Cher contre Marine Le Pen : ça disjoncte velu à Hollywood…

Journaliste, écrivain
 

Chère Cher, on aime beaucoup ce que vous fîtes, ce que vous fûtes, et si vous avez vendu plus de cent millions de disques en quelques décennies de carrière, ce n’est sûrement pas par hasard. Mais, comment dire, on vous sent plus convaincante à l’oral qu’à l’écrit.

Et même à l’écrit, on préférait les paroles de « I Got You Babe » que de lire ce récent tweet : « Tout le monde ! Si le parti nazi négateur de l’Holocauste et Marine Le Pan [Le Pan, in english in the texte, NDLR] devient présidente… Nous serons tellement baisés. Vous dites : Ce n’est que la France ? Allez sur Google. »

Certes, allons voir sur Google, puisqu’il le faut.

Durant le Summer of Love de 1967, à San Francisco, alors qu’avec Sonny Bono, votre mari de l’époque, vous jouiez au couple libéré, vous assuriez être contre l’usage de toutes les drogues, ce qui vous a valu l’opprobre des hippies véritables. À vous lire, on se demande néanmoins si votre viatique en la matière n’aurait pas connu quelques entorses ; ou alors, c’est que, depuis, il y a des produits en circulation qui n’ont pas encore été répertoriés par le DEA (vos stups ricains)…

Si ce premier tweet pouvait laisser la place à un doute légitime, le second confirme l’impression première : « La Russie soutient la nazie maquillée pour la présidence de la France, Marine Le Pen. Leur plan, la France quitte l’Europe, vous divise et conquiert le monde pour une nouvelle URSS. » Yeah ! Rock and roll ! Fuck ta mère ! Nique your sister ! Et dans le cul, Lulu…

Il n’empêche, chère Cher, que les excuses ne vous manquent pas.

Vous avez commencé votre carrière chez le génial producteur, quoique un brin perturbé du ciboulot, Phil Spector qui, en studio, battait la mesure en tirant des coups de revolver dans les plafonds, tandis que son esprit, lui, battait la campagne ; pas électorale, on vous le concède. Ce cher Phil croupit actuellement en prison pour avoir dézingué une ancienne actrice de série Z, lors d’une partie de roulette russe ayant mal tourné.

Un peu comme vous, autre sorte de génie incompris.

Il y a encore votre mari, Sonny Bono, lui aussi égaré en politique, mais côté républicain – aile droitière, tant qu’à faire –, en tant que maire de Palm Springs, avant de se tuer, en 1998, lors d’une descente, non point d’acide, mais de ski. Un coup de Vladimir Poutineski ?

Dans la famille Addams, cherchez la fille. La vôtre, joliment baptisée du prénom de Chastity. Tel que le faisait méchamment remarquer Paris Match, en janvier 2010 : « Comment oser appeler sa fille “Chasteté” quand on a couché à seize ans avec Warren Beatty et qu’on s’exhibe plus souvent seins à l’air qu’en col roulé ? » Au fait, le petit problème de Chastity, c’est qu’il s’appelle désormais Chaz, qu’il s’est fait greffer un petit chauve à col roulé, tandis que le barbu lui remontait de l’entrejambe jusque sur le menton, et qu’il pèse aujourd’hui pas loin du quintal et demi. Bref, il faut sauver Willy et que de problèmes, ces enfants…

Heureusement pour vous, hormis l’analyse politique, la chirurgie esthétique vous maintient en forme. Vous ne vous en cachez d’ailleurs pas, ce qui tombe bien, tant vos travaux de ravalement fleurent bon la discrétion et le légendaire bon goût de vos érudits voisins de Beverly Hills : « Je n’aime pas vieillir et je le dis. Je ne suis pas hypocrite. Si je veux m’implanter des seins dans le dos, cela ne regarde que moi. » Évidemment, il fallait y penser, même si cela risque de devenir complexe de vous faire de l’œil tout en vous reluquant le corsage.

Au fait, chère Cher, une greffe de cerveau en silicone, y avez-vous déjà songé ? Cela pourrait être tentant.

Pour défendre la liberté d'expression,
je soutiens Boulevard Voltaire en faisant un don.

À LIRE SUR BOULEVARD VOLTAIRE