Pas un jour sans qu’on ne parle d’eux au cours de ces dernières semaines. Ils sont partout, sur tous les fronts – même les plus inattendus. Leurs actions prennent une ampleur démesurée, à tel point qu’on leur a trouvé un nom : l’« ». Les Verts sont mécontents, inquiets pour la planète, et ils entendent bien porter haut et fort leurs revendications. Ainsi, en moins d’un an, entre le 1er janvier et le 30 octobre 2022, pas moins de 104 actions ont été recensées sur l’ensemble du territoire : blocages d’autoroutes, dégradations d’œuvres d’art, déchaînement contre les forces de l’ordre (61 gendarmes blessés à Sainte-Soline, dont 22 sérieusement)… L’imagination de ces militants ne semble pas connaître de limites, et la violence qui s’ensuit non plus.

Incontestablement, les moyens employés par ces activistes sont indéfendables ; ils sont toutefois révélateurs. Révélateurs, une nouvelle fois, de cette fracture béante qui divise la France, qui la déchiquète. Révélateurs de cette défiance unanime envers le gouvernement à tel point que, singeant les Français abandonnés à une insécurité hors de contrôle, ces écologistes prétendent se faire justice eux-mêmes pour contrer une politique qui leur semble mener la planète à sa perte. Pour tous, le gouvernement fantoche qui se trouve à la tête du pays est incapable de gérer une crise quelconque et les citoyens décident de régler le problème par leurs propres moyens.

Alors ils agissent, tous azimuts, pour faire entendre leur voix. « Si nous avions fait une pétition, vous ne nous auriez pas invités sur votre plateau », se défendent-ils lorsqu’ils sont invités par les chaînes info. Effectivement, on ne compte plus les unes de journaux à leur sujet et le temps de parole qui leur est alloué sur les plateaux télé. Interrogés, ils se justifient avec des mots grandiloquents : ils sont « éco-anxieux », mettent en place une « désobéissance civile », sont la « génération climat »… En réalité, ces explications « capillotractées » pour justifier des actions peu cohérentes manifestent la vraie nature de ces militants : ils ne sont pas la « génération climat » qu’ils revendiquent, mais seulement une génération déboussolée, en mal de sens. Bien loin d’être animés par la sottise, ces activistes sont au contraire en quête d’idéal. Comme le relève Le Figaro (9/11/2022), ils sont « étudiants, doctorants, enseignants », « leur niveau d’éducation est généralement élevé ». Ce qui leur manque, ce sont les réponses. C’est un but, un sens. Un aboutissement que la France fracturée est incapable de leur donner, alors ils ripostent. Pierre de Villiers le soulignait sur BFM TV, ce mercredi 9 novembre : « Il faut leur parler au cœur, aux tripes, pas simplement à l’intelligence. On parle trop processus, gain d’activité, rationalisation, quand eux veulent de la raison d’être, du sens, de l’engagement. »

Ces actions manifestent le désespoir d’une génération qui a perdu sa raison de vivre, et à cette violence irraisonnée, la réponse du Président est conforme à ce qu'on peut attendre du professionnel du « en même temps » en répondant laconiquement que la cause est « bonne et juste » mais que rien ne peut « justifier une violence à l’égard d’autrui ».

Combien de policiers blessés, de familles traumatisées, d’agriculteurs vandalisés faudra-t-il pour que les Français méritent qu’on les considère ? Combien de fois laissera-t-on le patrimoine français se faire attaquer, avant de condamner fermement, et pas seulement avec des mots, un activisme irresponsable ? Visiblement, ces écolos ont encore de beaux jours devant eux pour mener à bien leur « bonne et juste cause ».

2938 vues

9 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

23 commentaires

  1. A lire: Parfum d’Adam (de JC Rufin l’ancien diplomate) sur le fanatisme des écologistes jusqu’à éliminer les êtres humains pour  » sauver la planète  » notamment les pauvres comme inutiles et pollueurs.

  2. Cela se justifie par les trop nombreuses mauvaises décisions prises par nos dirigents :Alsthom…les traités de libre échange en notre défaveur ,la politique à l’Est de l’OTAN etc… .qui voudrait soutenir actuellement la construction de l’aéroport de ND des landes ?

  3. Nous avons les conséquences de la mauvaise -ou absente) éducation des enfants. Si on veut s’en sortir, 1 seule solution :
    – au travail (en apprentissage) dès 14ans (sous l’autorité d’un patron et non de l’EN)
    – la paye en fonction des résultats obtenus.
    – Retour de la famille unie sous l’autorité d’un chef de famille (seul et unique)
    – correction (voire fessée) s’il y a lieu en cas de mauvaise action.
    Bref, tout le contraire de ce que les Rockfeller essaient depuis 50ans de nous imposer.

  4. Vous voulez détruire ces éco terroristes? C’est extrêmement facile : découvrez qui les finance et leur intérêt.
    Sincèrement, il n’y a pas tellement de mystère, on voit que les pétrolières y gagnent tellement qu’elles ne peuvent être étrangères à tout ça, mais on manque de preuves. Même si chacun sait que la fondation Rockefeller (capitaux de Exxon mobil) est un grand « bienfaiteur » des éco terroristes comme Greenpeace par exemple.

  5. Ces gens sont des nihilistes, ils portent en eux leur propre destruction qu’ils veulent imposer aux autres par la violence bien entendu. Ils peuvent arrêter les voitures sur le périphérique ou balancer des boulons sur les gendarmes mobiles, leurs gestes sont dérisoires et démontrent leur misère morale et intellectuelle même s’ils sont hyperdiplômés. Qu’ils aillent donc perturber la circulation à Pékin, défendre les terres et l’eau des paysans chinois, qu’ils occupent les terres des grands propriétaires brésiliens.Ils sont comme tous ces contestataires femens, féministes activistes et autres; il est facile d’emm….les français mais tous ces zozos bien nourris, grands consommateurs d’ordinateurs et de terres rares sont bien incapables d’aller se battre et d’affronter ceux qu’ils dénoncent bien tranquillement dans une France ramollie et fatiguée.

  6. J’aime beaucoup l’expression « capillotractée »! Cela étant, c’est vrai que l’élucubration verbale nuit souvent aux actionnistes, et à l’écoute de leurs revendications…. L’école de la NUPES n’arrangera rien!

  7. Ce sont d’abord des enfants gâtés qui s’ennuient. Si ils devaient s’interroger pour savoir si ils auront à manger demain, ils auraient des occupations plus terre à terre. Déjà en 68 c’étaient les enfants de la bourgeoisie qui s’amusaient à foutre la merde. Personnellement, je travaillais 48 h par semaine avec un salaire qui me permettait seulement de me nourrir, je n’avais pas de temps pour manifester. Mais, comme en 68, certains tirent profit de ces imbéciles utiles, dont certains feront une belle carrière de parasites politiques et administratifs. Il serait souhaitable que la justice les condamne, comme celui qui a giflé Macron, à l’interdiction d’exercer une fonction ou un emploi public de façon définitive.

  8. Ces activistes semblent inconscients d’être la proie de manipulateurs aguerris, qui ont créé de toutes pièces leur « éco-anxiété ». Je veux parler de ces gouvernants, financiers, milliardaires « philantropes » qui ont mis en place le GIEC ou propulsé Greta en première ligne pour terroriser les esprits faibles. Dans quel but ? Par exemple détruire la filière nucléaire civile pour justifier des éoliennes inutiles mais si rentables pour ceux qui les vendent…

    1. Bonne réponse. Dans une société mafieuse, il faut rechercher la seule motivation des acteurs : le fric.

  9. « Il faut leur parler au cœur, aux tripes, pas simplement à l’intelligence. » Et oui ! Inutile d ‘explorer ce domaine de leur personnalité, l’intelligence. Ils ne raisonnent pas, ils agissent en cromagnons. C’est même leur faire honneur en les comparant à ces chercheurs qui ont su découvrir le feu. Ces écolos de salon savent-ils seulement différencier le seigle du blé, le fumier animal des résidus des bassins de décantations ? Y-a-t-il un seul agriculteur dans leurs rangs ? Quant à leur courage : incapables de se baisser pour ramasser un déchet croisé. Ils l’ignorent. Ils ne savent développer que leurs bas instincts.

  10. Ce qui est insensé c’est que des gens soient contre des réserves d’eau , dit bassines, à remplir quant il y a trop de précipitations alors que ce surplus part dans la mer qui n’en a pas vraiment besoin, tôt ou tard elle y retournera après bon services ayant aidé à nourrir les être humains du pays. A savoir que le gouvernement aide leur construction à hauteur de 70%, il est logique que toute la population ayant participé en soit bénéficiaire proportionnellement pour ceux qui en ont besoin. Il est vrais que le gouvernement et certaines localités Françaises donnent des moyens pour faire venir des immigrés, dont les profits pour le pays sont toujours à découvrir, mais la gestion de l’eau, vital, dans un pays, même dans l’antiquité, est bien plus essentiel que de recevoir confortablement des gens d’un pays où ils sont malheureux que nous sommes pas toujours capable de leur donner une dignité humaine.

  11. Pour des étudiants, doctorants, enseignants ! Niveau d’éducation élevée ! Mais ils sont surtout incapables d’avoir l’esprit critique , on ne leur a pas enseigné ! Le sens de leur vie c’est le néant , ils ont trouvé une nouvelle religion l’écologie !
    Il suffit., ne serait-ce que d’entrer dans une Église et être touchés par la beauté et se poser les bonnes questions sur la quête du sens ! Est-ce aussi, pour cela, que de nombreux jeunes se réfugient chez les musulmans qui leur ouvrent grands les bras !
    Je suggère que ces militants qui collent leurs mains sur les oeuvres d’art, de prendre exemple du directeur de Porsche en les laissant toute une nuit sans lumière et sans chauffage ! Prenons les au jeu !

    La comédie s’arrête quand il n’y a plus de public !

    1. Globalement d’accord avec vous également, avec qqs nuances. Ces jeunes, a priori « instruits », donnent un sens à leur vie car ils ont trouvé une nouvelle religion, l’écologie !
      C’Est sans doute aussi pour cela (ce besoin de sens) que de nombreux jeunes se réfugient chez les musulmans qui leur ouvrent grands les bras !
      Cela devrait interpeller les chrétiens de ce pays : Il ne suffit pas (même si c’est utile) d’inviter à entrer dans nos Églises pour y être touchés par la beauté et se poser les bonnes questions sur la quête du sens ! Il nous faut annoncer explicitement le Christ à nos contemporains, par nos paroles et par nos actes. Mission impossible si on ne travaille pas sa proximité avec lui (par l’oraison). Je suis le premier à savoir que c’est difficile de s’y tenir… Bon courage.

  12. Ces activistes gaulés comme des crevettes décongelées ne s’autoriseraient pas de telles actions s’il y avait une réponse sérieuse en face. Aujourd’hui, si vous êtes issus de la diversité, écologistes ou à vélo, vous avez le droit de tout dire et de tout faire.

  13. Très chère Marie-Camille vous faites un amalgame destructeur en parlant « en même temps » des black-blocks qui sont venus « casser du CRS » à Sainte Soline et les « fêlés » qui se collent à des tableaux § …
    Je serai curieux de savoir ce que vous pensez des « GJ historiques » et ces black blocs qui s’invitent pour « tout péter » … Vous participez à cet imbroglio qui dilue les problèmes de fond sur une éventuelle légitimité à vouloir poser sur la table un vrai débat sur le respect de la Nature et y « intégrer » ces casseurs sans aucune légitimité.
    L’insécurité qui s’en suit depuis bien longtemps dans ces mouvements de contestations prouvent tant par la manière que les « dirigeants » y répondent ( répression forte sur les manifestants et la relative bienveillante envers les black blocs ) que dans l’explosion des revendications qu’il y a un « problème de gestion de la vie démocratique » et la prise de conscience des enjeux pour le futur …

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter