Ils seraient même atteints, selon certains esprits chagrins, du syndrome de Stockholm. La presse qualifiera sa gouvernance de « démocrature autoritaire, clientéliste et poutinisante » (Slate.fr, le 7 avril), dénoncera des « circonscriptions électorales [qui] ont aussi été redécoupées pour donner un avantage au Fidesz » (Libération, 13 janvier), et pas moins de deux jours après l’écrasante réélection de Viktor Orbán, la annoncera le déclenchement d'une procédure qui pourrait priver Budapest de fonds européens en raison d'accusations de corruption. Des sanctions qui, selon Gergely Gulyas, le chef de cabinet du Premier ministre Viktor Orbán, sont destinées à « punir les électeurs hongrois pour ne pas avoir exprimé une opinion au goût de Bruxelles lors des élections » (Le Figaro, 5 avril).

Nonobstant cette diabolisation, Viktor Orbán a été largement réélu pour un quatrième mandat successif. Les Hongrois auraient-ils perdu la tête ? Sont-ils manipulés ou le programme de leur Premier ministre vient-il d’être plébiscité, n’en déplaise à Ursula von der Leyen ? Issu d’un milieu rural, profondément attaché aux valeurs chrétiennes et conservatrices, il a été réélu à 53 % alors qu’une grande partie de l’opposition s’était alliée pour le battre. Celui qu’on accuse d’être un proche de Poutine a refusé que les armes transitent par la Hongrie de façon à rester le plus éloigné possible de cette guerre. Il a su prendre des mesures pour préserver le pouvoir d’achat de ses administrés : gel du prix du carburant depuis novembre 2021 et gel du prix de six produits alimentaires depuis février pour lutter contre l’inflation galopante (6,6 % en 2021). Ainsi, le sucre, le jambon, le blanc de poulet, la farine, l’huile de tournesol et le lait demi-écrémé, ces produits de base, ont retrouvé leur prix du 15 octobre 2021.

Défendant l’identité hongroise, il avait fait ériger une clôture, en 2015, à la frontière de la Serbie, et défié l’Europe, fin 2021, refusant de modifier sa politique migratoire. À Bruxelles, le 15 décembre, il déclarait ainsi : « Le a examiné nos options et nous avons décidé que nous ne ferions rien pour changer la façon dont la frontière est protégée. Autrement dit, nous maintiendrons exactement l'ordre que nous avons mis en œuvre jusqu'à présent. » Autre fait d’armes lui valant les fourches Caudines de ses voisins européens : sa loi du 15 juin 2021 interdisant de « représenter l'homosexualité et le changement de genre » devant les mineurs. Alors que peu après son arrivée au pouvoir, il s’était illustré en inscrivant dans la Constitution les valeurs du « christianisme » et de la « famille traditionnelle », cette interdiction d’évoquer la transition ou l’homosexualité avait, encore, provoqué un tollé en Europe. La présidente de la Commission européenne dénonçait cette loi « incompatible avec mon idée de la politique ». Dimanche, lors des élections législatives, les Hongrois étaient invités à se prononcer sur ces deux questions : « Soutenez-vous la tenue de séances d'orientation sexuelle pour les enfants mineurs dans l'enseignement public sans accord parental ? » ou « Soutenez-vous l'introduction sans restriction de contenus à caractère sexuel dans les médias en direction de mineurs et qui affectent leur développement ? » Mais faute de votes valides suffisants, le référendum a échoué.

Malgré son illibéralisme revendiqué, malgré les sanctions imposées contre l’État de droit qui ne serait pas respecté, les Hongrois ont reconduit celui qui ne plie pas devant les sanctions européennes, le « wokisme » ou les quotas imposé de migrants - qui a le courage de tenir ses convictions, tout simplement. Preuve que les Hongrois sont encore attachés à leurs racines et leur identité au mépris de nos élites mondialisées.

Crédit photo : Tamas Gyurkovits

7620 vues

8 avril 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

94 commentaires

  1. Viktor Orban est le seul Président en Europe pour qui j ai de l admiration . Pour qui se prends la Présidente non élue de la Commision Européenne ??? Bientot c est elle qui va declarer la guerre a la Russie et nous demander d aller nous battre en Ukraine ?? Vivement qu’on sorte de cette Europe dictatoriale a la botte des Etats Unis !

  2. Ils ont réélu un corrompu !! Tient donc ; et que pensez vous que nous ayons en FRANCE ?
    La Hongrie fait partie de l’europe , mais elle au moins elle reste un pays souverain . La FRANCE a besoin d’un homme comme Orban , pas d’un homme qui vend son pays a l’islam .

  3. Orban, l’infame, protège son pays des hordes d’envahisseurs , de la culture woke et de l’implication dans une guerre. Puissions-nous avoir un tel dirigeant !

  4. Si Marine Le Pen est élue dans deux semaines et vu qu’Orban l’a soutenu pendant sa campagne, il y a de quoi faire des migraines pour Ursula Van der Leyen et à tous les européiste du continent.

  5. Justement les Hongrois ne sont pas fous, mais par contre ils rendent fous tous ceux qui veulent diriger l’Union Européenne.

  6. C’est bien vrai; si nous pouvions avoir un ORBAN en France pas mal de choses changeraient. La Ursula, met l’Europe dans la M . . .avec. toutes ses restrictions qui en subit les conséquences ? Certainement pas elle !

  7. Ursula entraîne l’ Europe dans sa propre histoire en imposant ses préférences au mépris des intérêts collectifs. Elle se fait l’arbitre d’une. Intégration de l’Ukraine dans l’Europe au mépris des réalités qui heureusement démentent ses ambitions.

  8. Viktor Orban a été reélu par le peuple Hongrois qui est souverain.
    Qu’il pense d’abords aux intérêts de son pays quoi de plus naturel.
    Tous les présidents U.S pronent le « First América ».
    Pour les allemands pas question de toucher à l’approvisionnement d’énergie fossile.
    En France nos intérêts en Russie doivent être préserver.
    Condamner la Russie, aider le peuple Ukrainien.
    Tout ne peut pas être blanc ou noir, c’est de la diplomatie.

  9. Bravos les commentaires unanimes, nous l’avons notre V. Orban , nous serons fixés demain à 20h cela changera tant de choses.

  10. Ursula von der Leyen , a quitté avec précipitation le ministère allemand de la défense , des dizaines de millions d’euros dilapidés sans contrôle pour payer des consultants (Mc Kinsey), son fils David travaille chez MC Kinsey, élue de justesse à la Commission , 9 voix d’avance.
    Et ensuite, présidente de la Commission pendant le Covid, refus de transmettre à la presse les textos échangés avec le PDG de Pfizer sur les achats de vaccins. Son mari Heiko est trés proche de Pfizer.

  11. il y a le « corrompu » qui trahit son pays pour en tirer des avantages personnels, et le « corrompu » qui, malgré tout, œuvre dans l’intérêt de son pays. On peut reprocher son enrichissement à Richelieu, « Le grand cardinal » mais qui niera ce qu’il a fait pour la grandeur du royaume?

  12. Les Magyars qui ont lutté pendant des siècles contre les invasions ottomanes sont d’une autre trempe que les lopettes que sont devenus une majorité de Français…

  13. Je sais que des grandes choses sont sur le point d’arriver. L’exemplaire Hongrie nous le rappelle. Lorsque tout semble mal aller l’ancienne énergie se meurt pour permettre à la nouvelle énergie d’émerger.
    Le renouveau Français est en plein essor, il a trouvé son capitaine, il lui faut pour s’enraciner des victoires, nous les attendons tous. Que la force de conviction soit avec nous.

  14. A la différence de la Hongrie , je crains que les Français ne soient plus attachés à leurs racines , la réponse , on l’aura demain soir à 20h00 .

    1. Le mal des Français, c’est qu’ils sont rivés devant leur TV et quand ils la quittent c’est pour écouter France Inter ou France Info. Comment voulez-vous qu’ils aient encore une opinion lucide ?

  15. La Hongrie ne supporte pas les normes non issues de la souveraineté populaire en provenance de l’UE.
    La Hongrie ne supporte pas les normes non issues de la souveraineté populaire en provenance des juridictions internationales (UE-ONU).
    La Hongrie n’est pas la seule dans ce cas, la Grande Bretagne nous a quitté pour cela, et en France une bonne partie de la population ne supporte pas non plus.

  16. Circonscriptions redécoupées ! Quelqu’un me corrigera si je me trompe, mais il me semble qu’en France, grand pays des Droits de l’Homme, on redécoupe aussi allègrement les cantons avant les élections, dans un but que j’ignore, mais certainement vertueux. Certains me diront encore qu’on ne peut absolument pas comparer une élection cantonale avec une présidentielle, et encore moins la France à la Hongrie. Evidemment, puisque nous n’avons pas les mêmes valeurs, nous sommes tellement mieux qu’eux !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter