Le triomphe de Trofim Lyssenko, dans la Russie de Staline, vint du fait qu’il déclara la génétique “bourgeoise”, “réactionnaire” et “ennemie du peuple”. Et nia finalement carrément son existence. En fait, la biologie était – et reste – l’ennemie du socialisme, qui entreprit en différents endroits – URSS, , Cambodge… – de “faire un homme nouveau” au mépris de ses lois les plus élémentaires.

Nous subissons, aujourd’hui en , une ultime tentative.

Apres la génétique, c’est le qui, à son tour, est contesté, car considéré comme l’invention bourgeoise et réactionnaire du patriarcat triomphant.

Dans les écoles, on commencera à la rentrée les séances de formation de l’humain à une sexualité libérée des “stéréotypes de genre”. Mais derrière cette revendication d’interchangeabilité des sexes se cache, en réalité, un désir d’inversion des rôles et une politique de revanche punitive à l’endroit du sexe masculin.

Ainsi, le “projet de loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes” déposé le 21 mars 2018 peut se lire comme le décalque inversé des conseils naguère donnés aux filles.

En 1958, Marcel Amont chantait, dans une chanson qui eut son heure de gloire, “N’allez pas, Julie, vous rouler dans l’herbe/ Quand monsieur l’abbé déjeune au château […] Les yeux baissés/ Les genoux serrés/ Faites de la dentelle/ Faites de l’aquarelle…” Aujourd’hui, c’est aux garçons qu’on voudrait imposer ce code de bonne conduite. Les genoux serrés, certes non mentionnés dans le projet mais préconisés dans les transports pour éviter un mal terrible venu d’outre-Atlantique : le “manspreading”. Les yeux baissés car les « regards insistants » y étaient décrits comme une forme de “harcèlement de rue“. De même les “sifflements“. Si, jadis, on interdisait aux filles de siffler, c’est aux hommes, désormais, qu’on l’interdit. Le long sifflement d’admiration modulé est donc confondu, dans l’imaginaire paranoïaque du extrémiste ambiant, avec le coup de sifflet du contremaître appelant les ouvriers au turbin.

C’est la vieille virilité bravache du “Gaulois” qu’on assassine, et toute cette tradition reflétée par nos chansons où on courtisait les belles, comme la Madelon dont “dans l’ombre on frôlait le jupon”. Après un XVIIIe siècle volontiers libertin, il y eut, même dans ce XIXesiècle réputé puritain, une tolérance, voire une fascination pour les jeux de séduction de la rue de la part de poètes, de peintres, d’intellectuels. Auguste Comte, Vincent van Gogh ou -Lautrec aimèrent et, pour les deux premiers, épousèrent descelles qu’on appelait les “filles de joie”.

En réalité, la d’aujourd’hui remplace le puritanisme bourgeois d’hier par une nouvelle loi de prohibition.

Les corps des femmes sont à elles seules et « Touche pas à mon corps » a remplacé « Touche pas à mon pote ». Le délit de « sale mec » a remplacé celui de sale gueule. Et si les signes religieux ostentatoires sont encore traqués par la de grand-papa, la nouvelle , elle, lutte contre le dieu Mâle. Jadis, c’est vrai, il était parfois outrageusement vénéré, et scandaleusement excusé dans nombre de ses débordements. Mais faut-il passer d’un extrême à l’autre ?

7 août 2018

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Marine Le Pen et Samuel Étienne, comme un vieux souvenir

Je ne voudrais pas rater une occasion de faire plaisir à Samuel Étienne. Alors, je voudrai…