Jeudi 23 novembre, dans une rue de Dublin, en Irlande, un homme a poignardé, sans la moindre raison, un groupe de femmes et d'enfants, faisant cinq blessés. C'est d'ailleurs un jeune héros français qui l'a maîtrisé, un petit Gaulois de 17 ans. Après Henri à Annecy, ça va devenir une spécialité française, de sauver les innocents. Soyons-en fiers.

L'auteur de cette attaque sanglante ? The Irish Times parlait, jeudi soir, d'une personne naturalisée irlandaise et vivant dans le pays depuis vingt ans. Ce vendredi soir, Newsweek indique que le suspect serait un Algérien et qu'il est actuellement interrogé par la police.

En réaction, des manifestations spontanées ont éclaté à Dublin et tourné à l'émeute. Des voitures et même un centre d'hébergement de clandestins ont été brûlés. L'Irlande silencieuse a crié « Les migrants dehors ! » Comme l'a souligné Sébastien Ferjou, les manifestants ou émeutiers ont immédiatement été catalogués : « des hooligans ». En revanche, rien sur l'identité de l'agresseur...

Pourquoi, ce jour-là précisément, Dublin s'est-elle enflammée ? La réponse serait peut-être à chercher du côté d'un certain ras-le-bol, non ? La civilisation moderne est une invitation à la déprime et à l'anesthésie. Elle nous rend, si nous n'y prenons pas garde, tristes, hargneux, dégoûtés, bouillonnants d'impuissance et écrasés par le politiquement correct. Beaucoup de « braves gens » pourraient s'approprier le monologue de Tyler Durden dans Fight Club. La révolte des « petits » est imprévisible.

Leur Premier ministre a réagi à ces émeutes dans la presse irlandaise : il ressent de la « honte ».

Quoi qu'il en soit, il est peut-être en train de se passer quelque chose. Ainsi, Connor McGregor, le champion de MMA, a manifesté sa sympathie et son soutien à ses compatriotes. Il est même allé au-delà, sur X, puisqu'il trouve cela normal qu'on en ait assez de se faire tuer par des tordus qui n'ont de toute façon rien à faire là. Il considère que le juste châtiment pour l'auteur de l'attaque serait « la torture et la mort ». On lui laisse la responsabilité de ses propos. Et de conclure, en référence à la façon dont la police juge les manifestants (« des hooligans d'extrême droite ») : « Appelez ça comme vous voulez. Peu nous importe. Que Dieu nous bénisse tous. »

La même semaine, nous avons perdu le jeune Thomas, seize ans. Personne n'a rien brûlé. Nous sommes bien élevés. Ou peut-être, comme une lame de fond, la silencieuse colère des Français de souche commence-t-elle à monter des profondeurs d'un peuple méprisé, moqué, racketté, poignardé, et qui en a vraiment ras le bol.

8873 vues

24 novembre 2023 à 19:32

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

46 commentaires

  1. Bravo à ce valeureux jeune français et bravo aux Irlandais : eux au-moins sont réveillés ! Et honte à ce (pleutre ?) Premier ministre irlandais…

  2. Alan, toute la France est fière de toi. La légion d’honneur serait une récompense minimum quand on voit ce que certains ont obtenu pour bien moins.
    Un président digne de ce nom t’incorporerait à la brigade des cuisines de l’Elysée.
    Tu me rend incroyablement fier aujourd’hui.

  3. La même semaine, nous avons perdu le jeune Thomas, seize ans. Personne n’a rien brûlé. Nous sommes bien élevés.
    ##
    Brûler quoi? Nos propres monuments?

  4. Je connais bien Dublin et plusieurs restaurants de la vieille ville tenus par des Bretons. Je connaissais aussi les quartiers est ou se concentrait l’immigration. Mais cette immigration venait d’Europe de l’Est, surtout Polonaise et était surtout …catholique et bien acceptée. Il semble que l’immigration récente soit surtout musulmane, d’ou le clash. Il semblerait que ces gens-là ne fréquentent pas la Maison-des-Ecrivains pour connaître Jonathan Swift, Samuel Beckett, George Bernard Shaw, James Joyce, Oscar Wilde, …..

  5. Le peuple irlandais n’a jamais eu la réputation d’être un peuple qui se laisse marcher sur les pieds sans réagir.
    Même s’il doit le payer de sa vie.
    Hier, les journalistes de gauche qui venaient faire leur sale job de désinformateurs sur les lieux de manifestation ou dégradés, se faisaient copieusement insulter en des mots plus que crus, et expulsés, par des passants irlandais de souche qui les reconnaissaient.
    Deux pays l’Irlande et la France, deux réactions différentes, mais un même ras-le-bol partagé, l’immigration.
    Aux Pays-Bas ça bouge pas mal aussi.

  6. Regardez les reportages relatant la tentative d’invasion par des  » migrants  » à Ceuta, pour passer en Espagne depuis le Maroc: UNIQUEMENT des hommes, entre 20 et 40 ans, pas une SEULE femme, ni enfants !! C’est une armée, et nous allons avoir droit à la guerre, malheureusement ! Honte à nos dirigeants, traitres à la nation et à notre histoire.

Les commentaires sont fermés.