Interrogée par Le Point Pop, Julie Gayet, compagne officielle de l’ancien président de la République et, pour l’heure, présidente du jury du Festival de Gérardmer (Festival international du film fantastique), l’a affirmé : « L’épouvante, c’est pas trop la tasse de thé de mon compagnon. » Pas si sûr… On peut en effet se poser la question quand on apprend que François Hollande serait une nouvelle fois prêt à faire don de sa personne à la France en jouant le ramasse-miettes de la gauche. Il ne l’a pas dit mais laisse planer l’idée.

C’est aux élèves du lycée Angela-Davis de Saint-Denis (dans le 93) qu’il en a fait la confidence devant les caméras de France 3. Angela Davis, quelqu’un que les moins de 20 ans, et même de 40, ne connaissent sûrement pas. Noire américaine, la dame est une figure du militantisme des années soixante du siècle dernier, « communiste, pacifiste et féministe », égérie des Black Panthers. Notez bien, on aurait été étonné que François Hollande aille tailler une bavette avec les élèves des lycées Paul-Morand ou Jacques-Chardonne, dans le 92. Après les signatures au Leclerc de Troulala-les-Pipettes, il lui faut s’enfoncer dans la vraie vie des vraies gens et des futurs « sans-dents ».

Avec la primaire populaire, qui n’a rien d’une primaire et n’est surtout pas populaire auprès des candidats d’une gauche éparpillée façon puzzle, François Hollande dresse ce sombre constat : « Ça va pas bien. » Et « comme ça va pas bien, c’est vrai qu'on pourrait se dire “est-ce qu’une candidature de plus, ce serait très utile ?” » Il n’en est pas sûr, « Je ne sais pas, dit-il, je ne pense pas, d’ailleurs. » Néanmoins, l’idée d’être un recours chatouille gentiment son ego. « Un ancien Président peut très bien refaire de la et être candidat à l’élection présidentielle, c’est arrivé », lance la clé à mimolette. Il veut créer le désir : « Je vais prendre la parole bientôt. » Quand ça ? Vite, vite ! On attend avec impatience.

Pythie à mes heures, je pronostique une allocution post-primaire, en fin de semaine. Hollande attend de savoir qui va sortir du chapeau. Les donnent Mélenchon « non-candidat vainqueur ». Il paraît que ses électeurs se sont inscrits en masse pour faire capoter le machin.

Dans son entretien au Point Pop, Mme Gayet, coproductrice du très gore Grave, rapporte que son chéri n’a pas goûté, comme il convient, « l'éloge du cannibalisme » par Mme Ducournau. C’est pourtant bien ce qui se passe à gauche, notamment dans un Parti socialiste que François Hollande a transformé en champ de ruines avant de fourguer la France à un jeune arriviste qu’il n’avait pas vu venir.

Quant à lui qui, le 19 octobre dernier, confiait au Figaro : « À gauche, toutes les candidatures sont lilliputiennes. Elles se livrent à des batailles aussi picrocholines que microscopiques », les sondages de premier tour ne l’ont jamais donné au-dessus des 2 %, soit encore deux fois moins qu’Anne Hidalgo…

24 janvier 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 2 votes
Votre avis ?
33 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires