Avez-vous vu le film The Boondock Saints (1999) ? Vous devriez. C'est l'histoire de deux frères d'origine irlandaise, habitant à Boston, catholiques comme il se doit. Ils travaillent dans une pêcherie et habitent dans un appartement miteux. Un jour, à la messe, le curé fait un sermon qui les marque : « Nous devons tous craindre les méchants. Mais il y a quelque chose de pire, que nous devons craindre plus encore : c'est l'indifférence des bons. » À partir de cette illumination, les deux frangins décident de débarrasser la ville de ses plus sordides criminels, avec beaucoup de bonne volonté, un chapelet autour du cou et en récitant des prières.

Je n'incite personne à la violence, et il est impossible de se faire sous nos latitudes. Toutefois, oui, le curé des Boondock Saints a raison : pire que la mauvaiseté des méchants, il y a l'indifférence des bons. La violoniste Julie Berthollet, qui joua naguère au profit des migrants, a été victime, cette semaine, d'une agression sauvage dans le métro. Personne n'a bougé. Personne n'a levé la tête. Soudainement passionnés par le sudoku de 20 Minutes, les ectoplasmes de la république individualiste se sont laissés couler dans la lâcheté bienheureuse. « Il avait un couteau », indiquera sobrement, sans un mot d'excuse, l'un des témoins de la scène. Depuis, la violoniste qui aimait tant la France pense se réinstaller dans le canton de Vaud, en Suisse. Elle se dit « pas de taille » à affronter l'agressivité et la violence de Paris. On la comprend.

Ce jeudi 30 juin, c'était l'heure du verdict pour Bamdad Amin, jugé à Évry pour deux viols et une agression sexuelle. La cour l'a reconnu coupable de tous les chefs d'accusation et condamné à six ans de prison, dont deux ferme, avec aménagement de peine. En d'autres termes, Bamdad Amin ne mettra pas un pied en prison. L'une de ses victimes a témoigné à la sortie du tribunal, encore sous le choc. Le motif d'une telle clémence ? Le coupable est père d'une petite fille et la cour ne souhaite pas briser la vie d'un enfant. Qu'un prédateur brise la vie de trois jeunes femmes, va, mais qu'on le sépare de sa fille, ce serait monstrueux... Comprenne qui pourra. Quand ce brave homme reviendra devant la Justice - parce qu'il y reviendra -, il sera trop tard pour pavoiser. Il aura détruit plusieurs autres corps et plusieurs autres vies. C'est comme ça.

Les Juifs d' centrale, à l'époque où ils ne se faisaient pas frapper ou insulter dans les rues de la banlieue parisienne où ils passaient profiter des joies de la Ville Lumière, avaient un proverbe : « Heureux comme Dieu en France. » Dieu est-il toujours heureux en France ? La France est-elle toujours, objectivement, belle aux yeux de Dieu ? Telle n'est pas la question de cet article. Ce proverbe devrait en tout cas être légèrement amendé : ce sont les agresseurs qui sont heureux en France, et les victimes qui prennent en pleine figure leur impunité totale, comme un crachat supplémentaire après ce qu'elles ont vécu. Pas étonnant qu'on glorifie les victimes dans un monde qui ne châtie pas les coupables et ne récompense pas les héros. Il faudra nous interroger collectivement, un jour, sur l'ambivalente figure du migrant isolé, véritable pharmakon des temps modernes, à la fois mal pour le peuple et remède pour les bobos, victime selon les médias mais bourreau dans l'ordre des faits.

En attendant, toute notre sympathie à ces personnes que le système ne protège plus, ne protégera jamais plus. Elles sont sorties du champ de vision de la « Justice » et de la morale commune. Tant pis pour l'idée que nous nous faisons de notre pays.

6394 vues

30 juin 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

32 commentaires

  1. Merci pour ces infos déjà relayées par Pascal Praud .
    Honte aux lâches et sympathie aux femmes agressées …

  2. Elle a eu ce qu’elle a cherché en étant pro migrant .
    C’est ces personnes qui veulent la fin de nos pays civilisés

  3. Voilà où mène la compassion des gens venus d’ailleurs ou de nulle part ? quand va t-on comprendre que ces individus ont un mode de vie différent de nos us et coutumes , ils vivent comme dans elur pays de rapine, de vol, de viol, et hélas de crimes et changent au gré des paroles édictées des « marabouts » ou « parrains mafieux » .

  4. Mon premier réflexe aurait été de me tourner vers l’agresseur, même muni d’un couteau, car sans prendre trop de risques on peut détourner son attention et stopper l’agression à distance. Cependant, maintenant, ayant appris qu’elle avait joué pour les migrants, je me demande pourquoi elle n’a pas continué de jouer pendant son agression, histoire d’adoucir les moeurs.

  5. Pauvre Julie Berthollet. Elle n’a été victime que de la violence ordinaire qui nous menace tous et qui a bien été illustrée par les événements du stade de France. Elle a eu beaucoup de chance : elle a gardé son violon et la chute qu’elle a subi ne l’a pas rendue incapable de jouer du violon. Elle s’imaginait qu’on pouvait encore prendre le métro à Paris en plein jour et porter quelques bijoux de pacotille! Heureuse prodige dans un pays qui n’a plus rien de prodigieux et qu’elle va quitter.

  6. Elle a joué pour les migrants, personne ne l’a obligée, nombreux sont celles et ceux qui les ont hébergés, protégé, défendu et qu’ensuite sont tombés sous leurs coups ou ont été violées comme cette jeune fille, d’autres y ont même laissé la tête mais rien n’y fait, la tête continue dans le sable.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter