Ils sont moins d’un millier en France. Essentiellement ruraux, ils approvisionnent les pompiers, les infirmières, les agriculteurs, les retraités isolés, les commerciaux en déplacement sur les petites routes de campagne… mais sauvent aussi les urbains égarés, dont le voyant sur le tableau de bord, dangereusement allumé, ne laisse pas le temps de rejoindre une grande surface. Ce sont les petites stations-service traditionnelles. D’aucuns viennent aussi s’approvisionner chez eux par soutien, comme l’on vient acheter son pain - mais aussi sa bouteille de gaz ou un peu d’épicerie -, même s’il est plus cher, chez le boulanger du village : pour ne pas assister à la disparition de l'un de ces commerces qui faisaient la sociabilité de notre France des campagnes, quand on ne l'appelait pas encore périphérique. Si rien ne change, ce pompiste sera le rémouleur et le maréchal-ferrand de demain : un métier de carte postale.

Ils étaient déjà en soins palliatifs, la crise en Ukraine risque bien de river le dernier clou du cercueil.

Jean Castex a annoncé, le 11 mars 2022, la mise en place pour tous les Français d’une remise carburant à la pompe de 15 centimes par litre HT. Sauf que ceux qui en profitent sont les stations-service qui vident en un jour ce que les très petites stations vident en un mois. Tant que les cuves sont pleines, elles ne peuvent pas profiter de cette remise. C’est double peine : déjà ordinairement peu compétitives avec les grandes surfaces, elles doivent continuer à vendre très cher une essence non remisée durant de longues semaines, au risque de dégoûter les plus fidèles de leurs clients.

Au point qu’en Haute-Loire, un pompiste de Saint-Paulien a décidé, il y a quelques jours, d’arrêter tout là et de baisser le rideau. Il a, du reste, été invité à en débattre - houleusement - chez Cyril Hanouna avec le ministre délégué aux Transports sur le plateau de « Touche pas à mon poste ! »

Une avance sur trésorerie de 3.000 € a été ouverte pour les gérants de stations traditionnelles, propriétaires de leur fonds de commerce distribuant moins de 500 hectolitres mensuels (et de 6.000 € pour celles se situant entre 500 et 1.000 hectolitres). Mais cette avance reste remboursable…

Pour Jacques Vaysse, garagiste à Salles-Curan (Aveyron) et président de la branche carburants de la FNA (Fédération nationale de l’automobile, porte-parole des artisans de l’automobile depuis 1921, qui compte actuellement 95 % de TPE), il faudrait que l’État s’engage sur une aide complémentaire non remboursable de 3.000 €. Il confie à Boulevard Voltaire ses inquiétudes : le problème est que cette période de transition ministérielle et les incertitudes qu’elle génère ne sont pas favorables aux prises de décision. Il appelle au secours les médias, leur demande de tirer la sonnette d'alarme, car il en va de la survie de tous les petits qui maillent le pays. Si l'on voulait renforcer un peu plus la diagonale du vide, on ne s'y prendrait pas mieux !

4496 vues

15 mai 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

21 commentaires

  1. Depuis des décennies, quand l’état a un besoin criant d’argent , il augmente les taxes sur le carburant (ou/et les cigarettes) Résultat plus de 80 % de ce que vous payez est fait de taxes, voir de taxes sur les taxes TVA sur TIPP. Seulement maintenant cela devient insupportable. Ceux qui peuvent renoncent à utiliser leur voiture, mais il y a ceux qui ne peuvent pas : les taxis, les ambulanciers, etc …. Et comme l’état est incapable de gérer son budget , ce n’est pas demain que ça changera.

  2. Au quotidien, la disparition des Stations services rejoint le cortège de tous les commerces ou administrations fermés ,créant un problème pour les habitants qui sont obligés de faire des kilomètres en plus, pour tout simplement leurs besoins quotidien .Avec le prix des carburants qui a explosé ,cela plonge encore un peu plus beaucoup de nos compatriotes dans des difficultés .Vu la semaine dernière, une jeune Femme ne mettre que 15 euros d’essence dans le réservoir de sa voiture .

  3. La disparition des Stations Services a démarré depuis longtemps .La décision prise par des politiques aux ordres des lobbys de la grande distribution ,a tué une profession ou bien souvent un couple travaillé ensemble .Ces dix dernières années sont désastreuses, pour qui comme moi circule à moto sur le réseau secondaire .Plus de Stations mais des points essence qui fonctionne avec l’infernale carte « bleu » .Une volonté de saccage de la FRANCE réalisé par tous les traitres qui officient à la tête.

  4. A tous les bobos écolos qui ont conduit à la réélection du président haï par près de 70% des Français, je souhaite une bonne forme physique quand ils devront aller se ravitailler à la campagne pour se nourrir, le jour très prochain où les commerces des grandes villes n’offriront que des étals vides de tout produit naturel.

  5. Paris le nombril de la France en a rien a foutre des campagnes et de ses habitants et encore moins de leurs petits commerces qu’ils disparaissent ce sont des gueux continuez a aduler la Macronie

  6. Ceci est à placer sur fond d’idéologie davosienne de disparition de la classe moyenne et des entreprises indépendantes. L’Etat, a,lié aux grandes puissances d’argent, sera lui-même le fossoyeur des petites entreprises. D’ailleurs, que fait-il depuis deux ans, à part les rendre dépendantes de ses subsides?

  7. Mais cette avance reste remboursable… C’est comme le crédit d impôts qui avant était une déduction fiscale qui était déduite directement de vos impôts. Avant vous faisiez un don à une œuvre reconnue d utilité publique et vous aviez une déduction fiscale. Aujourd’hui pour ce même don les impôts vous rembourse un crédit d impôt que vous devrez rembourser aux impôts si vous renouveler pas votre don.

  8. Imparable pour faire disparaitre la France périphérique rapidement…Il fallait déjà faire entre 50 et 100 km pour voir un médecin, maintenant c’est la double peine…Qui pourra s’offrir un plein d’essence pour se faire soigner ? Surement pas les petits retraités, et les smicards, rejetés loin des grandes villes…Le rouleau compresseur de l’Etat profond contre la France profonde est en marche…

  9. Oui mais tout cela ne date pas d’hier et n’est pas seulement valable pour les pompistes. Et il y a un hic, de taille, c’est que les veaux français, des larves même, ont réélu haut la main celui par lequel le malheur arrive !

  10. C’est la continuité de l’entreprise de démolition macronienne. C’est une forme de cancer qui répand ses métastases partout. La France ne s’en sortira passe de si tôt.

  11. Ce n’est que la partie émergée du problème. L’Europe dans le cadre de son suicide à décidé de casser le marché auto et tout ce qui va avec au nom d’une imposture climatique démontrée.
    Pour Bruxelles et Paris ces gens là ne comptent pas….ils auront quelques miettes en attendant qu’ils disparaissent…
    Mais les gens ont voté pour….
    La grande cause du quinquennat est l »euthanasie….et bien allons y….

  12. 2 € le litre de gasoil (avec une baisse de 15 cts), plus cher que l’essence ! Je me dis que ce gouvernement n’a honte de rien! Calcul simple un smicard qui a un diesel qui ne consomme que 5 litres/100 . Si celui ci travaille a 50 km de son domicile, 100 km aller retour (pas si rare en campagne), et bien ce monsieur va dépenser 10 € par jour pour aller travailler, soit 230 euros par mois (15% d’un smic) ! Fais ton calcul camarade,demande un licenciement en rupture conventionnelle et vite !

    1. A noter que le prix du baril n’est pas i différent de ce qu’il était en 2017. Mais la taxe carbone a été multipliée par 7…

  13. Tous cocus mais tous contents , de l’automobiliste et autres ruraux aux pompistes, car ils ont écarté la diablesse. Je danse avec eux , mais je ne pleurerais pas avec eux. Je les regarderais croupir dans le marigot qu’ils ont fait de la France. Mieux vaut vivre seul que mal accompagné, surtout dans la province où la nature suffit, à ses loisirs et à sa subsistance.

  14. Et avec l’interdiction administrative des véhicules à moteur thermique en 2035, les stations service vont toutes disparaître et la filière automobile sera démantelée. Les Français auront juste perdu la liberté de voyager. Une paille ! Merci les écolos, les gauchistes et les naïfs !

    1. Ecolos-gauchistes-naîfs, tout est dit, le résultat est chaque jour de plus en plus visible, d’autant que les naïfs ont été le fer de lance de Macron.
      Avec tous ces handicaps, je doute qu’un jour la France puisse sortir du déclin !

  15. « La diagonale du vide », quelle belle expression qui résume la désertification tous azimuts de cette France que d’aucuns appellent « profonde » !
    Aucune leçon n’est tirée de cette monoculture (dans tous les sens du terme) qui déclasse un peut plus chaque jour notre pays…

  16. La province ce gouvernement s’en fout totalement ! Les campagnes ne sont pas dans la Start UP nation , si chère à Macron 1er . Les ruraux d’ailleurs ne » Veautent » pas bien , ils plébiscitent MLP au dam de nos pseudos élites. Alors pensez donc le petit pompiste du coin qui fait plus du service que du E commerce ,ça n’intéresse pas nos énarques . Amis de province les élections arrivent , que les  » bouseux » ( je vis dans un petit village ) fassent entendre leur voix zen votant MLP ou EZ .

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter