Editoriaux - Société - 15 avril 2019

Abbé Gilbert Lépée : « J’ai très mal vécu cette profanation »

La semaine dernière, l’église Saint-Pierre de Montluçon (Allier) a été profanée. Réaction du curé de la paroisse au micro de Boulevard Voltaire.


Au cours de la journée du mardi 9 avril, l’église Saint Pierre de Montluçon, dont vous êtes le curé, a été profanée. Le tabernacle a été forcé et le ciboire contenant des hosties consacrées a été emporté.
Que ressentez-vous ?
Peut-on imaginer que cet acte soit quelque chose de plus grave qu’une simple dégradation ?

C’est extrêmement difficile de gérer cette situation. C’est la première fois que cela m’arrive. Je fais partie de la communauté de l’Emmanuel et l’adoration du Saint Sacrement est au centre de ma vie. Cela fait partie des choses qui sont pour moi hyper importantes. J’ai très mal vécu cet événement. J’ai presque des crises de larmes lorsque je me retrouve seul. Pendant la messe de réparation, j’avais beaucoup de peine à parler. J’étais tellement ému que ça s’est vu. Jésus étant présent dans chacune des hosties, c’est pour moi dramatique.


Certains parlent de climat anti-chrétien.
Pensez-vous que cet acte en soit un symptôme ?

On ne sait pas qui est entré. Certains ont vu des jeunes entrer en fin d’après-midi. On ne sait pas si c’est un acte anti-chrétien ou si c’est simplement pour s’amuser. Dans la presse, on parle de plus de 1000 actes de ce type en France.


Selon le site christianophobie, cela correspond à deux dégradations d’église par jour.

C’est certainement une réaction épidermique. On réagit comme cela de manière violente parce qu’on n’est pas content de certains actes. Il n’y a pas besoin de faire de dessin, mais moi aussi je suis assez choqué par l’attitude de certains prêtres. Est-ce une raison suffisante pour réagir de manière violente ? C’est incompréhensible!


Une récente initiative intitulée ‘’ protège ton église’’ a vue le jour. Elle consiste à rassembler des jeunes pour effectuer des rondes hebdomadaires autour d’édifices chrétiens.
Pensez-vous que cette réponse soit efficace ?

Les textes sont très très forts, surtout au moment de la semaine sainte. Jésus a toujours été persécuté. Il ne plaisait pas à tout le monde. C’est la raison pour laquelle il a été supprimé.
À la fin de la messe, je disais à mes paroissiens que de ce malheur, le Seigneur en tirera un bien. J’attends de mes paroissiens qu’ils deviennent des adorateurs. Comme dirait Guy Gilbert, le monde va changer. C’est possible dans certains lieux, mais je ne sais pas si l’auto-surveillance est une bonne idée. Des organismes sont là et la police fait son boulot. Ils font ce qu’ils peuvent. Ce qui compte le plus, c’est de se mettre à genoux.