Editoriaux - Politique - Supplément - 21 janvier 2018

Notre-Dame-des-Landes : le bon sens a gagné

Notre-Dame-des-Landes est une zone humide où bien des obstinations se sont envasées, et la raison y a souvent sombré. Un mauvais projet devenu anachronique : à l’origine, il y a cinquante ans, on voulait y accueillir le Concorde et on nous disait qu’il était indispensable au développement du Grand Ouest. Aujourd’hui, le Concorde a disparu et la région n’a pas attendu pour se développer tout aussi bien. Les motivations de l’époque n’existent plus et ce projet est devenu complètement anachronique.

D’ailleurs, quand un projet ne s’est pas réalisé au bout de vingt ans, c’est qu’il y a un loup et que c’est un mauvais projet avec du plomb dans l’aile.

Motifs de l’abandon

On nous dit que le gouvernement n’a abandonné ce projet que pour éviter l’affrontement avec les zadistes, devant lesquels il aurait plié. Il n’en est rien : il a abandonné ce projet uniquement pour des raisons techniques soulignées par le dernier rapport des experts. Parce que ce projet était mauvais et utopique, et pour nulle autre raison. C’est uniquement le bon sens et la raison qui ont gagné, et non pas les zadistes qui, d’ailleurs, vont s’en aller d’eux-mêmes, sans heurts, puisque leurs revendications n’ont plus de carburant.

Un référendum ?

On nous a toujours dit que Notre-Dame-des-Landes serait « l’aéroport du Grand Ouest ». Donc, si on voulait faire une consultation populaire, il fallait consulter TOUTES les populations du Grand Ouest : Bretagne, Pays de Loire, Vendée… Les dés ont été complètement pipés, et ça sentait la magouille à plein nez de n’avoir consulté que les habitants de Nantes et environs immédiats.

Agrandissement de Nantes Atlantique ?

La piste fait 2.900 mètres, à très peu de choses près la même longueur que celle de Bordeaux ou de Nice, qui donnent toute satisfaction. Un Boeing 737 atterrit en 1.650 m, un 747 en 2.100 m, etc. Ce n’est donc pas une nécessité d’allonger cette piste.
Juste, peut-être, ajouter une ou deux salles supplémentaires à l’aérogare actuelle.

Une décision courageuse

Cela fait trente ans que ce projet était devenu obsolète, anachronique et indésirable.
Le gouvernement actuel a donc eu le courage et la raison d’y mettre un terme, ce que tous les gouvernements précédents n’avaient pas eu le cran de faire, alors que s’ils ne mettaient pas ce projet à exécution, c’est qu’ils savaient très bien qu’il était mauvais.

Nuisances pour les riverains ?

Aucune raison que le trafic de Nantes augmente beaucoup, puisqu’une partie de ce trafic va être absorbé par Rennes, qui va être agrandi à cet effet. Ajoutons, à cela, que le bruit des avions a considérablement diminué ces dernières années et que l’avion à décollage et atterrissage électriques se profile à un proche horizon. Donc, qu’on se rassure et qu’on arrête de dire tout et n’importe quoi pour des raisons politiques ou bassement électoralistes.

Commentaires fermés sur Notre-Dame-des-Landes : le bon sens a gagné

À lire aussi

Les migrants, ces esclaves modernes…

Depuis la nuit des temps, l'esclavage a toujours consisté à déraciner par la force et la c…