Economie - Editoriaux - Politique - 25 octobre 2018

Deux mesures qui vont jeter un froid sur l’emploi dans les régions !

Le projet de loi de finances 2019 contient deux mesures « cachées » qui risquent de mettre en péril toute la filière du transport frigorifique et de la logistique frigorifique ! Rien que cela !

C’est le message que fait passer Jean-Eudes Tesson, président de « la chaîne logistique du froid », association regroupant les professionnels du transport sous température dirigée : Transfrigoroute France, l’UNTF et l’USNEF.

Le projet de loi de finances 2019 prévoit, en effet, la suppression du taux réduit sur la TICPE (la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques) et sur le gazole non routier (le GNR). Or, chaque professionnel du transport sous température dirigée sait qu’il faut alimenter en permanence le moyen de transport en énergie, que ce soit un conteneur ou une semi-remorque frigorifique, quand le tracteur est à l’arrêt. Cette énergie est fournie par des groupes frigorifiques fonctionnant au GNR. Il n’est pourtant pas difficile de comprendre, même pour un député LREM, que si on débranche son réfrigérateur, les denrées périssables qu’il contient seront vite perdues ! La profession estime que cette suppression des taux réduits entraînera une augmentation des taxes de 350 % ! Augmentation qui sera, naturellement, répercutée sur le prix des prestations, donc finalement sur le prix du yaourt ou de l’esquimau Gervais, si cela existe encore.

Au surplus, il est envisagé, au nom de la protection de l’environnement, de mettre en place une « taxe additionnelle » sur les fluides frigorigènes HFC (hydrofluorocarbone) pour inciter les entreprises à accélérer le remplacement de ces fluides dangereux !

Or, la logistique et le transport sont des secteurs d’activité très porteurs en termes d’emplois et d’investissements et il y a un cruel manque de main-d’œuvre. Pour 2018, 109.805 embauches sont prévues par l’Observatoire prospectif des métiers et des qualifications dans les transports et la logistique (OPTL). Et il s’agit essentiellement d’emplois régionaux susceptibles de redynamiser les territoires. Malheureusement, un emploi sur deux ne peut être pourvu, faute de candidats.

Cette « péripétie » illustre bien, si besoin en était encore, l’incroyable incompétence des « gens qui nous gouvernent » et la mainmise totale des fonctionnaires de Bercy sur le pouvoir. Ces fonctionnaires sont des experts pour aller « gratter le fric » partout où c’est possible et se fichent « comme de l’an quarante » des conséquences pratiques de leurs décisions.

À lire aussi

Ah les p’tites femmes de Paris !

Nous, les bouseux de province, on a l’habitude de juger un maire à l’aune de ses résultats…