Ce jeudi, à 13 h, un agent administratif de la préfecture de de a tué quatre collègues policiers dans l’enceinte de la préfecture de police. Il a lui-même été abattu.

Le reporter de Boulevard Voltaire s’est rendu sur place et a recueilli les premières explications de Jean-Marc Bailleul, secrétaire général des cadres de la intérieure.

Un drame s’est déroulé cet après-midi aux alentours de 13 heures dans l’enceinte de la préfecture de police. Au moment où je vous parle, il y a confirmation de 5 personnes décédées, dont celui qui a procédé à l’attaque au couteau. C’est extrêmement choquant. Les collègues ne se remettent pas de cet événement tragique.
Les circonstances laissent pour l’instant supputer que l’auteur présumé qui est décédé a commencé les faits dans son bureau avant de se rendre dans d’autres endroits de la préfecture. Il a fait quatre victimes dont nous ne connaissons pas exactement les affectations.
À ce stade, le mobile n’est pas connu. A-t-il pété un plomb ou est-ce pour une autre raison ? Il est encore trop tôt pour le dire.


Quel est le profil de l’assaillant ?

C’est un collègue administratif qui a plus de vingt ans de maison au sein de la préfecture de police.
Sa dernière affectation était la DRPP, la direction du renseignement. Il ne posait aucun problème.
Ce sont les seuls éléments dont je dispose à cet instant.


Pouvez-vous revenir sur les faits dans le détail ?

Pour l’instant, rien ne permet de dire quelles sont les raisons qui l’ont poussé à agir ainsi au sein de la préfecture de police. Je connais juste les éléments qui nous permettent de dire où il a commencé les faits et qu’il s’agit d’une attaque au couteau.

3 octobre 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.