Un temps, les émeutes consécutives à la mort de Nahel auront ému l’opinion publique et la classe politique. Soutien aux victimes, discours fermes de la part du Président.. La communication sur le sujet est allée bon train, mais le bilan est là, catastrophique. Toujours plus astronomiques, les sommes estimées des dégâts n'ont cessé de monter, durant l'été, allant jusqu'aux 730 millions d'euros annoncés début septembre par Florence Lustman, présidente de la Fédération des assureurs. La question est sur toutes les lèvres : qui payera la facture ?

Pour l'État, la réponse coule de source : dès le 1er juillet, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire fit ce qu'il sait faire le mieux : demander. Il demanda ainsi aux assurances de se montrer souples et généreuses. « Nous avons demandé aux assureurs de faire preuve de la plus grande simplicité dans le traitement des procédures [...] et de réduire au maximum les franchises. La Fédération des assureurs a pris des engagements formels d'étudier la possibilité de réduire les franchises. » Et d'ajouter que « les indemnisations doivent arriver le plus vite possible », « dans des délais qui doivent se chiffrer en jours et pas en semaines ». Après tout, c'est leur travail, aux assureurs, non ? Pas question, en tout cas, pour l'État, de mettre la main au portefeuille.

Malheureusement, les assurances providence ne sont qu'un vœu pieu de la part du ministre de l'Économie, qui semble avoir du mal à réaliser la dépense colossale que ces indemnisations représenteraient pour les assurances. Ces dernières, qui avaient simplifié les procédures et réduit les franchises selon les injonctions gouvernementales, ont fini par craquer. Plusieurs maires de communes d'Île-de-France ont ainsi reçu, ces dernières semaines, des courriers de leur assureur. Les édiles ont vu leurs contrats modifiés, voire résiliés, et craignent notamment une flambée des cotisations pour les années à venir. Le maire EELV d'Arcueil, Christian Métairie, témoigne ainsi auprès du Parisien avoir reçu un courrier de la SMACL, l’assurance de la collectivité depuis le 1er janvier, lui imposant un avenant. « Face au risque de répétition de tels événements », l'assurance explique ainsi ne pas avoir d'autre choix que de procéder à « un durcissement des conditions contractuelles » pour lui « permettre de faire face à un événement de cette nature ». Arcueil est loin d'être la seule ville dans ce cas. 150 communes sont ainsi concernées, sur toute la France, pour le seul assureur SMACL.

Prises à la gorge au niveau financier, lâchées par leurs assureurs, ces communes sinistrées ne savent plus à quel saint se vouer. Certaines ont subi des dégradations hors normes, comme la destruction de ces cinq écoles, citées par le ministre de l'Éducation nationale Gabriel Attal, qui n'ont pas pu rouvrir leurs portes en septembre 2023 en raison de dégâts trop importants.

Face à cette inextricable situation, l'exaspération est totale. Si les édiles en veulent aux assureurs, la profession, elle, est priée d'endosser une responsabilité qui n'est pourtant pas la sienne. On peut toujours chercher des coupables, mais rien n'enlèvera aux pouvoirs publics la responsabilité ultime : celle de ne pas savoir maintenir l'ordre. C'est cette politique, et elle seule, qui est à l'origine de tous les maux subis par nos communes. Et c'est sans doute au contribuable qu'à la fin reviendra la charge de payer, encore et toujours, cette politique désastreuse.

3477 vues

11 octobre 2023 à 17:30

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

31 commentaires

  1. Pourquoi avoir accepté de se laisser dégrader comme çà ? Les communes doivent se défendre contre les barbares (quitte à se créer des milices). Y en a marre de cotiser et de payer des assurances pour réparer les pillages et dégradations de sauvages mal dressés. Surtout quand on sait que c’est pour la mort (justifiée) d’un voyou.

    1. « Y en a marre de cotiser et de payer des assurances » surtout que dans la majorité des cas eux n’en ont pas ! Voyez ce que je veux dire?

  2. Bien sûr les braves contribuables seront les cochons de payants comme d’habitude…

  3. Mais les contribuables nationaux et locaux, c’est acté! A propos, « on » a déversé 100 milliards d’euros dans « les banlieues » en 10 ans : pour quels résultats?

  4. Tout est dit le contribuable paiera. Il paye d’ailleurs déjà la politique inconséquente de ce gouvernement. La france paye l’Europe qui l’a tue à petits feux avec la bénédiction de Macron pour aider encore plus l’immigration, l’Ukraine et tant d’autres. La France d’auto suicide.

    1. Oui mais il le paie par « dérivation » avec les assurances, se seront les assurances qui augmenteront, et le gouvernement pourra dire que les impôts n’ont pas augmentés !

  5. Il me semble avoir lu quelque part que l’Etat est responsable de la sécurité des biens et des personnes. L’Etat est l’un de ces faciles boucs émissaires qui permettent aux politiques de tout poil de fuir leur irresponsabilité collective.

    1. Vous avez raison, derrière le concept d’état, il y a des élus et des fonctionnaires irresponsables pour la plupart. Il faut changer la loi, et les rendre responsables (un ancien fonctionnaire qui sait de quoi il parle !)

      1. Vous avez raison, j’ai connu. Mais qui embauche les fonctionnaires ? Réponse : ceux qui sont élus, en l’occurrence les politiques, donc les français par leur vote ! Si je ferme la boucle, le responsable « c’est le français » même si cela est indirectement !

  6. Toujours les mêmes qui paieront. Voila ou mène la lâcheté cumulée depuis plusieurs décennies. Je crains que nous ne soyons qu’au début de ces révoltes.

  7. Aux contribuables qui sont saignés à longueur d’années au profit de ces banlieues en particulier…

  8. Quand on voit les bilans financiers de la plupart des assureurs, on a peu envie de pleurer sur leur sort.

  9. En l’occurrence, le mal nommé Le Maire, a perdu une belle occasion de réfléchir avant de parler.
    C’est pas une première d’ailleurs.
    Tout ça est le résultat d’un État qui est en dessous de tout.
    À la fin de l’histoire, les casseurs s’en sortent bien, les brisés le sont encore plus !

  10. Combien parmi ces maires ont choisi de verser des subventions aux assos pro immigration et appeler à veauter contre le FN RN?

    1. après les émeutes, des maires ont même embauchés des casseurs pour repeindre les locaux, au prétexte de leur faire prendre conscience ! Rien n’a changé

  11. Moi je sais qui va payer: les cons-tribuables ! Il ya porutant une solution: supprimer toutes les alooc aux étrangers de coeur et de papiers !

  12. Mais le contribuable ne peut plus payer avec tout ce qui a augmenté . Il y a toutefois de l’argent à récupérer : chez ces élus et ex élus qui sont trop bien payés , du côté de l’élysée ou les dépenses dépassent la décence et puis chasse à la fraude , aux retraités qui ne répondent pas présents pour les contrôles , fermer les frontières , arrêter de subventionner certaines associations , renvoyer ces clandestins et surtout faire payer les familles de ces déliquants .

Les commentaires sont fermés.