Jean-Frédéric Poisson : « C’est une bêtise et une folie de vouloir gommer la réalité nationale »

Jean-Frédéric Poisson revient sur les propos d’Emmanuel Macron au Danemark sur les « Gaulois réfractaires aux changements » et fait un point sur les enjeux et rapports de force à l’occasion des prochaines élections européennes.

En visite au Danemark, Emmanuel Macron a eu un mot malheureux. Il a qualifié les Français de « Gaulois réfractaires au changement ». Que répondriez-vous à Emmanuel Macron ?

Les Français sont Gaulois et bien d’autre chose. Ils sont Français. Ils étaient Gaulois naguère, ou jadis, plutôt. Au-delà de cette inexactitude historique, cette intervention d’Emmanuel Macron montre, une fois de plus, le caractère despotique de sa manière d’exercer et d’envisager l’exercice du pouvoir. C’est un vieux réflexe de tyran que de considérer que, lorsque le peuple ne va pas, il faut le changer et que si les choses ne se passent pas comme le pouvoir le veut, c’est forcément la faute du peuple. Il y a à la fois de l’irresponsabilité et du mépris. C’est très exactement le contraire de ce qu’on attend d’un chef d’État. C’est très inquiétant, mais c’est parfaitement dans la ligne de ce à quoi le Président Macron nous a habitués depuis un peu plus d’un an.

En plus de cette phrase vis-à-vis des Français, il a également félicité les Danois d’être davantage un peuple européen que le peuple danois. C’est une vision de l’Europe assez fédéraliste de la part du président de la République.

Ce n’est pas une vision, c’est une ânerie. Les peuples sont d’abord ce qu’ils sont. Ils se trouvent que, par ailleurs, ils sont situés sur un continent qui s’appelle l’Europe. D’une certaine manière, ils sont européens secondairement. Ils sont d’abord les héritiers de leur culture et de leur tradition. Les cultures et traditions scandinaves ne sont pas les cultures et traditions méridionales. Elles diffèrent autant l’une de l’autre qu’il est possible de le faire.
C’est une bêtise. Cette espèce de folie consiste à vouloir absolument gommer le fait national et la réalité nationale comme on veut gommer le fait religieux et la réalité religieuse des sociétés. Le XXe siècle a considéré que les nations étaient coupables de tous les maux que nous avons connus entre 1900 et 2000. Ce siècle démarre, lui, sur les mêmes fous furieux qui considèrent que les religions sont responsables de tous les maux des sociétés. Il y a là une volonté d’éradication, d’annihilation de la communauté nationale, comme communauté naturelle indispensable aux yeux des chrétiens sociaux dont je suis et d’un certain nombre de personnes attachées à la nation comme communauté. Non pas comme une idée ou une puissance, mais d’abord comme communauté naturelle. Nous sommes dans cette espèce de rêve complètement fou qui est en train de mettre les peuples européens à genoux d’une Europe qui pourrait se substituer sans encombre à l’ensemble des communautés nationales.

Toute l’Europe ne croit pas à cette voie-là. Un combat semble s’organiser entre Matteo Salvini et Victor Orbán, d’un côté, et Emmanuel Macron, de l’autre. S’agit-il de la nouvelle fracture en Europe ?

Probablement, mais ce n’est pas le seul clivage, car il y a un troisième front qui existe. C’est un front anticapitaliste, mais gaucher, très étatique, opposé et combattant à l’égard du libéralisme sinon des libertés économiques. Celui-là n’est pas à négliger. Ce qui se profile est la confrontation, à l’occasion des prochaines élections européennes, de plusieurs visions de l’Europe. Il y a, en effet, celle respectueuse du fait national, qui aime l’Europe des peuples, qui n’aime pas l’Europe des technostructures. C’est, d’ailleurs, la position du Parti chrétien-démocrate, de la mienne et des Amoureux de la France.
Ce sera aussi, comme le disait le porte-parole du gouvernement il y a quelques semaines, la confrontation des anciens et des modernes. Il croit encore que la modernité, c’est le fédéralisme. Je crois, pour ma part, au contraire, que la modernité, c’est le fait de rompre avec les technocraties bruxelloises et se rapprocher de l’Europe des peuples. Je crois en les peuples, je ne crois pas en la technocratie.
Il y a aura, en France en tout cas, une troisième confrontation. Les élections européennes seront une élection du combat de ceux qui soutiennent Emmanuel Macron et de ceux qui ne le soutiennent pas.
Il y aura un mélange des trois. C’est ce qui rendra ce scrutin passionnant et difficile. Le tout est de savoir lequel de ces trois facteurs l’emportera sur les autres en termes de dynamique et de tonalité de campagne. Après l’été meurtrier que vient de passer le président de la République, sa cote de popularité qui descend en chute libre dans l’opinion et la crise de confiance maintenant plus que réelle aux yeux des Français rendront les choses très intéressantes dans les mois qui viennent.

Cher lecteur,
Chaque jour, nous travaillons d'arrache-pied pour donner de l'information alternative gratuite et de qualité à plus d'un million et demi de personnes.
Ce travail n'existe que grâce à la générosité de citoyens qui ont à cœur de lutter contre
les mensonges du politiquement correct et de rétablir la liberté d'expression en France.
Si vous acceptez d'aider Boulevard Voltaire dans cette mission salutaire pour notre pays, s'il vous plaît cliquez sur le bouton ci-dessous :


D'avance, un grand merci !
L'équipe de Boulevard Voltaire

À lire aussi

Jean-Frédéric Poisson : « Le Président a compris qu’il y avait un très grand risque à signer lui-même le Pacte de Marrakech »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleRéaction de Jean-Frédéric Poisson à la signatu…