Le 13 octobre dernier, Dominique Bernard était assassiné à Arras lors d'un dramatique attentat. Une tragédie qui, comme cela arrive parfois, aura eu le mérite de faire émerger un héros. Après Arnaud Beltrame ou encore Henri d'Anselme, c'est Christian, agent d'entretien au lycée Gambetta, qui a eu le courage de chercher à s'interposer entre l'assaillant et ses potentielles victimes. Muni d'une chaise, l'homme s'est élancé vers le terroriste afin d'essayer d'empêcher d'autres drames. « Je suis redescendu, j’ai vu l’assaillant qui était encore avec le prof, j’ai pris une chaise, sans réfléchir, je suis sorti, et je suis allé au contact de l’assaillant en croyant qu’il n’avait qu’un couteau », explique-t-il ainsi au micro de BFM TV.

Un magnifique acte de bravoure, que Christian considère comme naturel : « Beaucoup de personne m'ont dit "tu as fait une belle action, une bonne action", mais non. Pour moi, non. J'ai fait mon devoir de Français qui a fait son possible pour éloigner l'agresseur. » Des paroles poignantes, qui fleurent bon un patriotisme devenu si rare aujourd'hui.

Tous n'ont pas été émus de la même manière par ce saisissant discours du « héros d'Arras ». À commencer par les journalistes eux-mêmes, qui ont reformulé en des termes plus acceptables cette déclaration bien patriote. « Selon lui, il a juste fait son devoir de citoyen », explique, monotone, la voix off de BFM TV.

Citoyen, Français... la différence est-elle si importante ? Il se trouve, en effet, que chaque terme bien précis a été choisi par les deux parties, et le sens n'est en réalité pas le même. Si le citoyen est un statut relatif à la République, le Français renvoie à quelque chose de bien plus profond. Non plus à une institution mais bien à un pays. Ce n'est plus quelque chose d'extérieur, qui change au fil des régimes, mais bien quelque chose d'intérieur, de vécu. Être citoyen est un droit, être français est une attache. Cette attache a trait au cœur, et c'est bien le cœur qui a guidé Christian, lorsqu'il a mis sa collègue enceinte en sécurité, lorsqu'il s'est jeté dans l'arène pour maîtriser l'assaillant. C'est en Français qu'il a témoigné auprès de BFM TV après avoir accompli son acte. Différence notable, soit dit en passant, le Français a bien plus le sens du devoir que de ses droits, et c'est en homme de devoir que Christian a agi. Son droit, c'était de rester en sécurité. S'il avait été un citoyen lambda, Christian aurait exercé ses droits.

Pour BFM TV, comme pour bien d'autres, la différence semble mince, voire inexistante, entre ces deux notions. Et pourtant, cette bravoure rend honneur à la France éternelle, et non à la République qui peine toujours davantage à protéger ses citoyens.

7483 vues

19 octobre 2023 à 17:06

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

27 commentaires

  1. Et pour lui , pas de légion d’honneur ? Pas de câlin, devant les caméras de la presse internationale, par l’agent de McKinsey ? Que le « monde » manque de gratitude et de reconnaissance !

  2. Voir des gens qui veulent faire leur devoir de citoyen français c’est plutôt rassurant, enfin ce doit être de dangereux activistes d’extrême droite sans doute.

  3. Des républiques, il y en a de toutes sortes (il y a même eu une république islamique !) alors que la France, il n’y en a qu’une !

  4. Christian et Dominique nous montrent le chemin de l’espérance, si bien définie par Bernanos comme « le désespoir surmonté », et admirablement énoncée hier aux obsèques de Dominique. Des français dont on est fier !

  5. Il a fait son rôle d’humain, défendant un autre humain.
    Un rôle où ni la race, ni la culture, ni la religion , ni l’origine jouent un rôle, mais l’Amour de l’Autre.
    Félicitations à cet homme.

    1. « L’amour de l’autre » Quand on risque sa peau face à un terroriste armé ça n’est pas pour l’amour de l’autre, c’est défendre ce que l’on est, un français et donc la France.

    2. et les racines (de l’éducation ) chrétiennes de l’Europe, n’y sont pour rien ? Même Mélenchon vous fait des discours anti-cléricaux appelants à plus de charité … chrétienne

  6. C’est lamentable de la part de BMTV, inexcusable et même condamnable. Comme on aimerait que le président Macron fasse aussi son devoir de Français plutôt que de nous expliquer que c’est normal, en démocratie, d’être victime de terroristes et d’en mourir.

  7. Bien résumé cette analyse, la « bien pensance » à encore et encore frappé pour nous annihiler mentalement, faut prendre les informations d’où qu’elles viennent, avec des pincettes et les recouper avec celles des RARES médias qui ne sont pas « aux ordres ».

  8. honneur et respect à Christian qui nous dit avoir fait son devoir de citoyen français , n’en déplaise à ces journaliste gauchiste !

  9. Il nous viens à l’esprit bien trop rapidement que ces assassins auteurs de barbaries sans nom méritent la penne de mort qui heureusement dans un pays morale comme le notre n’existe pas et c’est bien ainsi car pour ces djihadistes mourir sous les coups d’infidèles c’est monté directement au paradis rejoint le grands nombre de vierges sauf si c’est une femme qui est l’exécutoire. Alors laissez les donc surtout en vie avec le châtiment qu’ils méritent le bagne d’une dureté sans nom jusqu’à leur fin de vie comme celle qu’ils ont infligés a leur victimes.

  10. BFM a son audience en baisse, ce qui n’a rien d’étonnant. Et au lieu de se poser des questions sur leur ligne éditoriale, ils changent les équipes par des clones

  11. Au risque de me répéter je suis un citoyen français qui vit sous un régime républicain. Mes aïeux étaient des français qui ont vécu sous la royauté , sous l’empire . Ce ne sont pas les régimes qui font la France ce sont ses frontières, son sol, sa langue, son patrimoine culturel et les hommes et femmes qui s’en revendiquent.

Les commentaires sont fermés.