Audio - Editoriaux - Entretiens - 21 septembre 2018

Karim Ouchikh : « Médine a compris que les Français étaient massivement opposés à ce concert sacrilège »

Le rappeur Médine ne se produira pas au Bataclan, son concert sera déplacé au Zénith.

Karim Ouchikh, qui s’était engagé pour interdire ce concert, se réjouit de l’issue de cette mobilisation d’envergure, pour « la mémoire des victimes » du Bataclan.

Le concert du rappeur Médine a été déplacé au Zénith.
Quelle est votre réaction ?

Je suis très heureux de cette annulation. D’autant plus heureux de l’avoir appris avec mes autres partenaires présents aujourd’hui à Paris. Nous organisions une conférence de presse annonçant la mobilisation des Français pour nous opposer au concert de Médine.
Au milieu de notre conférence de presse qui s’est tenue à 15h, Patrick Jardin, le père d’une des victimes tuées lors de l’attentat du Bataclan, reçoit sur son téléphone portable une dépêche de l’AFP confirmée par la suite par différents médias. Elle indique que Médine a fait le choix de renoncer à son concert le 19 octobre pour le reporter au mois de février. La conférence de presse a été immédiatement interrompue. Nous étions tous stupéfaits et heureux de la nouvelle. C’est une victoire, une victoire de la pression populaire que nous avons concentrée avec notre rassemblement, et de notre volonté commune de nous opposer à cette manifestation sacrilège de Médine au Bataclan. C’est toute cette force qui a très certainement dû conduire l’intéressé et les pouvoirs publics à abandonner cette idée. Je suis très heureux. Je ressens un sentiment de fierté d’avoir participé avec d’autres à ce combat.

Médine a publié un message via son compte de réseaux sociaux. Il a déploré que certains groupes d’extrême droite aient prévu d’organiser des manifestations et accusent celles-ci de manipuler la douleur des victimes.

C’est classique. Cet homme est un mauvais joueur. Il ne reconnaît pas avoir été contraint d’annuler son concert pour des raisons morales et de dignités. Il a compris tardivement que les Français étaient massivement opposés à ce concert sacrilège qu’il allait organiser dans le sang des victimes du totalitarisme islamique.
Pour faire bonne figure, il met sur le dos de pseudo-groupes d’extrême droite et de tentatives de manipulation de l’opinion publique la nécessité pour lui de déplacer le concert. Chacun a bien compris la réalité. Personne n’est dupe. Médine a compris tardivement qu’il avait commis une erreur monumentale en organisant ce concert dans ce lieu sacré et qu’il allait commettre un sacrilège.
Il l’a entendu, car les Français, quelle que soit leur sensibilité politique, quelles que soient leurs opinions politiques, philosophiques ou confessionnelles, étaient vent debout contre cette opération. Il l’a compris tardivement avec le producteur et l’organisateur. Le mal est fait, mais Dieu merci pour les victimes, pour la mémoire des victimes et aussi pour la mémoire de la France, ce concert a été annulé. L’identité de la France qui comporte une certaine décence commune était en cause. La raison l’a emporté. Toutes autres raisons qu’il peut invoquer sont de mauvais prétextes.

Était-ce le lieu ou le rappeur en lui-même qui vous dérange ?

L’artiste, même si par ailleurs je lui conteste la qualité d’artiste, chante des chansons que je n’apprécie pas spécialement. Mais c’est son droit de se produire, d’avoir un public, de pouvoir vendre les disques qui sont les siens.
Jamais le partisan acharné de la liberté d’expression, une liberté absolue, que je suis, ne lui contesterais le droit de se produire en France. Partout en France, dans quelque salle que ce soit, mais pas au Bataclan. Il peut se produire demain, après demain, 10, 15, 1000 fois. Grand bien lui fasse, mais pas dans cette salle-là !

Commentaires fermés sur Karim Ouchikh : « Médine a compris que les Français étaient massivement opposés à ce concert sacrilège »

À lire aussi

« La politique migratoire de l’Union européenne ne fait qu’entretenir un appel d’air permanent »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleAlors que le président de la République reçoit…