Quand on décrète que les pauvres n’ont qu’à suivre le mouvement de numérisation de la vie sociale, on les laisse dehors pour la plupart. Et là, de deux choses l’une : ou l’on met une partie de la population au service de l’autre en permanence pour remplir ses papiers, mais vu le degré d’égoïsme général, ce n’est pas gagné, ou l’on finit par voir débarquer les pauvres en colère à la préfecture et là, pour le gouvernement, ce n’est pas gagné non plus.

4 novembre 2017

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

À lire aussi

Des vœux très aériens…

Les vœux aériens de Christian Combaz, ou Campagnol vu du ciel. Imprimer ou envoyer cet art…