L’affaire Alexandre Benalla qui éclabousse l’Élysée ne cesse de prendre de l’ampleur d’heure en heure.

Interrogée par Boulevard , la députée Emmanuelle Ménard rappelle la nécessité d’obtenir des explications du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb devant l’Assemblée nationale et déplore le discrédit jeté sur la .

La polémique enfle autour de l’affaire Benalla. Peut-on parler d’un Élysée gate ?

Oui, il s’agit bien d’un scandale d’État. À juste titre, tout prend depuis hier une ampleur considérable. La majorité s’indigne dans l’hémicycle concernant l’opposition sur le thème : « Les masques tombent ».
Ils ont raison, les masques tombent, sauf que les masques qui tombent aujourd’hui, ce sont ceux du pouvoir. Et ce n’est pas en l’honneur de la majorité.

Il y a une demande forte des députés d’une explication de Gérard Collomb. Avez-vous des nouvelles de la place Beauvau ?

Nous n’avons aucune réponse pour l’instant. Gérard Collomb s’est exprimé hier devant le Sénat dans le cadre des questions au gouvernement et il a accepté d’être auditionné par la commission des lois du Sénat.
À l’Assemblée, nous n’avons pas eu cet honneur. Il refuse toujours de venir s’expliquer.
Or, nous en avons fait une condition à la reprise de nos travaux. Nous sommes en train d’étudier actuellement la réforme de la . Il nous semble impossible de reprendre des travaux de cette importance en toute sérénité avant d’avoir pu entendre les explications de M. Collomb. Il semble de surcroît que ce dernier aurait menti au Sénat sur la date à laquelle il a été mis au courant de cette affaire.

Cette affaire qui arrive après d’autres affaires récentes acte-t-elle la fin de la irréprochable d’ ?

La prochaine fois qu’il utilisera cette expression, il sera la risée de tous. Les masques sont tombés. Il est assez difficile d’imaginer qu’il ait fallu 48 heures à Monsieur Macron pour limoger le général de Villiers, un homme dont la droiture et l’intégrité ne peuvent être remise en question un seul instant, et deux mois et demi pour envisager de licencier un barbouze. Il n’y a pas d’autre mot pour le qualifier, mais il a l’avantage, aux yeux de M . Macron, d’être son ami.
C’est l’illustration pour M. Macron que son nouveau monde, dont il nous a tant vanté les mérites, n’a rien de nouveau, ou alors ce n’est rien de plus que du copinage.
C’est dommage, car cela va jeter le discrédit sur la politique aux yeux des Français, qui, pour beaucoup d’entre eux, avaient mis beaucoup d’espoir dans cette nouvelle façon, tant vantée, de faire de la politique.
Ce n’est finalement que de la poudre aux yeux, ou pour reprendre une expression chère à M. Macron, de la poudre de perlimpinpin.

20 juillet 2018

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.