BFM TV l'annonce : l'extrême droite vient de forcer la à retirer de ses rayons un jeu de société antifasciste. Il fallait s'y attendre. Chaque jour, sans que nous n'y prenions garde, la poigne de fer des nazis se resserre un peu plus sur notre pays, qui fut jadis celui des droits de l'homme. On croise chaque jour, dans les transports en commun, des bandes de skinheads, se déplaçant toujours à plusieurs, reconnaissables à leur bombers et à leur façon bien particulière de parler, dans un mélange de français et d'allemand. Ils parlent fort, bousculent les usagers et ne dédaignent pas de les détrousser à l'occasion. La présence de 89 députés nationaux-socialistes au Parlement, qui siègent en chemise brune et se font remarquer par leur indiscipline et leur brutalité, aurait dû nous alerter. Mais évidemment, nous avons préféré baisser les yeux et dire non, par notre lâcheté, à l'horizon de multiculturalisme et de diversité qui pouvait s'ouvrir à nous.

Logiquement, cette mainmise de l'extrême droite s'étend sur toute la société. Je suis sûr que vous l'avez remarqué : cela crève les yeux. Les journaux relaient complaisamment la propagande fasciste. Les téléfilms et les publicités ne montrent que des couples de blonds aux yeux bleus, qui élèvent des familles nombreuses dans des paysages campagnards. On ne compte plus les spots à la gloire de la nourriture saine, les panneaux qui vantent les métiers manuels, les messages gouvernementaux qui déconseillent les écrans... Bref, c'est la dictature.

Énième preuve de la censure d'extrême droite, donc : « , le jeu » avait été mis en vente sur le site de la . Créé par La Horde, collectif « antifasciste » bien connu pour sa désignation et son harcèlement des personnes jugées d'extrême droite, ce jeu de société, qui promettait de bons moments en famille, a été réalisé par les Éditions Libertalia. Initialement utilisé, comme le précise le site des Éditions, comme outil de formation des militants, il propose aux joueurs de monter un groupe antifasciste dans lequel chaque joueur possède des « compétences particulières ». La bande de héros ainsi créée doit réagir à des événements proches du réel, détaillés (là aussi) par le site des Éditions Libertalia : « Une bande néonazie s'implante dans la région, votre ville tombe aux mains de l'extrême droite... » Quant aux « moyens militants » que possède chaque joueur, on n'en saura pas davantage pour le moment, même si le député RN Grégoire de Fournas, exclu pour son « Qu'ils retournent en Afrique », propose malicieusement quelques pistes sur Twitter: « Case 1 : "je bloque une fac" ; case 2 : "je tabasse un militant de droite" ; case 3 : "j’attaque un meeting du RN" ; case 4 : "je lance un cocktail Molotov sur les CRS". » Après tout, pourquoi pas.

Après les plaintes de syndicats de policiers, jointes à celles du RN, la a finalement décidé de retirer ce jeu de la vente. Censure fasciste, évidemment, disent les antifas. L'Action antifasciste Paris-Banlieue demande d'ailleurs une sorte de contrepartie, pourrait-on dire : le retrait du Grand Remplacement, de Renaud Camus, qui a été cité comme source d'inspiration du tueur de Christchurch. Toujours cette manie, chez les gauchistes, de faire brûler les livres.

Bref, on comprend que la France est en train de devenir, pour les antifas comme pour BFM TV, alliés objectifs en la circonstance, un État répressif qui terrorise les gentils gauchistes. Oubliées, les manifs dans lesquelles les Black Blocs saccagent tout, les occupations illégales, les passages à tabac, le harcèlement médiatique, l'appel au meurtre des policiers. Tout ça fait un excellent jeu de plateau, et puis voilà. Imaginez une seconde qu'« Antifa, le jeu » se soit appelé « Fa, le jeu ». Dans un collectif fasciste (expression censée servir à désigner uniquement l'expérience mussolinienne, comme l'ignorent ces imbéciles de gauchistes), chaque militant posséderait des compétences particulières. Il s'agirait de combattre les opposants pour pouvoir (si on fait un double 6 au dernier tour de jeu) marcher sur Rome. On se demande combien de temps tiendrait une telle tentative. Mais bon, BFM TV en conviendra avec moi, la gauche, c'est quand même pas pareil.

5562 vues

28 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

29 commentaires

  1. Il s’agit d’une erreur,cela revient à faire de la pub pour ce jeu,l’extrême gauche et ses casseurs en tout genre n’a pas attendu ce jeu pour s’en prendre aux forces de l’ordre, et aux honnêtes citoyens !

  2.  » Dans un collectif fasciste (expression censée servir à désigner uniquement l’expérience mussolinienne, comme l’ignorent ces imbéciles de gauchistes), » Rappelons que l’idéologie mussolinienne se résumait en une phrase : « Tout avec l’Etat, rien sans l’Etat, rien contre l’Etat ». Et il faut reconnaître qu’à l’évidence son principal adepte moderne se nomme Emmanuel Macron.

  3. Il faut, en réponse, créer ce jeu : « Antifas, comment les mettre hors d’état de nuire » (j’ai quelques idées de questions et de stratégie), et on verra lequel se vendra le plus !

  4. Cette sinistre affaire mise sur la place publique n’a qu’un seul effet : faire la promotion de ces petits bourgeois qui veulent détruire notre société par la violence.
    Beaucoup de vagues qui doivent satisfaire nos zélites qui utilisent les antifas comme épouvantails, voir comme supplétifs…

  5. Après Martine à la plage et Martine à la ferme, on pourrait écrire Martine retourne en Afrique…

    1. S’il s’agit de la Maire de Lille; pas la peine ! Une balade récente dans la Capitale des Flandres m’a permis de constater qu’elle y était déjà :) !

  6. Pas que BFM, c’est toute la presse qui a fait un copié-collé.
    Un syndicat policier dénonce la mise en vente par la Fnac d’un jeu “antifa”, la Fnac “comprend” et cesse la vente (MàJ : Toute la presse reprend les mêmes éléments de langage et accuse à tort “l’extrême-droite”)

    Article FDS.

  7. Boycott de la Fnac…cette enseigne injurie plus de 4 français sur 10 tout en continuant à être complice dans l’œuvre de destruction de la France . Que fait encore la Fnac dans notre paysage français ? Que cette entreprise fasse ses valises avant qu’il ne soit trop tard

    1. Ne pas oublier le premier prix du concours photo qui récompensait un homme (antifa ?) se « torchant » avec le drapeau tricolore… Ah, il y a des idées à la FNAC !

  8. Pour reprendre l’expression de Jean Messsiha, lors de sa chronique sur CNEWs, sur sa réflexion de la réaction négative des partis islamo-gauchistes et des médias (grassement subventionnés), sur le retrait de ce jeu « Antifa », que diraient ils, si un jeu, pour la « remigration, se nommait « Le jeu des milles bornes » ?

  9. Quel parti, sinon LFI, coche aujourd’hui presque toute les cases ou désirs du fascisme ? Culte d’un chef charismatique, volonté de parti unique, censure et agressions du tous les opposants…

    1. Excellente analyse… hélas… mais même en cochant toutes les cases le bruit qu’ils font occulte la vérité !

  10. Non, le DANGER n’est pas là où certains le voudraient. En revanche, il est bel et bien du côté des GAUCHISTES. Ce jeu est en effet un appel à la haine, à la violence, à l’ensauvagement et à la barbarie, phénomènes malheureusement déjà bien en marche dans notre pays. C’est TERRIFIANT, on est vraiment dans le tourbillon de la folie et de la décadence. Il y a du travail sur la planche pour les syndicats de Police et pour le RN afin que ce jeu disparaisse définitivement des rayons de tous les commerces car la FNAC n’est sûrement pas la seule.

    1. Malheureusement, il a été vendu par milliers d’exemplaires. Et sert à entraîner les  » jeunes » aux émeutes et à préparer une prise du pouvoir violente. Les bisounours devraient réfléchir !

  11. La technique de l’extrême gauche est la multiplication des médias.
    Le problème, c’est que malgré d’étrangement gros moyens financiers, leurs productions sont toujours affligeantes de nullité.
    Le wokisme, actuellement en soins palliatifs sur son lit de mort, a été une expérience très coûteuse pour ceux qui y ont cru.
    Le gauchisme n’est pas « bankable ».

  12. ce « jeu » est évidemment les prémices à une guerre civile.
    Imaginez un quart de seconde un jeu similare inventé par les horribles fascistes d’extrême droite mis sur le marché à la fnac.
    Toute la clique de la bien pensance se serait levée en masse pour hurler et dénoncer le retour aux « heures les plus sombres de notre histoire »
    Là rien de tout cela, la fnac continuait tranquillement son petit commerce sans que cela ne dérange un responsable de la direction de cette entreprise, au moins pour les cadeaux de Noël je sais déjà où ne pas les acheter.
    Et les médias de s’offusquer qu’il y aient des citoyens responsables pour demander l’interdiction de la vente de ce ramassis délirant du terrorisme de l’extrême gauche.

    1. Mais, les LFI et consorts continueraient-ils à fêter Noël pour lancer de nouveaux jeux sur le marché ? Quelle honte, fêter Noël ! Ah oui ! C’est une bonne occasion pour répandre son venin, er diffuser son idéologie.

  13. Les plus dangereux ne se trouvent pas à l’extrême droite , au RN ou chez Zemmour mais bien parmi ces gauchos et ces écolos ..Ce qui est bien avec toutes les conneries qu’ils cumulent c’est qu’ils perdent bon nombre d’adhérents , plutôt bon signe et de quoi se réjouir .

  14. Un véritable scandale. On savait que la FNAC était déjà bien estampillée AAA pur Macron appellation contrôlée mais la c’est le top. On voit déjà le joli boîtier déposé au pied de l’arbre de Noël au sommet duquel on aura accrochée l’étoile rouge. L’enfant des 5 ans inscrit aux jeunesses communistes. Quel beau pays !

    1. Bof, si ce jeu n’avait pas été retiré du marché, personne n’en aurait entendu parler.
      C’est même une publicité inespérée pour les éditeurs de cette bouse, du coup ils vont en vendre une poignée à quelques collectionneurs ou esprits taquins.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter