l’affaire. À ce titre, un document récapitulatif de six ans de faits délictuels et criminels à mon encontre est en cours d’élaboration à des fins d’actions futures.

La préfète de la Loire doit faire son travail concernant les deux mosquées. Qu’elle daigne a minima attester de la bonne réception de mes différents recommandés : dix semaines, cela fait dix semaines que les courriers ont été reçus et que j’effectue des relances hebdomadaires sans jamais avoir de réponse !

J’attends que le maire de Saint-Chamond (LR) Hervé Reynaud me soutienne publiquement dans ma lutte contre l’islamisme. J’attends du courage politique et, pour l’instant, je ne vois que des mains et des voix trembler. Je veux bouter les islamistes hors de France, et pour cela, il est capital de leur manifester qu’ils ne sont pas bienvenus. Cela doit passer par la fermeture de leurs mosquées, de leurs associations, de leurs sites Internet, de leurs écoles coraniques qui violent les principes républicains.

Dans quelques jours, nous ferons des annonces pour que tous ceux qui souhaitent soutenir nos actions puissent le faire de manière concrète. Le combat a déjà commencé, rejoignez-nous, nous sommes plus nombreux qu’eux !

G.C. Didier Lemaire, Mila ou Klaus Kinzler, lorsqu'ils sont les cibles de menaces de la part des islamistes, bénéficient d'une protection policière. Et vous ?

I.S. Non, je ne suis pas sous protection policière. Personne ne me l'a proposé.

21 avril 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 11 votes
Votre avis ?
37 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires