Les Brésiliens votaient, le 3 octobre, pour élire le président de la République, les députés, un tiers des 81 sénateurs et les gouverneurs de 27 États. Depuis des semaines, les sondages prédisaient une victoire écrasante à Luiz Inácio Lula da Silva : selon l’institut de Datafolha cité par Le Figaro, Lula était donné vainqueur dès le premier tour par 50 % contre 35-36 % des voix à Jair Bolsonaro. Un autre les donnait respectivement à 52 % et 34 %.

Hélas pour la gauche du monde entier, le duel entre Lula, figure de l’extrême gauche brésilienne, ancien président de la République de 2002 à 2010 et grand favori de cette élection, opposé à Jair Bolsonaro, l’ex-capitaine de l’ brésilienne élu en 2018 avec 55 % des voix, ne s’est pas exactement déroulé comme prévu. Plutôt qu’un écart de 15 points, seuls 5 % des électeurs départagent les deux candidats : 57 millions de voix, soit 48,4 %, pour Luiz Inácio Lula da Silva, contre 43,20 % et 51 millions de voix (2 millions de plus qu’en 2018) pour Jair Bolsonaro. Le second tour, qui aura lieu le 30 octobre, sera donc serré.

Première réflexion, le bolsonarisme s’est ancré dans une partie de la population. Le cœur de son électorat - les classes urbaines désireuses de sécurité, les entrepreneurs dans le domaine agricole et les évangéliques - s’est mobilisé et le président sortant peut aujourd’hui revendiquer un certain nombre de députés, de sénateurs, de gouverneurs d’États. Ainsi Ricardo Calles, ministre de l’Environnement du gouvernement sortant est élu, de même que Claudio Castro, élu gouverneur dès le premier tour à Rio de Janeiro (France 24).

Il semble donc que l’élection du futur président se jouera grâce à l’apport décisif des petits partis, qui semblaient écrasés par le duel de titans, très polarisé, qui s’est déroulé dimanche dernier. Ainsi, explique à France 24 Bruna Santos, du Brazil Institute au Wilson Center de Washington, « c'est le bolsonarisme qui a gagné ce premier tour. […] Nous aurons un second tour dans un environnement extrêmement polarisé et les électeurs de Simone Tebet (centre droit, 4 % des voix) et Ciro Gomes (centre gauche, 3 %), près de 8 millions de personnes, vont décider qui sera le prochain président. »

Qu’a-t-il manqué à Lula pour l’emporter dès le premier tour, ce qui semblait possible ?

Sont-ce ses prises de position en faveur de la dépénalisation de l’avortement, dans un pays où il est fortement retreint et où les évangéliques sont en croissance exponentielle (près d’un tiers de la population dans le - pourtant – plus grand pays catholique du monde) ?

Est-ce son âge, 76 ans ? Sont-ce les soupçons de corruption qui restent attachés à son parti et à ses deux mandats et dont il a reconnu l’existence en août 2022, en déclarant à contrecœur : « On ne peut pas dire qu’il n’y a pas eu de corruption si les personnes [l’]ont reconnu [...] J'ai maintenant l'occasion pour la première fois de parler ouvertement avec le peuple, en direct [...], la corruption n'apparaît que quand vous permettez qu'on enquête dessus » (cité par Le Figaro) ?

Est-ce tout simplement son programme, notamment en matière de sécurité, qui est un élément fondamental du vote des Brésiliens ? Selon le média Globo, la prévention est le maître mot de la stratégie luliste et de son parti, le Parti des travailleurs (PT) : « Le protocole de publique devrait être guidé par la qualification de l’action policière et donner la priorité à "la prévention, l’enquête et le traitement des crimes et des violences contre les femmes, les noirs et la population LGBTQIA+". » Tandis que, sur le front de la lutte contre la drogue, véritable fléau au Brésil, le candidat du Parti des travailleurs propose d’élaborer une nouvelle politique contre les crimes organisés et les trafics de drogue, basée sur la prévention et sur le démantèlement des réseaux, en donnant davantage de moyens aux services de renseignement.

Est-ce sa vision très étatiste et très interventionniste de la politique économique, dans un pays où 9,9 millions d'habitants sont au chômage, où l’inflation atteint 12 % et où 33 millions de Brésiliens ne mangent pas à leur faim ? Pourtant, lui qui promet de la viande pour tout le monde aurait dû bénéficier des faveurs des classes défavorisées. Proposer, aujourd’hui, les recettes des années 2000 - on lui avait alors attribué un miracle économique dû en grande partie au boom économique de l’Amérique du Sud - convient-il encore en période de crise économique et sociale profonde ?

Est-ce, encore, l’anti-américanisme structurel de la gauche brésilienne et du PT, celui-là même qui a soutenu Jean-Luc Mélenchon aux dernières élections, et qui lui a fait aborder une attitude dissonante à l’égard du conflit russo-ukrainien ? Aujourd’hui et jusqu’au 30 octobre, les jeux sont ouverts. Chacun des deux camps peut espérer l’emporter. Mais le vainqueur affrontera un contexte social, économique et sécuritaire explosif.

5362 vues

3 octobre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

15 commentaires

  1. Apparemment, et contrairement à Biden, les bidouillages informatiques post-électoraux n’ont pas fonctionné. Le 2me tour sera à surveiller minutieusement de ce coté-là.

  2. Sur France-Info: d’un côté le camps de travailleurs: Lula ; de l’autre de l’extrême droite: Bolsonaro . Honte à France inter qui se prétend radio d’Etat alors qu’ Il n’est pas possible d’être aussi partisan

  3. Rien d’étonnant comment porter du crédit à un candidat qui a été condamné pour abus de biens sociaux , on s’étonne encore qu’il soit sur le devant de la scène , mais bon les brésiliens n’ont pas le même sens de l’éthique que partout, quoique son rival ne vaut guère mieux dans le registre « intégrité »

  4. Les brésiliens se sont peut-être souvenu des descentes de police dans les favélas pour descendre les bandes rivales du narco-trafiquant président Lula.

  5. En ce matin du 04 octobre, j’ai entendu sur la radio d’Etat Français « France-Info » dont le slogan est « L’info juste ! » (sic), le résumé suivant en ce qui concerne le score de Bolsonaro et Lula : «  Score serré entre le parti d’extrême droite de Bolsonaro et celui du parti des travailleurs… »
    D’un côté le parti des méchants, de l’autre le camp des travailleurs » ! France Info a une excuse, ils reprennent ce que dit l’AFP…

    1. « France Info a une excuse, ils reprennent ce que dit l’AFP… » Si leur travail consiste à recopier, qu’ils soient payés comme copistes!

  6. J’espère pour ce peuple que ce pourri de Lula sera évincé et que ceux qui l’ont sorti de prison en seront pour leurs frais. Ces pauvres gens n’ont rien a attendre de cet homme qui porte la haine sur sa figure.

  7. Ne vendons aucune peau d’ours comme le font nos médias et voyons ce qui sortira des urnes dont la régularité est surveillée de près, notamment par les USA. Nos journaux ne sont pas lus au Brésil .

    1. Pas sûr que ce soit la « régularité » du scrutin qui soit « surveillée de près » par les USA, bien au contraire. Quand on se rappelle les fraudes massives qui ont permis l’élection de Sleepy Joe, à la place des Brésiliens, je me ferais du souci …

    1. Lula qui a enthousiasmé les brésiliens en 2002, y compris les expatriés réfugiés politique à la suite du coup d’Etat militaire fomenté par la CIA en1964 et figé le Brésil durant vingt années, pour ensuite les décevoir profondément par ses agissements. .Disons que, presque comme la Russie (mais avec moins d’ethnies et confessions), le Brésil est un très vaste pays difficile à gérer sans une poigne de fer et un substrat vertueux pour masquer les enrichissements personnels des copains et les petites magouilles..

  8. Les Brésiliens ont eu l’outrecuidance de ne pas voter selon les injonctions des médias français.
    Ils sont perdus..Peut être pas s’ils nous font une « mélonite ».

  9. Lula reviendra-t-il pour anéantir ce qu’a reconstruit. Bolsonaro ? Les gauchistes magouilleurs sont des plaies, quel que soit le pays.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter